Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL FUNK VINTAGE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ann Peebles , Joss Stone , Aretha Franklin
- Style + Membre : Amy Winehouse

Sharon & The Dap Kings JONES - It's A Holiday Soul Party (2015)
Par LE KINGBEE le 21 Décembre 2017          Consultée 954 fois

Historiquement, Christmas ( Noël chez nous) est une fête romaine commémorant la naissance de Jésus de Nazareth entre le 24 et le 25 décembre. Rappelez-vous les crèches de notre enfance avec Marie, Joseph, la vache, le mouton, les rois Mages et tout le toutim.
Bien sûr, au fil du temps, cette fête s’est grandement sécularisée pour se transformer en un prétexte commercial que certains jugeront plus qu’outrancier. Une aubaine pour l’Industrie du disque américaine. On ne compte plus les productions dédiées à la Nativité. La plupart des artistes américains ont enregistré ne serait-ce qu’un single, principalement dans les domaines de la variété et de la Country. Les Anglo-Saxons n’échappent pas à cette tendance. D’ailleurs depuis quelques années la religion catholique a grimpé au premier rang du hit parade de la croyance, détrônant les anglicans.

Dès 2007, la chanteuse reconnue sur le tard avait gravé en single « Worl Of Love ». Fin 2015, Sharon JONES & The DAP-KINGS enregistraient leur premier disque de Noël. En 2014, deux titres (« Big Bulbs » et « Just Another Christmas Song ») avaient fait l’objet d’une publication en singles connaissant un certain succès sur les ondes britanniques. Cinq ans auparavant, le groupe avait gravé un single avec « Ain’t No Chimneys In The Project ». Là, la chanteuse de Brooklyn reprend la même recette avec onze titres revigorants, dont les quatre chansons précitées.

Ce qui frappe d’entrée c’est bien la pochette. Le visuel laisse penser que la sonorité est orientée sur la fête et le partage. Il y a ici sans nul doute l’affirmation d’un esprit de dérision. Pour les curieux amateurs d’images youtubesques, on peut voir une vidéo de Sharon Jones guitare en bandoulière, interprétant un titre. Le parallèle avec la posture de Sister Rosetta Tharpe jouant un Gospel, plus Rock' n' Roll que spirituel, dans une église new-yorkaise en décembre 1954 reste assez tentant. Il est clair qu’avec « It’s A Holiday Soul Party » la chanteuse a voulu sortir des sentiers battus.

La formation nous propose ici une agréable combinaison regroupant six originaux et cinq reprises issues du répertoire traditionnel mais sujettes à des interprétations largement revisitées. En ouverture, « 8 Days (Of Hanukkah) » démarre sur les chapeaux de roue avec roulement de batterie et un comptage numérique pour retomber aussitôt dans un tempo digne des Girls Group de la Motown. La rythmique implacable relevée par un manteau de cuivres permet de mettre au diapason le timbre puissant de la chanteuse. Issu d’un single publié en 2009, l’énergique ballade vintage « Ain’t No Chimneys In The Project » distille une critique sociale sur les inégalités des chances. Les propos et les interrogations de la chanteuse sont clairs: « … When there ain't no chimneys in the projects- (Ain't no chimneys in the projects) - Not in the ghetto…». Et oui, il ne semble pas y avoir de cheminées dans les HLM ni dans les nombreux ghettos de la puissante Amérique. Cela a beau être un Christmas Album, la chanteuse ne peut s’empêcher de mettre en chanson certaines évidences, nous rappelant que nous ne sommes pas tous nés sur un même pied d’égalité.
Le batteur Homer Steinweiss, fidèle membre des Dap-Kings et du Menhattan Street Band, apporte sa pierre à l’édifice avec « Just Another Christmas Song », une ballade dans laquelle la guitare apporte une coloration exotique, les cuivres oscillant entre Northern Soul et Caraïbes Sound. Autre petite douceur avec « World Of Love » chanté par le guitariste Binky Griptite (ex membre des Soul Providers et futur leader des Mellomatics) qui nous renvoie plus à Sam Cooke qu'à James Brown. Parmi les autres originaux, l’instrumental « God Rest Ye Merry Gents » vient clore les débats en débutant par une intro de « La Danse Du Feu » (Manuel De Falla) laissant à la section cuivre et à la rythmique le premier rôle. Enfin, les Dap-Kings nous offrent une adaptation funky de « Little Drummer Boy » popularisé dès le début des fifties par la Famille Trapp sous le titre de « Carol Of The Drum ». On ne compte plus le nombre de versions (environ 600) de ce standard réadapté en français par Les Barclay et popularisé par Nana Mouskouri en 65 sous le titre de « L’Enfant Au Tambour ». On aurait apprécié une interprétation plus hardie voire même licencieuse, car si la version se révèle un brin funky, ce sont principalement les cuivres et le duo de choristes Saun & Starr qui s’éclatent ici.

Mais que serait un disque de Noël sans les éternelles rengaines bien bourratives qu’on nous refourgue, quitte à nous gaver comme des oies (c’est d’époque) ? Il faut quand même que l’esprit de Noël demeure, c’est la moindre des choses. Alors Sharon Jones reprend à son compte le « White Christmas », standard qui a dû remplir les poches (et la panse) de son créateur Irving Berlin. Mais c’est une version dynamique et pleine d’entrain que nous délivre ici la chanteuse. Rythmique implacable, basse Fender bien ronde, chœurs ne cessant de relancer la chanteuse et apport de cuivres robustes et efficaces. Rien à voir avec les soupes de Bing Crosby, Sinatra ni des mille repreneurs du morceau (à peu de chose près). Si ce titre guimauve par excellence vous irrite, comme moi, au plus au point, cette version pleine de peps devrait mieux vous convenir. Hormis les versions d’Otis Redding, Billy Idol avec son air goguenard, et celle de Stiff Little Fingers, peu de gens ont réussi à s’illustrer avec une telle purge, même Iggy Pop s’y est cassé les dents (c’est du moins mon avis) aussi cette relecture s’annonce comme un vrai bol d’air.
Autre titre super guimauve, « Silent Night », adaptation anglophone du « Stille Nacht » germanique, a connu un nombre de reprises presque deux fois plus grand que le précédent. Là, il n’est pas sûr que Franz Gruber et Joseph Mohr, les deux créateurs du morceau, soient parvenus à se remplir les fouilles. Alors c’est une version lente, bluesy à l’extrême, à laquelle nous convie Sharon Jones. Un vrai Blues en pleine période de Noël. Une autre vision de Noël par rapport à l’adaptation française « Douce Nuit » des Compagnons de la Chanson ou de Dalida.
Moins connu mais néanmoins incontournable des chants de Noël, « Silver Bells », œuvre du tandem Ray Evans/Jay Livingston composée pour le film « The Lemon Drop Kid » (« Le Môme Boule de Gomme »), a connu une kyrielle de reprises. De Bob Hope à Bing Crosby en passant par Elvis et Stevie Wonder, environ 400 artistes ont repris cette soupe insipide. L’intro au piano permet de poser le chant de Sharon Jones pour un titre proche du Gospel qui se transforme peu à peu en une Soul Vintage dansante et festive.

Il est clair de par le répertoire et la trame que cet album ne figurera pas parmi les meilleures productions de la chanteuse, mais il est aussi clair que cet opus apporte un vent de fraîcheur et de jouvence dans le lot des albums consacrés à la naissance de Jésus. Outre Atlantique, les chansons de Noël constituent à elles seules un genre à part entière, un domaine qui finit invariablement par donner un phénomène d’indigestion entre les huîtres, le chapon et la bûche, une longue période de fêtes débutant par Thanksgiving le quatrième jeudi de novembre. Mais en matière de dégustation, il est démontré qu’on n’a rien à envier aux Américains. Eux ils ont leurs Bing Crosby, Sinatra ou Mel Tormé, nous avons chez nous Tino Rossi, Dalida et les Chanteurs à la Croix de Bois … à chacun sa croix (ne voyez là aucune connivence avec Jésus).
Ce disque mérite un bon 3, une note quasi exceptionnelle pour un Christmas Album. Un beau cadeau tendu par Sharon Jones.

A lire aussi en SOUL par LE KINGBEE :


Danny WHITE
Natural Soul Brother (2007)
Chanteur méconnu entre new orleans et memphis soul




Candi STATON
His Hands (2006)
Un top de country soul


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Sharon Jones (chant)
- Binky Griptite (guitare, chant 10)
- Joseph 'joey' Crispiano (guitare)
- Bosco Mann (basse)
- Homer Steinweiss (batterie)
- Neal Sugarman (saxophone)
- Fernado 'bugaloo' Velez (saxophone)
- Cochemea 'cheme' Gastelum (saxophone)
- Dave Guy (trompette)
- Saun (chœurs)
- Starr (chœurs)


1. 8 Days (of Hannukah).
2. Ain't No Chimneys In The Projects.
3. White Christmas.
4. Just Another Christmas Song.
5. Silent Night.
6. Big Bulbs.
7. Please Come Home For Christmas.
8. Funky Little Drummer Boy.
9. Silver Bells.
10. World Of Love.
11. God Rest Ye Merry Gents.



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod