Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Frank SINATRA - The Voice Of Frank Sinatra (1946)
Par ERWIN le 3 Décembre 2017          Consultée 171 fois

Vous m'avez déjà entendu balancer la phrase suivante : « Parfois le chroniqueur doit savoir poser ses couilles sur la table ». Et voilà, en posant le nom de Frank SINATRA sur une feuille blanche, me voilà prête à enquiller la carrière longue comme le bras de l'un des artistes majeurs du 20 eme siècle. Comme ce premier album l'annonce sans détour, l'homme à la voix d'or débute en 1948, plusieurs années avant l'explosion du Rock'n'roll, mais au sortir d'une guerre qui aura provoqué beaucoup de douceur et de superficialité.

Un peu d'histoire pour débuter ? Cela semble indiqué ! Frankie naît en 1915 dans les lointains faubourgs de la grosse pomme, à Hoboken dans le New Jersey, d'une famille d'émigrés italiens. Il est idolatré et littéralement « pourri » par une mère autoritaire et dominatrice, avec pour seule conséquence un amour immodéré des femmes et une inébranlable confiance en lui. Il chante très vite et commence à prendre des leçons dès que l'occasion se présente. Pas de high school, mais des tours de chant qui sont son quotidien ! Managé par sa mère, il intègre divers groupes vocaux, bars, restaurants, quelques disques discrets, des émission de radio, il s'accroche tant que faire se peut et croit en sa bonne étoile.

C'est en intégrant le Tommy DORSEY BAND en 1940 que les choses commencent à prendre forme, en même temps que sa fille Nancy, dont Tommy sera le parrain, voit le jour. Bonne paye et exposition permanente. Il y cottoie le batteur Buddy RICH. Dès 42, sa seule envie est d'aller affronter Bing CROSBY au sommet des hits parades, s'ensuit un combat juridique avec son employeur, qui les verra être en froid à jamais. Peu à peu l'oiseau fait son nid ! La guerre intervient au moment ou la sinatramania prend forme aux USA, réformé, il entretient le moral des troupes et touche aux sommets du billboard dès la fin 43. Ne vous inquiétez pas, nous passerons par chacune des chansons qu'il aura chanté à cette époque, mais la disco est un gruyère ! Sa fortune est faite depuis longtemps quand sort ce premier album, qui n'est en fait qu'un assemblage de 78 tours, il a d'ailleurs déjà 32 ans ! A l'origine, cette "Voix" ne présente que 8 titres. On se lance avec en préambule un avertissement pour tous ceux qui n'aiment que les rythmes trépidants ou syncopé, ici tout est séduction et ambiance diaphane et sentimentale. Nous entrons au paradis des amoureux.

Les titres à retenir selon moi de cette première livraison sont les suivants : "These foolish things" 
qui peut certes sonner suranné et totalement hors de propos, mais la volupté qui s'accroche à chaque ligne de ce titre passent allègrement le cap du temps. Les chansons d'amour restent au top de notre art. C'est donc une vraie petite merveille de bonheur que ce titre, dont l'histoire a retenu en premier lieu les performances de Billie HOLLIDAY et de Benny GOODMAN. Puis la boite à musique de "Try a little tenderness" est l'image même des sentiments qui agitent l'Amérique de ces années quarante, douceur et cozy mood sont de la partie.

Sur la reprise de CROSBY "I don't stand a ghost of a chance with you", on sent la tension, il faut égaler le maître. Le résultat est tout à fait honorable, la voix passe remarquablement et l'orchestration plus moderne ne passe pas inaperçue. Et du Cole PORTER diantre ! "Why shouldn't I ?" avec son ton doucereux et romantique à souhait, et c'est une bombe de rose s'abat dans votre esprit mesdemoiselles ! "Paradise" est tout à fait superbe de bout en bout, la voix suave ne fait pas dans la mi mesure.

Evidemment nous avons comme il se doit dans cette petite liste un morceau des GERSHWIN. Il s'agit de "Someone to Watch Over Me". L'orchestration sirupeuse ne doit pas masquer l'esprit exotique qui plane sur ce titre, bien des années avant l'éclosion de la bossa nova au Brésil. "You go to my head" présente l'aspect smooth et détaché de la plupart des chansons du Frankie. Ce n'est certes pas la meilleure mais elle reste de fort bon aloi pour introduire l'artiste. Enfin "I don't know why" reste dans cette mouvance smooth de haute extraction et semble taillé pour les grandes comédies de l'age d'or du cinéma américain.

Difficile d'établir une hiérarchie dans ses diverses compositions. Disons juste que pour le moment, les titres proposés n'atteignent pas au rang de supers classiques mais ils sont tous susceptibles d'intégrer the great american songbook. Vous pouvez donc jeter une oreille tolérante sur ce premier album. Bien entendu, le son et les orchestrations sont ceux de 46, ne vous attendez pas à du lourd en matière de production ! Mais pour un premier album, il atteint la première place du billboard et positionne immédiatement Frankie comme une superstar de la musique populaire !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par ERWIN :


Robbie WILLIAMS
Swing When You're Winning (2001)
Super gai et réussi.




SEAL
Standards (2017)
Qualitatif !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. You Go To My Head
2. Someone To Watch Over Me
3. These Foolish Things Remind Me Of You
4. Why Shouldn't I ?
5. I Don't Know Why
6. Try A Little Tenderness
7. I Don't Stand A Ghost Of A Chance With You
8. Paradise



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod