Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 



CHICK COREA ELEKTRIC BAND - Live At Montreux 2004 (dvd) (2004)
Par BAKER le 18 Décembre 2017          Consultée 376 fois

La classe, ça ne s'improvise pas. Ca se travaille. Alors, quand on se pointe sur scène avec les cheveux gras et une chemise à Carlos, il faut avoir beaucoup travaillé. Mais voilà, Chick COREA a travaillé, justement, on peut même dire qu'en la matière il a passé sa jeunesse à overdoser sous les doigtés. De piano, hein. Arrivé aujourd'hui à l'âge de la retraite, il n'a strictement plus rien à prouver. Pianiste de jazz ? Il a quand même accompagné Miles à son zénith. Novateur fusionneur (ah ah) du progressif et du jazz ? Pas de problème, souvenez-vous de la moindre note (il y en a un milliard par album) de RETURN TO FOREVER. Compositeur jazz-rock contemporain ? Okay, vous avez l'assez méconnu AKOUSTIC BAND, et le génial (pas au début cependant) ELEKTRIC BAND. Justement, à l'heure de commencer à se retirer doucement, et afin de boucler une histoire d'amour qui semblait avoir mal, ou curieusement fini, il s'est permis de téléphoner à 4 vieux copains, juste pour reprendre contact et s'en est ensuivi un ultime album du ELEKTRIC BAND, pas dans sa version II qui elle aussi est passée inaperçue, mais le "vrai", le pur, le beau, celui du génialissime "Eye Of The Beholder". Et pile avant, ce concert.

On assiste à ce gig comme à une réunion d'anciens du collège. On a pris du poids, on a perdu des cheveux (mon Dieu, qu'il a changé, le père Gambale !) mais on se reconnaît et on s'amuse. Seulement, là où certains évoqueraient le bon vieux temps, COREA préfère débuter par le plaisir pur du présent : l'album de réunion du groupe, joué dans son intégralité et en avant-première. Un peu plus technique, plus difficile d'accès que ses prédécesseurs, moins porté sur la "technologie" (très peu de synthé) et laissant la part belle à Gambale et Marienthal, ce gros pavé de 75 minutes permet de remettre les choses en place : aucun des cinq n'a perdu de sa superbe, ça joue très vite, très bien, tout le temps, et les morceaux de bravoure sont simplement anthologiques. Débarrassé de sa pochette immonde et de son concept très discutable (COREA a versé dans la Scientologie, ce n'est pas nouveaun, mais ici c'est totalement prosélyte), ce "To the stars" réjouit. Un peu longuette, cette première partie est quand même une belle baffe. Mention spéciale à Dave Weckl dont le toucher de batterie est vraiment un summum de bon goût et de groove.

Histoire de ne pas frustrer ceux qui ne seraient venus que pour les classiques, le groupe, soudé et souriant, revient pour un second set de cinq titres. Cinq titres seulement ? Ca parait chiche mais ils durent vingt minutes chacun ! L'occasion, c'est d'ailleurs un peu le défaut de ce DVD, de continuer dans les longues impros quasi-solos qui parsemaient déjà le premier set. Chacun des musiciens, Patitucci en tête, reprend un peu trop la même recette qu'une heure auparavant et le concert aurait gagné à être un poil écourté de ces démonstrations techniques certes bluffantes mais un tout petit peu redondantes (voir par exemple "Spain" qui est magnifique mais reprend presque in extenso un mini-best-of des solos entendus pendant l'heure précédente). C'est là que le public jazz sera à sa jouissance suprême, et c'est également là que le public "moyen" ou peu averti risque de décrocher, ce déluge de notes pouvant lasser vite.

Car des notes, il y en a, et pas qu'un peu. On sera surpris de voir que pendant l'intégralité du concert (qui dure pratiquement 2 heures 50), le plus effacé et de très loin est le père Armando. Bien que compositeur principal pour ne pas dire exclusif, il semble tellement heureux de retrouver ses 4 mousquetaires qu'il leur laisse la large majorité des prouesses flamboyantes. Plus accompagnateur que soliste, il délivrera des parties de piano à queue et électrique comme toujours excellentes mais beaucoup moins matuvu qu'on pouvait l'envisager. A ce titre, si vous êtes venus ici pour vous saoûler avec des solos de piano enragés et ultra-techniques, vous en serez pour vos frais. Est-ce regrettable, destabilisant, frustrant ? Pas le moins du monde. Déjà, cela vous permettra de mieux apprécier la quintessence des mélodies, surtout pour ce fameux premier set que vous ne connaissez peut-être pas plus que le public ce soir-là. Ensuite, parce que niveau technique, vous aurez assez à faire avec les autres.

Notamment avec Frank Gambale, encore lui, qui sur "Got a match ?" se permet un plan en sweeping qui doit être, je pense, le plus rapide jamais joué. Il ne dure qu'une demi-seconde, à peine. Mais je vous assure qu'il y a de quoi en avoir la langue sur les pompes. On est habitués aux descentes de manche genre masturbation frénétique, mais si on devait rappeler l'importance d'une main droite rigide et précise, ces quelques images devraient soit vous redonner envie de bosser vos aller-retour, soit vous pendre au chêne le plus proche. De même, si la plupart des batteurs de jazz s'amusent à mettre un souk pas possible à coups de balais, Weckl n'a pas oublié que de temps en temps, même au milieu d'un solo déjanté et presque arythmique, quelques coups de caisse claire bien simples et bien rock suffisent à donner à l'ensemble une cohérence inattaquable.

Et puis, il faut bien rassurer tous les acheteurs potentiels, même si cette débauche d'effets musicaux et de virtuosité extravagante semble ne pas être faite pour vous, vous aurez toujours au moins un moment de pure beauté musicale qui ne pourra que vous prendre aux tripes, musicien ou pas. Dans le cas présent, c'est le merveilleux "Eternal Child", composition ultra-mélodique proche du flamenco rendue ici de façon brillante, un peu plus technique que l'originale mais sans en retirer la perfection. Si on devait faire un best-of des titres à même d'initier doucement les gens au jazz fusion, cette pépite figurerait en bonne place. Extrêmement bien reçue par le public, c'est quasiment le clou d'un concert très long, peut-être trop, mais qui donnera du plaisir à tout un chacun. Et pour une fois qu'un leader de groupe ne tire pas la couverture à lui, l'occasion est trop belle.

(Un tout petit mot sur la technique : c'est du Eagle Vision. La réalisation est précise, l'image colorée et bien définie, le son stéréo est nickel et le DTS est une ouverture béante sur les arrières. Enfin, comme d'habitude quoi : rien à redire.)

------------

Fiche technique

Editeur : Eagle Vision
Date : 15 juillet 2004 - Festival de Montreux (Suisse)
Image : 1.77 16/9 PAL
Son : DD 2.0 + DD 5.1 + DTS 5.1
Durée totale : 168 minutes
Bonus :
- Le petit livret habituel

A lire aussi en JAZZ par BAKER :


PONTY / DI MEOLA / CLARKE
Live At Montreux 1994 - The Rite Of Strings (dvd) (1994)
Un trio écoeurant de perfection




HUDSON
Hudson (2017)
Super-groupe pour super-disque, pour une fois !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Chick Corea (claviers)
- Dave Weckl (batterie)
- John Patitucci (basse)
- Frank Gambale (guitare)
- Eric Marienthal (saxophone)


1. Port View
2. Check Blast
3. Mistress Luck
4. Port View
5. Johnny's Landing
6. Alan Corday
7. The Long Passage
8. C.t.a.
9. Eternal Child
10. Got A Match ?
11. Spain
12. Blue Miles



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod