Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Föllakzoid, Guru Guru
- Membre : Harald Grosskopf , Walter Wegmüller , Sergius Golowin , Ashra, Manuel GÖttsching
- Style + Membre : The Cosmic Jokers , Agitation Free, Klaus Schulze , Hoenig & GÖttsching, Tangerine Dream

ASH RA TEMPEL - Live In Melbourne (2017)
Par WALTERSMOKE le 26 Décembre 2017          Consultée 397 fois

Si la discographie de Manuel Göttsching est famélique, il est cependant intéressant de voir que le guitariste allemand n'est pas avare en concerts. Certes, on ne peut parler de tournées, mais disons que Göttsching joue au moins une fois par an depuis 2012, principalement en solo. Autant dire qu'il n'y a là pas de quoi se réjouir, puisque Göttsching joue régulièrement et en intégralité E2-E4, un album certes culte dans la musique électronique, mais dont l'intérêt live se discute très fortement.

Mais il n'y a pas que ça. Göttsching a participé à une reformation d'ASHRA en 2012 et également lancé Ash Ra Tempel Experience, avec de tout nouveaux compagnons de route. Autour de lui, arrivent donc le bassiste-chanteur Ariel Pink, le claviériste Shags Chamberlain et le batteur Oren Ambarchi. Trois musiciens plutôt connus dans le monde riche et méconnu de la musique expérimentale, au passage. Il y a de quoi être prudent, ceci étant, avec la première sortie de ce quatuor, à savoir un live enregistré à Melbourne en 2015 et sorti en 2017. On se souvient encore avec déception de la « reformation » d'ASH RA TEMPEL en l'an 2000, avec deux disques franchement plats, et d'autant plus décevants qu'il s'agissait de retrouvailles entre Göttsching et Klaus Schulze.

Le live à Melbourne attire en premier lieu l'attention par sa tracklist. Il est à la fois marrant et irritant de voir qu'ART joue l'intégralité de Schwingungen (1972), à l'image de tous ces vieux groupes de rock tournant depuis une décennie et qui se contentent de faire plaisir à des fans sans recul. Ceci étant, Göttsching a une bonne excuse. En effet, le seul live publié par son premier grand groupe date de l'an 2000 et souligne ses retrouvailles avec SCHULZE. Il n'y a donc rien qui date des années 70, pas même un morceau bonus à la con. Et d'un autre côté, en dehors d'un DVD d'ASHRA capté en 2012, il n'y avait rien des aventures de Manu sur scène dans les 15 dernières années (non Live at Mt. Fuji ne compte pas). Alors, on accueille le live à Melbourne les bras bien ouverts – mais pas complètement non plus.

Après 53 minutes d'écoute, que dire de ce live d'un ASH RA TEMPEL qui se dissimule aussi bien qu'un Rambo derrière un roseau ? Et bien, que... c'est du bon ASH RA TEMPEL. Même du très bon, pour être franc. En même temps, on parle de Schwingungen, le deuxième album du groupe qui, s'il n'atteint pas la grandeur phénoménale du précédent opus, reste un chef-d'oeuvre krautrock option je plane. Il est même tellement génial que j'ai eu envie de le réécouter après sa version live. Et c'est là le problème du live à Melbourne. La plus-value se résume à un bien meilleur son et une interprétation originale et plus riche au niveau sonore, mais sans qu'il n'y ait d'impact décisif au final. Et puis... la production est-elle vraiment à louer ? Ce qu'on aime chez ASH RA TEMPEL, ne serait-ce pas tout simplement le caractère déglingué dû à une production garage chancelante mais qui « embellit » sa musique ? Alors qu'ici... c'est trop propre. Raccord avec le fait que Göttsching est un musicien méticuleux et sérieux dans sa démarche, mais trop propre quand même.

Le live à Melbourne n'est quand même pas mauvais. Car il s'apprécie, permet de voir des musiciens entrer dans le moule sans lui manquer de respect (ni le déformer dans un bon sens, certes). Mieux, on peut se permettre d'écouter "Space" (simplement considéré comme un medley ici) qui fait office d'exception tant il gagne en puissance sonore et en fluidité musicale (vu le morceau originel, c'était pas dur). Et si un fan sautera forcément sur ce CD, le simple amateur de krautrock ou de rock tout court peut y trouver son compte, et pourquoi pas s'initier à ASH RA TEMPEL via ce disque. Mais dans l'absolu... on préfère sauter sur les disques cultes de 1971-1972.

A lire aussi en ROCK par WALTERSMOKE :


CHRISTOPHE
Les Paradis Perdus (1973)
Et Christophe démarra son ascension




BLUR
Leisure (1991)
Parce qu'il y a eu une vie avant parklife


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Manuel Göttsching (guitares)
- Ariel Pink (basse, chant)
- Shags Chamberlain (claviers, guimbarde)
- Oren Ambarchi (batterie, percussions)


1. Look At Your Sun
2. Flowers Must Die
3. Medley (space)
- downtown
- power Drive
- right-hand Lover
- velvet Genes
4. Schwingungen



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod