Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style + Membre : The Rolling Stones

Keith RICHARDS - Live In Boston (dvd) (1993)
Par BAKER le 9 Janvier 2018          Consultée 485 fois

Les accidents sont de heureux hasards. Ou pas. Prenez le jour où le jeune Mick Jagger a rencontré le jeune aussi (car c'est arrivé) Keith Richards dans un bus à impériale. Ca a donné les ROLLING STONES, qui est un tout petit peu un des plus grands groupes de rock de tous les temps, rien que ça. Un groupe que tout le monde aime. Ou pas. Comme votre serviteur. Et curieusement, c'est là que les accidents finissent toujours par être heureux, ce même serviteur adore les carrières solo de Mick Jagger et de Keith Richards. Oui, ça peut paraître bizarre, mais la très courte carrière de Keith Richards en roue libre (3 petits albums) peut plaire même aux anti-Stones. C'est là aussi du rock très basique, principalement basé sur des riffs en accords ouverts d'une simplicité désarmante, mais il règne une espèce de perfection dans l'écriture, un léger parfum d'américanisation, un côté organique et chaleureux qui rendent chacune des 21 chansons de son premier répertoire onctueuses. Que les sceptiques écoutent en priorité "Hate It When You Leave", ballade mid-tempo d'une sensibilité que très peu, voire aucune chanson des Stones, n'a pu égaler.

Evidemment avec le line-up que le père de Jack Sparrow a réuni en studio, des concerts étaient attendus la bave aux lèvres ; or ce ne sont pas un mais deux DVD que vous trouverez en vente dans vos petits rayons fétiches. L'un est tout ce qu'il y a de plus officiel, mais ne dure que 60 minutes et surtout fait l'impasse sur le second album. C'est donc sur un autre DVD, bien plus complet mais bien moins officiel, que le Baker intrigué a jeté son dévolu. De comparaison il ne sera donc pas question, mais pour ce qui est de rassurer l'acheteur potentiel, la setlist suffit : "999", "Eileen", le reggae "Words of Wonder" très sud-africain dans son approche chorale, tous les grands titres de "Main Offender" sont là. Seuls manquent vraiment à l'appel le dernier titre de chaque opus, comme si Richards n'osait pas livrer ces deux fragiles joyaux en pâture à un public de rock. Pour les autres titres, nous restons pile dans l'axe de ce qui fait le charme des albums. A savoir un groupe à l'improbable équilibre, qui joue autant sur les riffs complémentaires que les silences (rarement entendu des chansons où ce qui n'est pas joué soit aussi important).

Et entre deux reprises (les STONES en font évidemment partie), Keith chante plus ou moins bien, et plus ou moins fort, de sa voix rocailleuse non dénuée de charme, et fait la paire avec Waddy Wachtel, requin de studio qui se fond complètement dans le style, tant et si bien que le mixage stéréo donnant la parole à chacun des deux larrons à droite ou à gauche est un régal, pour qui désire apprendre les mécanismes d'un bon riff rock. Côté section rythmique, le simple mais efficace Steve Jordan et le discret Charley Drayton enquillent les morceaux avec un métronomisme impressionnant, sans perdre de chaleur, et claviers, chœurs et parfois saxophone (très en retrait) complètent le tout avec soin et, surtout, sans aucune once de prétention. Tout est au service non pas du Patron, mais des chansons. C'est peut-être là la plus grande différence avec les ROLLING STONES, qui ont plus tendance à glorifier leur propre culte. Non, Richards donne dans la simplicité jusqu'au bout du mediator.

Seul hic dans tout cela : à force d'épuration, le concert peut finir par lasser si vous ne connaissez pas les deux albums. Car on ne peut pas dire que le style soit très varié, ni le chant d'ailleurs. En revanche les initiés se régaleront à entendre chaque titre passer l'épreuve du feu, parfois rallongé, souvent très fidèle au studio. Et la boucle est bouclée lorsque le "Hate It..." sus-cité donne son moment de grâce au concert, le public très enthousiaste devenant en prime recueilli. Oui, on peut se recueillir en meuglant. Pas facile, mais c'est faisable. Ce qui semble encore plus difficile visiblement, c'est d'obtenir une qualité suffisante pour les masters. Bootleg ou pas, cache-logo télé ou pas, l'horrible "WT" qui vous bouffe un dixième de l'image pendant tout le concert a de quoi faire enrager. Ca et les coupures très soudaines, et laides, entre chaque chanson - plus embêtant encore étant donné que le concert est complet.

Quant au son, ce n'est rien de dire qu'il perd beaucoup en chaleur une fois sur DVD. Le Dolby Digital le ratiboise sur tous les côtés, sans cependant le rendre sale ou inintéressant - il manque juste de punch et de clarté. Là aussi, pour un bootleg télé c'est très bon ; mais ne pas oublier que le DVD est payant, et pas qu'un peu. Dans cette optique, ce disque se montrera un peu décevant mais aussi terriblement attachant, pour ce qu'il est (une collection de chansons chatoyantes) autant que pour ce qu'il représente (une échappée belle et une bouffée d'air frais pour le plus emblématique des guitaristes). On aurait préféré un plus beau mélange - pour tout dire la setlist de ce DVD avec la technique du précédent - mais en l'état, les défauts n'empêcheront pas les amateurs de savourer un bon petit moment qu'à mon humble avis on n'est pas près de revoir. Pour ne pas dire plus jamais.


---------------
Fiche technique :

Editeur : Woodstock Tapes
Date : 13 février 1993 - Orpheum Theater (Boston, U.S.A.)
Image : 1.33 4/3 NTSC
Son : DD 2.0
Durée totale : 109 minutes
Bonus : Rien, pas même un menu !

A lire aussi en ROCK par BAKER :


Paul WELLER
A Kind Revolution (2017)
Fascinant de maîtrise et de versatilité




Steven J. VERTUN
Ghost, Shadow And Sun (2017)
Cathartique, mais aussi direct et percutant


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Keith Richards (chant, guitare)
- Waddy Wachtel (guitare, choeurs)
- Steve Jordan (batterie)
- Charley Drayton (basse, choeurs)
- Ivan Neville (claviers, choeurs, guitare)
- Bobby Keys (saxophone, choeurs)
- Sarah Dash (chant, choeurs)


1. Something Else
2. How I Wish
3. Wicked As It Seems
4. Gimme Shelter
5. 999
6. Running Too Deep
7. Locked Away
8. Time Is On My Side
9. Will But You Won't
10. Words Of Wonder
11. Hate It When You Leave
12. Before They Make Me Run
13. Eileen
14. Bodytalks
15. Whip It Up
16. I Could Have Stood You Up
17. Happy
18. Take It So Hard



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod