Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



Robert REED - Variations On Themes By David Bedford (2017)
Par BAKER le 6 Mai 2018          Consultée 157 fois

Boulimique de travail, Robert Reed le devient aussi de sorties. En tentant de concilier rentes de la fanbase et petits kiffs personnels, le Gallois a sorti après Sanctuary II un réenregistrement du thème de Dr Who, et voilà que débarque cet EP, toujours avec sa nouvelle bande de copains - Tom Newman au mix, Les Penning à la flûte à bec, la très jolie Angharad Brinn au chant, et ici un petit nouveau à la flûte traversière qui n'est autre qu'un certain Terry OLDFIELD. Continuant de surfer sur la galaxie OLDFIELD, et sa passion pour Mike, Robert prend ici un chemin de traverse qui aurait pu être extrêmement intéressant. En effet, outre sa propre musique, Mike OLDFIELD avait aussi grandement participé dans les années 70 aux albums solos d'un de ses mentors, le compositeur contemporain David BEDFORD - participations activement documentées dans le vinyl "Collaborations". Délaissant quelque peu les Hergest Ridgeries, Reed a donc voulu rendre hommage au talent - immense - de Bedford en reprenant ses grands titres "à la manière de Mike Oldfield" comme il sait si bien le faire, artistiquement mais surtout techniquement.

Le son est très chaud, rond et vivace, les arrangements oldfieldiens réussis, notamment la basse, et les mélodies sont fidèlement reproduites. Alors pourquoi ce disque AURAIT PU être intéressant, au lieu de n'être que, il faut le dire, relativement sympathique ? Parce que le CD affiche fièrement 8 titres au compteur, mais qu'il n'y a en réalité que 3 morceaux, dont un qui est plus une reprise et un autre ramené de 15 à 3 minutes. Insérer ici un trombone qui fait pouin pouin pouin pouiiiinnnnnn. L'auditeur va donc être partagé entre le plaisir et la frustration. Frustration car c'est pas mal fait du tout et qu'on aurait adoré en avoir beaucoup plus, pour redécouvrir ce qui est une oeuvre véritablement excellente, et dont les versions originales sont, malheureusement, très légèrement plus difficiles à trouver que la nouvelle édition collector du dernier LOUANE avec un Malabar pré-mâché et deux pochettes de cire à sourcils.

Plaisir car c'est pas mal fait du tout, tout court. "Rio Grande", la plus connue car étant déjà sur Collaborations, est plus synthétique que l'originale, très "Sanctuary-esque"' en fait. Elle est en revanche un peu trop solennelle, et n'a pas le charme décalé de la version 75 - rappelons d'ailleurs qu'il ne s'agit pas d'une composition, mais d'une adaptation très libre d'un chant traditionnel marin. Les gamers ayant connu Assassin's Creed : Black Flag ont d'ailleurs eu la surprise d'entendre la version originale, largement plus "yo-ho-ho et une bouteille de rhum !". Bénéficiant grandement de la sensibilité du grand frère Terry, "King Aeolus" est très imagé, très spectaculaire dans le genre "dieu de l'Olympe". Bien plus calme, l'extrait de "Nurse's Song" (dont, j'avoue, je ne connais pas l'original) est une adorable comptine pour enfants magnifiquement composée, et arrangée ici à la sauce Incantations. Quelle basse ! Si on était en 1971, ce serait un single à succès.

Maintenant, si le disque est de qualité et a été crescendo, il faut redescendre sur terre : trois p'tits tours et puis s'en vont, c'est déjà fini. On en aurait repris le triple, facilement. A la place, nous avons le pêché mignon de Reed : des remixes. "Rio Grande" d'abord, la version de Newman est plus aérienne, plus solennelle, plus "nous sommes à la merci d'un naufrage", mais techniquement il laisse passer quelques fausses notes que Reed avait su habilement camoufler. La version acoustique, elle, veut rajouter de la fibre humaine mais n'apporte rien. Pour le "Roi Eole", Newman a privilégié un son plus sec, plus "folk progressif champêtre de 1974" (NDLR : Hergest Ridge quoi, crache-le ton gros mot !), c'est moins grandiose mais plus facilement écoutable. Enfin pour notre comptine enfantine, Newman privilégie la mise en avant de la guitare espagnole, très technique, tandis que la version acoustique donne la part belle à... la basse encore une fois !

Petite récréation donc, trouvable à un prix extrêmement correct, écoutable, intéressant sans se taper le séant par terre, cet EP est un joli hommage, mais il aurait dû être un BEL hommage, digne de ce nom. Mort dans une certaine indifférence, avec évidemment une absence absolue de passage de ses oeuvres dans les médias, David Bedford mérite toute votre attention si vous aimez la musique contemporaine audacieuse mais pas nombriliste ; et si ces versions pas à la hauteur mais fraîches peuvent vous aider à le découvrir, ma foi, Rob aura gagné son pari.

Note définitive : 2,5/5 arrondi à 3 pour vous donner envie d'écouter du Bedford !

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par BAKER :


Christopher YOUNG
Hellraiser (1987)
Une page majeure du symphonisme débridé des 80s.




Paul WELLER
Jawbone (2017)
Complexe, protéiforme et étonnamment mature


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Robert Reed (claviers, basse, guitare, percussions, prog)
- Angharad Brinn (chant, choeurs)
- Les Penning (recorder)
- Terry Oldfield (flûte traversière)
- Tom Newman (bodhran)


1. Rio Grande
2. King Aeolus
3. Nurses Song With Elephants
4. Rio Grande (tom Newman Mix)
5. King Aeolus (tom Newman Mix)
6. Nurses Song With Elephants (tom Newman Mix)
7. Rio Grande (piano / Guitar Mix)
8. Nurses Song With Elephants (acoustic Mix)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod