Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Jerry GOLDSMITH - Legend (1985)
Par WALTERSMOKE le 1er Juillet 2018          Consultée 157 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Aujourd'hui, un peu de 36 15 Ma Vie. Un jour, alors que nous discutions tranquillement, Seijitsu m'a donné son avis sur Legend, le film réalisé par Ridley Scott en 1985 : c'était de la merde. Bien qu'étant au courant de la qualité (très) inégale de la filmographie du réalisateur anglais, j'ai décidé de me faire mon avis et de regarder à mon tour Legend. Deux heures plus tard, j'en revenais pas à quel point ce film est un échec artistique. Était-ce vraiment le même réalisateur qui plus tôt avait marqué à tout jamais les esprits avec Alien (1979), puis Blade Runner (1982) ? Apparemment oui.

Alors pour résumer rapidement le film : Legend est un film fantastique racontant, dans un lointain pays magique, les aventures palpitantes (non) d'un jeune homme parti sauver une princesse et une licorne des griffes d'un démon souhaitant ardemment plonger le monde dans les ténèbres – et surtout tremper son biscuit parce qu'il y a des priorités dans la vie. Le scénario de base est certes vu et revu, mais il s'agit d'un conte (merci Korama pour l'expression). Okay... sauf que dans les faits, Legend est terriblement raté. En plus de manquer d'originalité, le scénario est horriblement mal écrit, les personnages sont cons comme la lune de Mars (surtout la princesse, mon Dieu), le rythme est pénible, surtout durant l'exposition... au final, il y a des éléments positifs, comme la photographie (merci Ridley), et surtout les maquillages, en particulier celui du grand méchant. Bon, le jeu de Tim Curry (Pennywise dans le Ça de 1990) y est aussi pour quelque chose. Mais en somme, il n'y a là rien à sauver, et contrairement à Blade Runner, il mérite bien son four.

Concernant la musique, c'est particulier. En effet, Legend possède trois montages, et... deux BO distinctes. Pour la version européenne et plus tard le Director's cut (version que j'ai vue, à titre personnel), c'est le vétéran Jerry GOLDSMITH, qu'on ne présente plus, qui est venu noircir des partitions, 6 ans après Alien. De l'autre côté de l'Atlantique, le film n'a pas seulement une fin plus niaise et forcée, sa musique change également. Et figurez-vous, ami(e)s lecteurs et lectrices, que c'est Tangerine Dream qui s'en est chargé. Oui oui, le cultissime groupe allemand était apparemment plus adapté au marché US. Pourquoi pas, mais ça s'est concrétisé par une énième BO ratée du trio mené par Edgar FROESE.

Mais retournons à GOLDSMITH, donc. Pour Legend, le compositeur n'a pas eu trop de problèmes à remplir le cahier des charges. Il fallait une musique féerique, avec des passages insistant lourdement sur l'orientation narrative des persos, etc. Et pour être franc, ça marche pas mal. C'est même un point positif de plus à ajouter à la décharge du film. Est-ce vraiment étonnant ? Pas vraiment, puisque GOLDSMITH signe une musique qui n'est pas sans rappeler l'âge d'or d'Hollywood, qu'il a pleinement vécu à l'âge adulte. Mieux, certains morceaux sortent vraiment du lot, comme "Darkness Fails", enchaînant les thèmes et se terminant sur un final hanté et flamboyant à la fois. "Main Titles" n'est pas le dernier à charmer, avec quelques sonorités électroniques un peu miséreuses dans l'absolu, mais qui s'intègrent bien ici. Citons aussi le chamarré "Faerie Dance", au violon fou, mais qui ne dure que deux pauvres minutes. De manière plus générale, une certaine modernité ressort ici, pas seulement par rapports aux deux-trois synthés, mais aussi par l'approche des instruments, et en particulier des cuivres.

Après, GOLDSMITH a fourni de la musique de film, avec son lot de musiques ne marchant que dans le long-métrage – et croyez bien qu'il en a, surtout sur l'édition CD d'une heure et quart. Entre autres, les chansons sont à la fois crispantes et au diapason du film, tant elles sont irritantes ("My True Love's Eyes", "Re-United"...). Oui, Jerry GOLDSMITH est peut-être un monstre sacré de la musique de film, il n'est qu'un compositeur de BO de films, rarement capable d'enchaîner l'espace d'un film des thèmes marquants – et le premier qui me cite John WILLIAMS ou Hans ZIMMER en contre-exemple, je le mords.

Il n'empêche, si la BO d'un film retranscrivait fidèlement la qualité de ce dernier, alors on pourrait dire que Legend est un solide film. Manque de bol, non. Et elle a donc du mal à vivre sans, ce qui est dans un sens particulièrement moche. Mais elle reste du GOLDSMITH des bons jours, agréable à écouter. Et c'est toujours ça de gagné concernant la catastrophique œuvre de ce sacré Ridley.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par WALTERSMOKE :


Jerry GOLDSMITH
Alien (1979)
Dans l'espace personne ne vous entendra crier




John WILLIAMS
Jurassic Park (1993)
Extraordinaire fossile


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Main Titles / The Goblins
2. My True Love's Eyes / The Cottage
3. The Unicorns
4. Living River/bumps & Hollow/the Freeze
5. The Faeries / The Riddle
6. Sing The Wee
7. Forgive Me
8. Faerie Dance
9. The Armour
10. Oona / The Jewels
11. The Dress Waltz
12. Darkness Fails
13. The Ring
14. Re-united



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod