Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  B.O FILM

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

James HORNER - Aliens (1986)
Par WALTERSMOKE le 27 Mai 2016          Consultée 459 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

La première tentation qui s'agite devant un studio après le succès monstre d'un film se trouve être le lancement d'une suite. Rares sont les films à succès susceptibles de créer une franchise mais qui ne l'ont pas fait. Alien ne fait pas partie de ce cercle. Nul doute qu'en 1979, la Fox pensait déjà aux suites des aventures de Ripley, mais ce n'est finalement qu'en 1986 que le second volet de la saga voit enfin le jour. Pour ce film, ce n'est pas Ridley Scott qui est aux commandes, mais James Cameron. Surfant sur le succès de Terminator, le Canadien se met donc à réaliser et co-scénariser Aliens (et non Alien 2), embarquant de facto ses collaborateurs vers l'Angleterre pour un tournage des plus apocalyptiques. Les tensions furent gigantesques, surtout au sein de l'équipe technique, mais le résultat en valait clairement la peine.
En plus d'être un film typiquement cameronien (effets spéciaux incroyables, univers de science-fiction pertinent et crédible, thématique de la femme forte...), Aliens est surtout une suite largement digne du film de Scott, tout en étant totalement différent. Alien était un film d'horreur ? Aliens se mute en film d'action pur et dur. Il a fallu un film entier pour se débarrasser d'un xénomorphe ? Ripley dézingue ici des Aliens par dizaines. Le génie de Cameron, ainsi que les producteurs-scénaristes David Giler et Walter Hill, a été de ne pas verser dans la redite actualisée. De plus, Aliens s'inscrit sur le plan visuel dans la série de films « America First » typiques des années 80 tout en proposant un long-métrage fondamentalement intelligent et résistant à l'épreuve du temps.

Tout comme le premier Alien, il a fallu chercher un compositeur de talent pour illustrer de la meilleure manière possible les aventures des marines sur LV-426. Pour le coup, c'est à James HORNER que revient cette lourde tâche. Malgré ses six ans d'expérience, HORNER fait déjà partie des compositeurs à suivre. De plus, il a déjà fait ses preuves avec les épisodes 2 et 3 de la saga Star Trek au cinéma, entre autres. Ce n'est donc pas à un manche que Cameron a décidé de confier la lourde tâche de noircir des portées.

Le pari était risqué et difficile, notamment au niveau du montage. Il faut dire que HORNER n'avait pas le film sous la main afin de pouvoir composer une musique qui soit en accord. C'est là qu'on voit la maestria du compositeur car cela ne l'a pas empêché de créer une musique complètement en phase avec l'image. Plus encore que pour le premier volet de la saga, la musique d'Aliens est un élément essentiel dans la réussite du film. Aucun point faible n'est à déplorer tout du long, et cela est assez rare dans le monde du cinéma pour être souligné. Toutefois, il faut veiller à modérer son enthousiasme et à ne pas crier « wouah, une musique parfaite ! ». Détachés du film, certains thèmes sonnent de manière assez creuse et anecdotique ("Atmosphere Station", "The Queen"). Ceci étant, il s'agit d'un défaut somme toute assez mineur.
Et puis, s'attarder dessus, c'est rater des morceaux anthologiques et épiques. Les atmosphères sombres et inquiétantes de Hadley's Hope (la colonie d'humains attaquée par les Aliens) sont fort bien mises en exergue, tandis que les morceaux les plus épiques ne peuvent que rendre les scènes de combat encore plus intenses qu'elles le sont à la base. Le meilleur exemple, "Futile Escape", le démontre à merveille : tout au long des huit minutes les cuivres et les effets sonores instillent une intolérable tension, tension qui explose à l'écran lorsque les Aliens débarquent du plafond. De manière toute aussi grandiose, l'urgence du sauvetage de Newt est rappelée musicalement de manière efficace avec "Going After Newt". Au passage, ce morceau n'est pas sans évoquer le thème de Batman par Danny Elfman, composé trois ans plus tard.

Pour une suite aussi exceptionnelle que Aliens, il fallait que tout soit au diapason en terme de qualité. C'est chose faite au niveau de la musique, au point que pour la première fois de sa carrière, James HORNER sera nominé pour l'Oscar de la meilleure musique originale. Dommage que la statuette ne finit pas entre ses mains (parce que film de science-fiction, tout ça...), mais au moins le compositeur aura la satisfaction d'avoir créé l'une des composantes essentielles d'un film qui a su s'imposer non seulement en tant que bonne suite, mais aussi en excellente oeuvre en soi.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par WALTERSMOKE :


Alex NORTH
Spartacus (1960)
"I am Spartacus !"




György LIGETI
Musica Ricercata (1953)
Coup de surin !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


Non disponible



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod