Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The COMATEENS - Pictures On A String (1983)
Par ERWIN le 30 Juin 2018          Consultée 140 fois

Malgré un budget ridicule et des conditions de travail plutôt précaires, les COMATEENS ont réussi leur coup avec un premier album certes de jeunesse mais qui ne déméritait aucunement. Les moyens cette fois sont plus conséquents et l'enregistrement se déroule au Powerplant studio de Londres, preuve que le groupe est porteur de nombreux espoirs. La photo de garde montre les deux frangins North et Lyn " L'oiseau androgyne " sur le sommet de l'immeuble où ils vivent ensemble dans le quartier de Washington heights à Big Apple, Lyn et Nic étant liés dans la vie comme dans l'art. L'image est loin des stéréotypes anglais, mais leur look ne laisse pas de place au doute !

Et nous avons des hits mais oui ! "Get off my case" est le symbole parfait de l'alchimie musicale que représentent les COMATEENS en ce début des eighties. Il faut dire que la new wave pratiquée par les ricains est à des années lumières de celle de leurs collègues Grand-Bretons. Les influences y sont évidentes. L guitare funky et la basse rondelette, elle-même très groovy, s'entrechoquent avec la boîte à rythme d'un côté et surtout avec les synthés synth pop de l'énigmatique Lyn Bird. Le refrain est carrément pop. Les trois chanteurs sont à l'unisson dans ce titre. Le suivant, "The late mistake", présente une autre facette du groupe : la digestion des divers courants est aboutie et il ne reste plus que la nouvelle vague, alors au sommet de son art. Une petite merveille mélodique, ce qui manquait quelque peu au premier album. C'est très addictif et les voix qui s'entremêlent ou prennent le lead donnent à l'ensemble une identité fort originale.

L'éponyme "Comateens" chantée par Nic nous replonge dans certaines effluves pop, avec quelques réminiscences pychédéliques bienvenues. Le refrain clair très pop se laisse bien déguster. La reprise de Barry MANN, "Uptown", sonne en revanche très new wave américaine. On est assez proche des thèmes de l'icône BLONDIE, située quelques blocs plus bas sur Manhattan. Les influences sont cependant digérées et la composition se laisse bien apprivoiser, avec quelques aspects psychédéliques lors des bridges. L'originalité est vraiment de mise ! Avec beaucoup d'éléments funky, dont une gratte qui n'en finit plus de tressauter, "Cinnamon" présente un tout autre genre de zique, et le chant de Nic prend mieux le pouvoir. "Cold eyes" sort d'une pochette surprise des sixties avec son hammond et son chant très pop. Rien qu'avec les nappes de synthés, on se croirait en 68 !

Il y a aussi des sommets. Lyn chante "Pictures on a string" de manière assez pop. Mais l'ambiance est particulière. Oliver y ajoute une distorsion et se lance dans un solo inhabituel pour ce genre musical. On note aussi l'instrumental "Garbanzo" qui dispense une ambiance typée western spaghetti avec des choeurs Morriconiens très réussis. " Donna " est une vraie petite merveille de new wave pop qui présente tous les aspects si particuliers du trio. Difficile de rester de marbre face à une telle débauche de bonne humeur car cette compo déclenche les zygomatiques ! Enfin, " Desert song ", chantée comme souvent par les trois membres du groupe, évolue entre psyché, funk et pop, un mélange détonnant et explosif. Méfiez-vous, c'est diablement addictif et la gratte orientalisante ne fait qu'ajouter au mystère.

Oliver est au chant sur deux chansons : la psychiatrique " Ice machine " qui mixe remarquablement synth pop et ces rythmiques funky qui sont le trademark du groupe. Et "Crime time" ou nous évoluons en mode ska avec un clavier que ne renieraient ni Mike Barson ni Jerry Dammers, les têtes pensantes de MADNESS et des SPECIALS, un titre très sympa.

Ce deuxième opus est incontestablement une cuvée passionnante. Les styles abordés reflètent des influences très variées et souvent ignorées par la New Wave. Avec cet album, les COMATEENS entrent d'emblée dans la première division des grands créatifs du courant principal des années quatre-vingt. Il y a une réelle originalité dans toutes ces compositions.

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


U2
Under A Blood Red Sky (1983)
La musique est un art majeur




Alison MOYET
Other (2017)
Diva de la new wave


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Nic North (basse-chant)
- Oliver North (guitare-chant)
- Lyn Bird (claviers- chant)


1. Get Off My Case
2. The Late Mistake
3. Ice Machine
4. Comateens
5. Pictures On A String
6. Garbanzo
7. Uptown
8. Cinnamon
9. Cold Eyes
10. Desert Song
11. Donna
12. Crime Time



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod