Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO / SYMPHO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Chris ABBOTT - Back In Time 3 - A Space Odyssey (2001)
Par BAKER le 10 Juillet 2018          Consultée 80 fois

Le titre aurait dû nous mettre sur la voie. Après les deux premiers volets de Back In Time, Chris ABBOTT et sa bande (de plus en plus étoffée) nous livrent un troisième opus sous-titré "une odyssée spatiale". Et que l'on ne s'y trompe pas : c'est bien ce qui nous sera proposé. Le principe de base, à savoir réorchestrer des musiques de Commodore 64, reste valable mais a été pour le moins malmené : upgradant une nouvelle fois son studio, ABBOTT propose un disque encore plus soigné, plus professionnel, qui sent le Korg à plein nez (ce qui est une bonne chose), et pour narrer ce qui semble être un album concept (le livret est peu clair à ce sujet), il a choisi une voie peu ordinaire : le symphonisme.

Et donc, pendant au moins 70% de l'album, vous pouvez dire adieu à vos petites mélodies guillerettes, place au grandiloquent, à l'orchestral pur et narratif, place à une bande originale de film qui n'existerait pas. Il y a bien quelques petites touches d'électro, comme le solo de synthé Jordan RUDESSien sur le premier titre, le theremin foncièrement Jean-Michel JARRE sur "Zoids", mais globalement les titres orchestraux le restent, de façon pure et simple, voire très simple. Ca peut être un peu raté ("War" aux arrangements kitsch malgré l'influence de Gustav HOLST), un peu plus surprenant ("Ancestors" digne du Graeme REVELL de la série télé Dune), voire carrément professionnel dans son genre ("Trap part 1"), mais toutes ces plages partagent hélas la même caractéristique : l'ennui. Aucun doute sur le bien fondé de ces morceaux, sur les dizaines d'heures que leur conception a dû demander, mais c'est du soundtracking franchement peu passionnant. Les mélodies de jeu sont effacées, parfois méconnaissables : "Flash Gordon" par exemple sur le plan technique est vraiment digne d'une sortie disque, mais on bâille. Ecoutez ce "Delta In Game" : douze minutes, DOUZE ! Il faut s'appeler Basil POLEDOURIS pour se le permettre sans lasser l'auditeur.

Le plus ennuyeux dans tout ça, c'est qu'il y a des titres réussis. En gros, tous ceux qui ne respectent pas (du tout) le concept. Ainsi évidemment, le meilleur titre reste "The Last V8", instrumental synth-rock furieux, probablement le pinacle du génial David WHITTAKER, et ici parfaitement reprise (une reprise qu'on retrouvait à 95% intacte gratuitement sur le site kwed). "Armalyte" aère le disque avec ses twin guitars, "Phantoms of the Asteroid", autre gros classique, fait taper du pied. Enfin, "One Man And His Droid" avec sa séquence de "Chants Magnétiques I" est fantastique et aussi urgente, oppressante et entraînante que l'original chiptune.

Difficile donc de donner un verdict définitif sur cet album tant il est à la fois raté (trop long, trop monolithique) et rempli des meilleures intentions. Mais il faut avouer que le concept de base, perché bien trop haut pour le talent non pas de Chris ABBOTT seul mais d'une large majorité des compositeurs, était voué à l'échec. La version deluxe montre aux fans absolus de synthé comment les orchestrations ont évolué, et bénéficie de deux inédits, "Arcade Classics", un rock instrumental très... classique justement (avec de jolies citations éphémères de gros succès comme "Ace II"), et "Game Over" qui multiplie les ambiances et dont je n'ai pas reconnu une seule note (mais je ne connais que la version Amstrad, donc...).

Echec commercial grave ou simplement lassitude ? Toujours est-il que Back In Time 4, prévu au départ, ne verra jamais le jour. Mais l'aventure BiT n'est pas tout à fait finie : galvanisés par ces trois sorties, des musiciens amateurs, semi-professionnels ou compositeurs d'origine (Benn DAGLISH et Rob HUBBARD notamment) permettront la création des concerts Back In Time Live. Concerts hautement jouissifs où le côté live et la multiplication de vrais instruments rock ont enfin permis aux adaptations de classiques du chiptune d'accéder au statut de grandioses titres pop/rock, mais ceci est une autre histoire que nous vous narrerons une autre fois. Please turn over the tape and rewind.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par BAKER :


Paul WELLER
Jawbone (2017)
Complexe, protéiforme et étonnamment mature




Brad MEHLDAU
After Bach (2018)
Album diesel de toutes les extravagances.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Chris Abbott (claviers, prog)
- Jogeir Liljedahl (claviers, prog)
- Steve Scherer (claviers, prog)
- Rob Hubbard (claviers, prog)
- Carsten Ohlsen (claviers, prog)
- Darren Izzard (claviers, prog)
- Marcel Donne (claviers, prog)
- Ben Daglish (claviers, violon, prog)
- Boz (claviers, prog)
- Fabian Del Priore (claviers, prog)
- Phil Riefke (guitare, prog)
- Jan-henrik Bang (guitare)
- Kenz'n'frenz (choeurs)
- Martin Galway (guest)


1. Agent X2 - The Launch
2. War - First Step Into The Cosmos
3. Ancestor / Zoids - Planet Flyby
4. Shadowfire - Hyperspace
5. Armalyte - Asteroid Storm
6. Phantoms Of The Asteroid - The Chase
7. Parallax - Stoll The Nebula
8. Ancestors / Zoids - Desert Battle
9. Flash Gordon - The City Escape
10. One Man And His Droid - Canyon Chase
11. The Last V8 - Race Against Time
12. Delta In-game - The Voyage Home
13. Trap - Battle For The Planet Part 1
14. Eve Of The War - Facing The Aliens
15. Trap - Battle For The Planet Part 2
16. Wizball - The Celebrations
17. Ancestors - End Credits
- bonus (version Digitale)
18. Mp3 Des Démos Remixes Et Work In Progress



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod