Recherche avancée       Liste groupes



      
GRUNGE UN PEU MéLODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



TAD - 8-way Santa (1990)
Par NOSFERATU le 23 Juillet 2018          Consultée 190 fois

TAD effectue une longue tournée qui passe en 90 en Europe, avec en première partie un groupe dénommé NIRVANA. Les spectateurs sont alors estomaqués par la lourdeur des riffs et la violence « hard crad » du quatuor ouest américain qui a sorti un LP « God’s balls » et un EP « Salt lick » qui balaient toute concurrence en matière d'agression sonique (sans sombrer dans les tics du death metal qui commence à poindre aussi à cette époque).

Les bûcherons sanguinaires reviennent à Seattle, la mecque de ce nouveau son colérique que l’on va baptiser « grunge ». Là ils enregistrent, non plus avec Jack Endino, ni ce malade de Steve Albini, mais un certain Butch Vig. Oui, le fameux futur producteur de « Nevermind » de qui vous savez. Et alors, vont-ils changer leur cuti ? Ben légèrement…

Pour les fans originels, il y a toujours cette approche frontale qui renvoie au heavy seventies maltraité par une finesse noise rock. Ainsi, « Giant Killer » possède une rythmique post punk massacrée par un pesant effet doom. A la batterie, une frappe tribale qui tue sa race… Les tempos saccadés de « Wired God » renvoient aussi aux origines « monstrueuses » de « God’s balls », les riffs sont d’abord menaçants puis explosent littéralement. De même pour « Crane's Cafe ». Le noisy « Hedge Hog » avec ses vocaux sadiques, dure quarante secondes. « Trash Truck » sonne presque comme du punk hardcore traditionnel à la BLACK FLAG, l’une des grosses influences de la bande à Doyle. « Stumblin' Man » joue sur les deux facettes désormais identifiables du gang : lourdeur « sabbathienne » et noise répétitive. « Candi » louche vers les travaux des MELVINS, autres compagnons d’armes avides de lourdes armatures.

Dans ce registre de malabard, il y a le single « Jack pepsy », une sorte de noise rock retord avec un refrain bien éructé. Ce simple fera d’ailleurs scandale car le logo de la célèbre marque de boisson sera détourné.
Cependant, du fait qu’il y ait Butch Vig à la production (on connaît le monsieur friand de ritournelles poppy), une touche mélodique apparaît dès le premier jet, intitulé « jinx ». Sur « Delinquent », la voix de Doyle se fait plus calme sur un hymne quasi « nirvanesque ». De même « Flame Tavern », avec un délire à la SONIC YOUTH.

On discerne ainsi dans ce capharnaüm costaud des pépites grungy à la DINOSAUR JR (« 3-D Witch Hunt », l’espèce de balade de « plague years »). En gros, une carapace en mutation …

A lire aussi en PUNK-ROCK par NOSFERATU :


THE JESUS LIZARD
Pure (1989)
La sexy boîte à rythme Alesis.




POISON IDEA
Confuse And Conquer (2015)
Pour foutre le bordel dans une soirée bobo


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Kurt Danielson (basse)
- Tad Doyle (vocaux, guitare)
- Gary Thorstensen (guitare)
- Steve Wied (batterie)


- jinx
- giant Killer
- wired God
- delinquent
- hedge Hog
- flame Tavern
- trash Truck
- stumblin' Man
- jack Pepsi
- candi
- 3-d Witch Hunt
- crane's Cafe
- plague Years



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod