Recherche avancée       Liste groupes



      
NOISE ROCK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


1990 Head
1991 Goat
1989 Pure
 

- Style + Membre : Tomahawk

THE JESUS LIZARD - Pure (1989)
Par NOSFERATU le 17 Août 2018          Consultée 146 fois

It’s 1989, ok. Année incroyable pour tout fan de rock underground bruitiste : dans le désordre chronologique, « Streetcleaner » de GODFLESH, « l’eau rouge » des YOUNG GODS, « god’s balls » de TAD, « bleach » de NIRVANA, les premiers TREPONEM PAL et MUDHONEY. Je dois en oublier.
Et les débuts de la géniale (mais éreintante pour le quidam moyen)discographie de JESUS LIZARD.

Tout part d’Austin durant ces abrasives années 80, dans un Texas qui a déjà connu des hurluberlus psychédéliques comme les fabuleux 13TH FLOOR ELEVATORS dans les années 60, et qui durant cette époque engendre de délicieuses monstruosités sonores comme les BUTTHOLE SURFERS et autres MINISTRY.
Avant la période reptilienne, il y eut SCRACH ACID, groupe noise rock plutôt « bruyant, douloureux et désaxé » d’après Assayas dans son fameux « Dictionnaire du rock », avec de savoureux plans « batcave ». Pour le néophyte, je recommande d’ailleurs l’impeccable compilation « The greatest gift », sonnant comme du CRAMPS expérimental.
Emmené par le chanteur dingue David Yow, la secte se désagrège en 87. Certains forment alors RAPEMAN avec le très fracassé Steve Albini issu de BIG BLACK que toute féministe digne de ce nom devrait écouter (Hum !).
Le beau (re Hum !) David continue l’aventure en allant dans la Mecque de ce rock noisy, Chicago, qui commence sérieusement à se faire entendre. Le problème c’est qu’il joue comme un pied de la basse. Il rappelle donc Sims (non pas Sim !) l’ancien bassiste de SCRATCH ACID et emploie à la gratte un certain Duane Denison qui a ferraillé dans les obscurs CARGO CULT et en rupture de jazz. A la batterie, ben, une charmante Alesis qui est en fait (lis bien ce passage, Erwin) une sexy boîte à rythme !
Ce trio infernal donne rapidement son premier concert à Chicago et déjà se révèle le jeu scénique déjanté du bô David (re re Hum !)
Suit « pure », un premier E.P. réalisé avec l’ami Albini qui commence sa longue carrière de producteur expert en boucan en tout genre.
On pourrait croire à du sous BIG BLACK comme le montre la présence d’Albini dans le studio ou alors à une routine noise à la RAPEMAN qui était justement dans la continuité du « gros noir ». Allez, peut-être « Rabid pigs » pour la boîte à rythme frontale mise en avant, vous savez la jolie Alesis (re re re Hum !) qui rappelle l’influence du gang dévastateur du Steve en question.
Non, on a surtout affaire à quelque chose d’autre, pas encore bien identifiée. Le son n’est pas exceptionnel. Albini fera bien mieux par la suite avec ses petits camarades mais aussi avec d’autres bandes de « noiseux ».
Mais déjà des morceaux devenus par la suite des hymnes pour le groupe étonnent par leur agressivité mélangeant post punk et industriel à la CHROME :le strident « Blockbuster » avec les vocaux inquiétants de Yow (repris d’une façon heavy farouchement plus tard par les MELVINS, leurs futurs potes), le désespéré « Bloody mary » qui renvoie au BIRTHDAY PARTY du gigantesque NICK CAVE et le punk acide « Starlet » qui montre quel grand guitariste est Duane Denison.
Le tout finit par une relecture industrielle à la NEUBATEN d’un vieux hit doo wop « Happy bunny goes fluff fluff along » du crooner NEIL SEDAKA qui a dû avoir un infarctus en l’écoutant.

En tout cinq titres, une sorte de redoutable hors-d’œuvre. Pour une discographie bien singulière.

A lire aussi en PUNK-ROCK par NOSFERATU :


THE JESUS LIZARD
Head (1990)
Adieu Alesis.




RADIO BIRDMAN
Radios Appear (1977)
Symbole de l'"aussie rock"


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- David Yow (chant)
- Duane Denison (guitare)
- David Wm. Sims (basse)
- Alesis ! (boite à rythme)


Non disponible



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod