Recherche avancée       Liste groupes



      
TEXAS BLUES  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Albert COLLINS - Frozen Alive! (1981)
Par LE KINGBEE le 12 Novembre 2018          Consultée 235 fois

Il est tout de même étonnant aujourd’hui de lire qu’Albert COLLINS était au creux de la vague durant les seventies. Ancien élève de Frankie Lee Sims, Albert COLLINS a connu une certaine notoriété à la fin des fifties en quittant son Texas natal pour la Californie.

Le guitariste reste le dépositaire d’un phrasé aisément reconnaissable, fait de courtes notes concises mais maintenant la tension. A croire que le Texan joue parfois au minimum syndical. Alors que certains se complaisent à nous déverser des cascades de notes aussi futiles que cupides, finissant bien souvent par se perdre en route, COLLINS à l’instar de Freddie KING privilégie l’essentiel. Si son jeu de guitare élégant et raffiné lui vaut le surnom de Ice, le bonhomme est presque sur le carreau, n’enregistrant que pour de petits labels et se produisant dans le circuit Blues reliant le Texas à la Californie. Il lui faut attendre 1978 pour connaître une gloire qui semblait le fuir, Bruce Iglauer, patron du label Alligator, lui permettant d’enregistrer enfin des disques qui feront date et surtout de chanter, alors qu’il privilégiait l’instrumental.

Ce Live capté à l’Union Bar de Minneapolis, un bar-restaurant, provient en fait de deux concerts s’étant déroulés entre le 5 et le 8 mars 1981. Le Texan est ici formidablement secondé. On retrouve une grosse partie des Icebreakers : le batteur Casey Jones (ex Earl Hooker, Muddy Waters, McKinley Mitchell) le sax A.C. Reed (ex Buddy Guy, Lonnie Brooks, Son Seals) et l’organiste Allen Batts. Seuls les frères Burton manquent à l’appel, remplacés par le guitariste Marvin Jackson et Johnny B. Gayden à la basse.

Ce disque en public débute en fanfare avec « Frosty », l’un de ses plus grands succès. La guitare bien dans le style texan y est rehaussée par les nappages de sax, tandis que la section rythmique n’a qu’une idée en tête : placer son leader dans les meilleures conditions. Rien de tel qu’un slow blues efficace pour vamper une salle et créer de l’intimité. « Angel of Mercy », une compo d’Homer Banks et Raymond Jackson, gravée par Albert KING pour la Stax, recueille les suffrages du public. Mais quelle rondeur de basse ! Avec ses touches de guitare répétitives oscillant entre Funk et Texas Blues, « I Got That Feeling » monte crescendo et achève la face A sur un bon feu d’artifice.

En ouverture de face B, la formation transforme le « Caldonia » de Louis Jordan en un Texas Blues électrique pour la plus grande joie du public. Reprise du grand hit de GUITAR SLIM, « Things I Used To Do » est exécuté dans une version bien groovy où le saxophone et l’orgue viennent adoucir la sauce. « Got a Mind to Travel » s’annonce comme un pur shuffle avec des riffs aussi courts qu’efficaces qui deviennent vite obsédants. Le disque se termine avec une compo des Icebreakers, « Cold Cuts », débutant par une démonstration de basse de près d’une minute, alors qu’au milieu du titre la basse et la guitare se livrent un duel sans pitié incorporant la mélodie de « Popeye The Sailor ». Il ne fait aucun doute que ce soir-là, aucun membre des Icebreakers n’avait besoin d’une portion d’épinards. On pourra juste regretter que ce Live ne dure que 38 minutes. Il devait être possible pourtant en 1981 de produire un double album. Il serait étonnant que le guitariste ait interprété des set-list identiques pour deux concerts se déroulant au même endroit et tout juste décalés de quatre jours.

Produit sans trop de surenchère par Bruce Iglauer et Dick Shurman, « Frozen Alive » demeure l’un des premiers disques Public de cette icône du Texas Blues. Les premiers disques enregistrés par Albert COLLINS pour le label chicagoan Alligator le lancent vers une carrière internationale de tout premier plan. 26 ans après son passage à Montreux, certains gardent encore en mémoire sa verve et son jeu de guitare qui parvenaient à happer toute une salle. Un excellent Live et un bassiste de tout premier choix.

Cette chronique provient de l’écoute du L.P. Sonet pressage français.

A lire aussi en BLUES par LE KINGBEE :


JOAKIM TINDERHOLT & HIS BAND
You Gotta Do More (2014)
Les fjords se déversent à la Nouvelle Orleans.




EDDIE C. CAMPBELL
King Of The Jungle (1977)
Un essentiel du west side sound


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Albert Collins (chant, guitare)
- Marvin Jackson (guitare)
- Johnny B. Gayden (basse)
- Casey Jones (batterie)
- Allen Batts (orgue)
- A.c. Reed (saxophone)


1. Frosty
2. Angel Of Mercy
3. I Got That Feeling
4. Caldonia
5. Things I Used To Do
6. Got A Mind To Travel
7. Cold Cuts



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod