Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Benjamin Biolay
 

 Le Site Officiel (1659)
 Le Lien Défait (non Officiel) (1403)

Jean-louis MURAT - Il Francese (2018)
Par NESTOR le 20 Novembre 2018          Consultée 1183 fois

La sortie d’un album de Jean-Louis MURAT, c’est presque comme le retour du beau temps au printemps : c’est régulier et relativement prédictif. En effet, depuis qu’il a pris son rythme de croisière, au début des années 2000, le chamaliérois s’astreint farouchement à un rendez-vous discographique quasi annuel. Et à ce titre, ce vingt-deuxième album est loin d’être en retard puisqu’il nous est proposé moins de 10 mois après Travaux sur la route N89, son prédécesseur dont il s’avère en grande partie le prolongement. Ou l’aboutissement pour certains.On y retrouve l’orientation électro qui était présente sur ce dernier, sous c ouvert d’expérimentation.

Avec Il Francese, cette phase de découverte semble dépassée et Jean-Louis MURAT s’ancre désormais dans cette nouvelle direction musicale. Et même s’il est prématuré de considérer que nous détenons là sa nouvelle identité artistique (celui-ci s’étant escrimé au fil des ans à brouiller les pistes et à multiplier les projets plus surprenants les uns que les autres), il convient de constater que MURAT se montre assez à l’aise pour ce qui est d’équilibrer pop et sonorités légèrement électro. Il parvient ainsi à se montrer très efficace avec "Achtung" qui ouvre l’album avec ses percussions mécaniques. Ou avec "Rendre l’âme", un équilibre assez heureux entre ses facettes habituelles et celles qui font appel à des sonorités plus modernes.

Il Francese n’est pas un disque unidimensionnel, et nous retrouvons l’artiste dans des morceaux un peu plus « traditionnels » au regard de son style d’origine, à l’image des émouvantes, et très réussies, "Je me souviens" et "La treizième porte", ou bien de "Cine Vox" et "Sweet Loraine" qui ne peuvent pas se targuer de la même efficacité.

A d’autres moments, on retrouve le goût de Jean-Louis MURAT pour les œuvres légèrement atypiques. C’est ainsi le cas avec "Margueritte De Valois" et ses chœurs aux sonorités trafiquées. Ou bien "Hold-up", un duo aux tonalités légèrement sucrées, avec Morgane IMBEAUD, qui sombre malheureusement assez rapidement dans la facilité. Pour mémoire, on retrouvait déjà la jeune femme sur "La vie me va" (Travaux sur la RN89, 2017), et MURAT avait participé au conte musical, Les songes de Léo, de celle-ci en 2015.

Mais, si la nouvelle couleur musicale qu’il nous propose est plutôt bienvenue et permet de maintenir un intérêt pour les disques de MURAT alors que celui-ci a une production très prolifique, il y a lieu de convenir que tout n’est pas réussi. Et plusieurs compositions ne parviennent que difficilement à susciter un réel intérêt. Il en va ainsi de "Kids" qui adopte rapidement un faux rythme soporifique, du brouillon et bancal "Gazoline", ou bien du bien trop convenu "Cine Vox" qui ne parvient pas à suffisamment se démarquer de certains de ses anciens titres.

Si l’on ne peut que féliciter Jean-Louis MURAT de perpétuellement apporter des touches d’innovations dans ses œuvres et de ne pas se cantonner à la même recette, il convient aussi de se demander si le rythme très élevé de ses sorties d’album ne nuit pas à la qualité de ceux-ci. Ou plus exactement si à force de trop solliciter ses auditeurs, il ne finit pas par les lasser un peu, à émousser leur capacité d’émerveillement.

Si Il Francese reste un disque plus que correct, il peine toutefois à se détacher d’une production très touffue et de ce fait à se forger une identité qui lui soit propre. La magie a ainsi du mal à s’exprimer tant l’écoute d’un « nouveau MURAT » devient un acte presque banal. Alors soit, les timides introductions de sonorités électro et le talent du bonhomme lui sauvent la mise. Mais pas suffisamment pour faire de cet album un nouveau classique.

A lire aussi en POP par NESTOR :


The CARDIGANS
Emmerdale (1994)
Pop sucrée et envoutante : premier coup de maître




L'IMPERATRICE
Tako Tsubo (2021)
Une nouvelle dose de sucrerie electro pop


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Jean Louis Murat (chant, guitares, claviers)
- Matt Low (guitares)
- Yann Clavaizolle (batterie)


1. Achtung
2. Ciné Vox
3. Sweet Lorraine
4. Marguerite De Valois
5. Hold Up
6. Kids
7. La Treizième Porte
8. Gazoline
9. Silvana
10. Rendre L'âme
11. Je Me Souviens



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod