Recherche avancée       Liste groupes



      
INDIE-POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALINE - La Vie Electrique (2015)
Par RICHARD le 3 Juin 2019          Consultée 258 fois

Se pencher sur La Vie Electrique, le deuxième album des Marseillais d'ALINE sorti en 2015, c'est sans doute vainement essayer de comprendre pourquoi en France une certaine pop ne réussit vraiment pas, mais vraiment pas à décoller, à aller plus haut comme disait l'Australienne Tina. Je parle ici d'une pop soignée, élégante, facile d'accès mais pas pour autant aguicheuse et sans âme. C'est en 2013 que le groupe s'est fait connaître avec Regarde Le Ciel, premier opus qui s'il laissait paraître parfois un peu trop ses influences so eighties avait réussi néanmoins une synthèse agréable de pop hexagonale un peu et anglaise surtout. Rempli d'hymnes entêtants et de mélancolie, il montrait en une dizaine de titres tout le potentiel des Phocéens. Le problème, enfin si c'en est réellement un, c'est que le succès critique plutôt large a été inversement proportionnel au succès public. De quoi désespérer un peu et décourager les meilleures intentions, mais pas suffisamment à priori puisque voici quand même un bien bel opus aux couleurs nostalgiques d'été finissant.

La Vie Electrique reprend donc plus ou moins les choses où nous les avions laissées en 2013.C'est à dire que ce disque est toujours fortement irrigué par cette pop anglaise qui réussit à être aussi bien triste que légère. ALINE a réussi cette fois-ci à assouvir complètement ses phantasmes d'adolescents. Qu'en penserait donc le DOC ? Déjà, ce n'est pas sale et ensuite avoir pour producteur ni plus ni moins que Stephen STREET le talentueux Anglais à qui l'on doit un travail habile sur les albums des SMITHS ou MORRISSEY en solo par exemple, c'est plutôt classe. Ceci est loin d'être anecdotique cependant, car si Romain Guerret s'exprime en français et plutôt bien, cette sensibilité à fleur de peau à ne pas en douter prend bien naissance de l'autre côté du Channel. Si cette filiation est évidente, il n'en demeure pas moins que ces dix titres sont dix titres harmonieux de pop française .Je sais, parfois enfoncer des portes ouvertes limite la douleur à l'épaule.

A l'image de cette figure majeure qui est celle de DAHO, ALINE n'a vraiment pas à rougir de ses textes. Il existerait selon des sources autorisées deux écoles de pensée et d'appréciation concernant les textes dans notre langue. Et oui, rien que ça ! Celle qui consiste à se laisser uniquement porter par la mélodie et donc les ignorer ou celle qui préfère s'y attarder pleinement. L'amour, l'amour, encore et toujours. Rarement gai, le plus souvent triste et déçu avec ALINE. Qu'il soit l'heure des remises en questions amères d'un couple comme dans «Les Résonances cachées» ou de l'éveil prononcé des sens ( «La Vie Electrique» et son texte Explicit Lyrics), Guerret trouve le ton et les mots justes. Les trouvailles sont parfois inattendues et intéressantes. Il en va ainsi de l'amer «Les Mains Vides» où le narrateur est en fait une narratrice. Atypique point de vue et étrange sensation.Les paroles de l'auteur ne cherchent sans doute pas une artificielle complexité. Bien au contraire, elles apparaissent volontiers comme touchantes dans leur simplicité. Si je m'attarde un peu sur la qualité (du moins pour moi) des propos irriguant ces dix compositions, c'est parce qu'ils participent pleinement à la réussite de la Vie Electrique. Je n'oublie pas non plus une autre raison de l’intérêt de cet album.La voix pop de Guerret qui rappelle parfois celle de VOULZY ou celle de DAHO (le superbe «Une Vie»). Douce, prenante et entraînante, elle vous enveloppe tranquillement et semble ne parler qu'à vous et pour vous.

A l'instar de son premier essai, ALINE ne cache pas sur le plan musical encore une fois ses premières amours. Difficile de ne pas penser aux SMITHS, aux CURE, à DAHO tant cette pop à haute teneur mélancolique rappelle ces pointures.On dirait une liste à la Vincent DELERM tiens donc.Du Rennais, on retiendra par exemple cet héritage consistant à trousser d'imparables mélodies à la fois froides et chaudes . Ainsi «Les Mains Vides» ou «Avenue des Armées» en quelques minutes emplissent l'espace d'une forme de tristesse pensive. C'est bien le temps des regrets. Celui qui évoque l'exil américain de MORRISSEY sur «La Vie» et son âge d'or révolu ou le temps heureux qui n'est plus qu'un lointain souvenir comme sur le très smithien justement «Chaque Jour Qui Passe». Les Marseillais alternent avec bonheur hymnes hédonistes et complaintes . Comme pour casser une ambiance qui parfois pourrait apparaître parfois comme monocorde, ALINE se permet deux parenthèses inattendues. L'une Dub avec le désespéré «Plus Noir Encore» et l'autre comment dire...qui sonne comme du PLASTIC BERTRAND («Promis Juré Craché»). Sur la Vie Electrique, la production est léchée (merci STREET), le disque fourmillant de petites trouvailles discrètes qui sur le long terme expriment pleinement leur importance (le doux final d'une «Vie» encore une fois).

Cet album est une petite perle de pop hexagonale. Ambitieux, travaillé et efficace, il n'en demeure pas moins un échec commercial. C'est triste, car ALINE mérite sans doute mieux que ce total oubli. Merci donc, si vous le désirez, de changer quelque peu la donne.

A lire aussi en POP :


Peter GABRIEL
The Veil (2016)
Single moins trompeur qu'"i'm amazing".




The GO-GO'S
Beauty And The Beat (1981)
Excellent disque de rock féminin


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Romain Guerret (chant, guitares, chœurs)
- Romain Leiris (guitare basse)
- Vincent Pedretti (batterie)
- Arnaud Pilard (guitares)
- Jérémy Monteiro (claviers)


1. Avenue Des Armées
2. Les Résonances Cachées
3. La Vie électrique
4. Les Angles Morts
5. Plus Noir Encore
6. Tristesse De La Balance
7. Chaque Jour Qui Passe
8. Une Vie
9. Les Mains Vides
10. Promis, Juré,craché



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod