Recherche avancée       Liste groupes



      
COLD WAVE  |  E.P

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 



ASYLUM PARTY - Picture One (1988)
Par RICHARD le 28 Juin 2019          Consultée 155 fois

Voici donc une satanée interrogation. Qu'est-ce qui peut bien dans le domaine musical définir un groupe culte ? L'attachement quasi-viscéral à travers le temps qui lui est porté sans que cette relation ne faiblisse d'un iota ? Sa primordiale influence inversement proportionnelle aux nombres faméliques de disques vendus? Les prix excessifs, voire hors sol des rééditions de sa discographie ? Tout ceci assurément et tant d'autres choses. Vous l'avez compris, dans la sphère des musiques froides et émotionnelles, le duo francilien qui apparaît sur la scène en 1988 avec ce cinq titres a incontestablement ce statut envié. ASYLUM PARTY, sans le savoir, a posé en ce printemps 88 les bases d'un monde simple en apparence où de sombres émotions portées par des mélodies aux effluves pop n'en finiront pas de marquer de leur aura discrète les univers tourmentés.

ASYLUM PARTY, c'est Philippe Planchon et Thierry Sobézyk qui après avoir joué dans une foultitude de petits groupes décident de prendre les choses en mains et suite à diverses apparitions sur des compilations ultra discrètes (Unreleasd 1, Der Bau) partent en Angleterre fin 1987 pour enregistrer ce disque, un premier essai pour un coup de maître. De l'underground, les deux amis passent à la lumière feutrée. Ce qui frappe instantanément à l'écoute de ce L.P, c'est son quasi anachronisme. En effet, en cette fin de décennie, la cold wave grand public est en train de disparaître. Les CURE, AND ALSO THE TREES sont déjà de vagues et lointains souvenirs. Anachronisme donc et paradoxe qui n'empêcheront pas ce duo de croire en son étoile et de nous proposer vingt-cinq minutes de monotonie travaillée particulièrement addictives.

Même si par essence le monde dans lequel évoluent les Franciliens n'est pas sous le feu nourri des projecteurs, il comporte quand même en son sein ses petits hits, ses classiques intemporels. « Julia » qui ouvre les hostilités est le Titre d'ASYLUM PARTY. C'est un morceau qui en quelques notes et peu de mots (l'amour entre Julia et Winston, les héros de « 1984 » d'ORWELL) s'imprime définitivement en vous. Tout le style du duo s'y exprime déjà pleinement. Une mélodie imparable, des gimmicks accrocheurs, une basse liquide qui rappelle celle de Steven Severin de SIOUXSIE AND THE BANSHEES, des notes mélancoliques de claviers, une guitare aux arpèges discrets et une voix comme atone. Voici la personnalité du groupe qui sera dans des teintes parfois légèrement différentes développées à travers les deux prochains disques.

Si Planchon et Sobézyk n'ont fondamentalement rien inventé, ils ont cependant réussi à faire d'un ennui morne un sentiment paradoxalement de toute beauté. ASYLUM PARTY imprègne ses tableaux sonores d'une douceur ouatée aux évidentes teintes hivernales. Les quatre autres morceaux développent cette même sensation. Il y a l'évidence comme une forme de spleen hypnotique. Ce dernier passe par la basse qui chez le duo est essentielle. Elle semble être à l'image du très beau « Before The Smile » le centre vers lequel tout converge. De la voix détachée aux sonorités tranchantes de guitares, elle est un irrésistible aimant. Pour citer le cold waveux Victor HUGO, « La mélancolie, c'est le bonheur d'être triste ». C'est une parfaite définition pour cette galette. La longue complainte qu'est « White Light » ou le plus pêchu « Together In The Fall » en final ornent brillamment cette cold wave de mille et une couleurs grises, autant de raisons de laisser une place à ce sobre duo dans votre discothèque.

Picture One est un essentiel de la cold wave hexagonale, voire de la cold wave tout court. Culte, ASYLUM PARTY l'est assurément.

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


LOWLIFE
Diminuendo (1987)
Les oubliés écossais du post-punk




THE GLOVE
Blue Sunshine (1983)
Robert smith et steven severin sous acides


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Philippe Planchon (chant,guitare,claviers)
- Thierry Sobézyk (chant, basse,claviers)


1. Julia
2. Sweetness...of Pain
3. Before The Smile
4. White Light
5. Together In The Fall



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod