Recherche avancée       Liste groupes



      
COLD WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1989 Borderline
1990 Mere
1988 Picture One

ASYLUM PARTY - Borderline (1989)
Par RICHARD le 29 Juillet 2019          Consultée 323 fois

1000. C'est le nombre de copies vendues de Picture One, le tout premier L.P. d'ASYLUM PARTY. Ce chiffre en 2019 peut nous sembler éminemment ridicule, mais c'est avec ce (très petit) succès d'estime que le groupe confiant part enregistrer à la fin de l'année 1988 à Bruxelles Borderline. Cet album est encore considéré de nos jours comme la perle noire des Franciliens. Pour Planchon et Sobézyk, les événements prennent à l'évidence une nouvelle tournure et celle-ci s'ouvre sous les meilleurs auspices. Naturellement, tout ceci se déroule dans le cadre d'un underground froid mais les deux compères sentent bien qu'une nouvelle étape est sur le point d'être franchie. Le combo sera aidé en ceci par la journaliste de BEST Emmanuelle DEBAUSSART. C'est en effet elle qui va fédérer différents groupes autour d'un concept vendeur sur le papier mais en définitive fragile, celui de la Touching Pop. Ce dernier alliera tourments glacés et texture pop. BABEL 17, LITTLE NEMO ou MARY GOES ROUND feront parti de cette aventure excitante mais éphémère (1989-1991). Dans notre hexagone, les choses sont ainsi faites. A l'heure de BENNY B et BLACK BOX, l'univers discret de la Touching Pop est comme totalement anachronique, voire pire quasiment mort né.

Ce sentiment, ASYLUM PARTY n'en a cure comme disait Robert Smith, l'une des influences évidentes du groupe. Gonflé à bloc, le duo est devenu trio, là encore grâce à la précieuse journaliste de BEST. La hiératique Pascale Macé arrive aux claviers et injecte dans la musique grâce à ses notes mélancoliques une belle dose de tristesse aux teintes hivernales. C'est bien ici cependant que l'on se rend finalement compte du caractère sincère mais inabouti de la Touching Pop. En effet, que peuvent avoir en commun les totalement barrés BABEL 17 et les classieusement pop LITTLE NEMO ? Idem avec le trio qui nous intéresse et qui développe une cold wave hors du temps, simple en apparence et pleinement habitée. Mais revenons à nos saisons. Je ne sais pour vous, mais je trouve que parfois les atmosphères développées tout le long d'un disque se marient plus ou moins bien avec l'un de ces quelques mois. Borderline, pour moi, mais aussi comme pour le peu de personnes parlant de cet album sur la toile, évoquera indubitablement l'hiver. Et ce n'est pas simplement par facilité ni paresse car deux titres de Borderline en portent la marque. Il en va ainsi de « First Days of Winter », le très poignant instrumental, sorte de croisement entre CURE et NEW ORDER et de la longue pièce « Winter » qui avec le jeu retenu de Pascale Macé confirme pleinement cette grise impression. Le combo n'a pas son pareil pour exposer avec précision les tourments qui nous agitent. ASYLUM PARTY comme révélateur de déchirements intérieurs ?

Familièrement, on dit parfois d'un titre qu'il n'est pas vraiment «jouass» ou qu'il ne faut surtout pas l'écouter «si tu déprimes». Je n'irai toutefois pas jusqu'à là. C'est vrai cependant que le trio a quand même développé une noirceur assumée, mais sans pathos, ni caricature outrancière. En ces temps en permanence moroses, vous vous dites peut-être que le spleen, ce n'est pas idéal. Et pourtant, le groupe a un évident intérêt. Comme celui sans conteste d'avoir réussi à faire de la monotonie, ou de ce qui pourrait même se rapprocher d'un ennui monochrome, une force. Même lorsque les compères entament le culte et dansant « The Sabbath » et qu’apparaissent démons, elfes et rites païens, la potion prend plutôt bien ! ASYLUM PARTY passe du chant en anglais au français et propose deux pièces maîtresses, deux classiques de la cold wave. « La Tourmente » (avec un clin d’œil au livre «Le Matin des Magiciens» de PAUWELS et BERGIER) et l'oppressante et bien nommée « La Nuit ». Pour qui souhaite vraiment découvrir la cold wave, ces titres en sont l'archétype, archétype qui sera repris même dans les années 2010 avec les petite jeunots de LowCityRain ou FRANK (JUST FRANK). Voix monotones, claviers tristouilles, basse bien mise en avant et guitares aux sonorités tantôt tranchantes tantôt cristallines, voici l'identité des Courbevoisiens. Ainsi « Pictures »,le long titre clôturant cet album nous rappelle cette formule et évoque très opportunément la forte puissance évocatrice du trio qui reste à ce jour dans son style inégalée.

L'instructif livret qui accompagne les rééditions de 2006 du groupe précise avec élégance qu' ASYLUM PARTY est «un grand groupe mineur». C'est pleinement vrai. Borderline a passé l'épreuve du temps et trente ans après sa sortie, il continue à briller intensément comme au premier jour.

* Thierry Sobezyk vient malheureusement de nous quitter le 11 juillet dernier. On ne le remerciera jamais assez d'avoir été avec Philippe Planchon et Pascale Macé le créateur d'un monde où émotions, frissons et sincérité se côtoient sans heurt. Merci.

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


The CURE
Pornography (1982)
Culte de chez culte ? Pas nécessairement...

(+ 2 kros-express)



HUMAN TETRIS
Memorabilia (2018)
Bons baisers de Russie.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Philippe Planchon (chant,guitare)
- Thierry Sobézyk (chant,basse)
- Pascale Macé (claviers)


1. Play Alone
2. The Sabbath
3. La Tourmente
4. First Days Of Winter
5. La Nuit
6. Better Days Ahead
7. Winter
8. Pictures



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod