Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Michael GIACCHINO - Jurassic World (2015)
Par DERWIJES le 21 Juillet 2019          Consultée 80 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Ce n'était qu'une question de temps avant que ne sorte un nouveau Jurassic Park. Ce quatrième volet fait office de “soft reboot”, comprenez une suite qui prend en compte les épisodes précédents mais remet quand même les compteurs à zéro.
On en a évidemment beaucoup parler lors de sa sortie : ce fut le blockbuster de l'été 2015. Pour au final un film typiquement pop-corn, le genre qu'on apprécie quand on le regarde puis qu'on oublie entièrement dès que le générique de fin cesse de défiler. On appréciera néanmoins de voir un Parc Jurassique enfin ouvert au grand public, ce qui offre quelques scènes plutôt bien troussées.

Je n'y avais pas fait attention lors de la sortie du film, mais c'est Michael GIACCHINO qui s'occupe de la musique. De quoi attiser ma curiosité : non seulement j'apprécie le travail de ce compositeur mais j'ai trouvé qu'il a fait un excellent travail à marcher dans les pas de John WILLIAMS pour Star Wars : Rogue One. Le garçon est d'autant moins étranger à la série jurassique qu'il a composé la musique de deux jeux vidéos Jurassic Park dans les années 90 : Warpath et The Lost World -cette dernière étant l'une des premières, si ce n'est la première, bande-originale d'un jeu vidéo composée pour et par un orchestre !

La difficulté pour Giacchino a dû être de reprendre les idées conviées par Williams sur les deux premiers films sans les copier. Il aurait pu citer tout azimuts le fameux “Island Fanfare”, mais ne le fait qu'avec parcimonie à quelques reprises, dont je retiens en particulier “Welcome to Jurassic World”, moment musical qu'il parvient à porter sur ses épaules. Sa seule véritable citation est sur l'ouverture “Bury the Hatchling” ou il reprend presque note pour note l'ouverture du premier opus, un choix qu'on ne peut lui reprocher puisqu'elle résume parfaitement les ambiances du film : un cor féerique au commencement pour la magie de voir des dinosaures vivants, suivi de choeurs menaçants rappelant leur violence primaire, auxquels Giacchino fait suivre une flûte légère, comme pour souligner leur propre intelligence animale, un thème important dans Jurassic World.

Mais très vite, on se rend compte du défaut principal de cette B.O. : d'une bonne durée (1h20), elle a été écrite pour être écoutée avec les images et suit l'ordre chronologique du film qu'elle illustre. Par conséquent, on se retrouve avec une multitude de pistes courtes enchaînant brutalement les styles. Au menaçant “Clearly His First Rodeo”, suit le romantique “Owen You Nothing” avant de repasser à une ambiance pesante avec “Indominus Wreck”. Bien que ça ne nuise pas plus que cela à l'écoute, un choix moins linéaire ou réunis à l'intérieur de suites plus longues permettant un enchaînement plus souple des différentes ambiances aurait peut-être été préférable, à la manière de la “Jurassic World Suite” concluant l'album. On se passera des trois titres bonus qui sont les jingles diffusés dans le parc, parodiques de ceux de Disneyland. C'est marrant... Mais c'est vite pénible.

Giacchino souffle parfois le chaud et le froid dans une même piste. “Our Rex Is Bigger Than Yours” est alourdi par les choeurs guerriers mais se rattrape quasiment aussitôt en citant une version ralentie du thème principal de The Lost World (accessoirement mon thème préféré de la série). Ou comme dans “As The Jurassic World Turns” qui commence avec des notes sombres cachées sous un vernis joyeux, métaphore des dangers du parc ignorés au nom de l'entertainment de masse, sur une répétition qui s'attarde trop longtemps pour son bien.

J'ai beau évoquer les défauts de ce disque, il faut avouer que je l'aime quand même bien. J'ai un petit faible pour Michael Giacchino, je trouve son style simple et efficace. Ecoutez “The Family That Strays Together”: gentillet et mignon, c'est néanmoins joli et sentimental. Ou, dans un registre différent, “Chasing the Dragons”. C'est de la musique d'action comme Hollywood nous en offre régulièrement, mais c'est la preuve qu'on ne se lasse pas des bonnes recettes bien exécutées.

Comme dans le film, Giacchino tisse des liens entre le nouveau et l'ancien. Il a réussi avec succès à retrouver et à extraire l'ADN de John Williams enfermée dans l'ambre du premier Jurassic Park.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par DERWIJES :


Jeremy SOULE
The Elder Scrolls V: Skyrim (2011)
Dovahkiin !




James Newton HOWARD
The Village (le Village) (2004)
A mauvais film, grande b.o.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Michael Giacchino (compositeur)


1. Bury The Hatchling
2. The Family That Strays Together
3. Welcome To Jurassic World
4. As The Jurassic World Turns
5. Clearly His First Rodeo
6. Owen You Nothing
7. Indominus Wrecks
8. Gyrosphere Of Influence
9. Pavane For A Dead Apatosaurus
10. Fits And Jumpstarts
11. The Dimorphodon Shuffle
12. Love In The Time Of Pterosauria
13. Chasing The Dragons
14. Raptor Your Heart Out
15. Costa Rican Standoff
16. Our Rex Is Bigger Than Yours
17. Growl And Make Up
18. Nine To Survival Job
19. The Park Is Closed
20. Jurassic World Suite
21. It's A Small Jurassic World
22. The Hammond Lab Overture
23. The Brockway Monorail
24. Sunrise O'er Jurassic World



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod