Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Oasis
- Membre : Monkey, Gorillaz, Damon Albarn

BLUR - The Great Escape (1995)
Par A.T.N. le 22 Février 2007          Consultée 4320 fois

La presse peut-elle tuer un groupe ? Probablement pas, mais le blesser, sûrement.

Tout auréolé de son coup de maître avec Parklife (1994), raflant un record de Brit Awards, le groupe se remet au boulot en 1995 avec en toile de fond une compétition comme les Anglais les aiment : OASIS vs BLUR. Quel est le plus grand groupe d’Angleterre (et, par conséquent, du monde…) ? Quelle juteuse occasion de faire resurgir une bonne petite guéguerre du type BEATLES vs STONES. Qui pousse même Damon ALBARN (ça doit le faire marrer aujourd’hui qu’il est bien au-dessus de la mêlée) à avancer la sortie du single "Country House" afin qu’elle coïncide avec celle de "Roll with It", d’Oasis.

Pour la petite histoire, "Country House" gagnera en termes de ventes, mais The Great Escape perdra (et se prendra même une gifle) devant What’s the Story (Morning Glory). Une claque bien méritée. Non que What’s the Story... soit un album génial (et ce n’est pas le sujet), mais les musiciens de Colchester essaient ici une stratégie identique à celle de leurs rivaux mancuniens : tenter de refaire le même album que celui qui a fait leur gloire. Un Parklife bis, quoi. Pas très malin.

Rien que le début, tiens. Le riff de "Stereotypes" est bien, la rythmique chaloupée avec basse au médiator est entraînante, mais franchement, "Girls & Boys" (le début de Parklife) ça c’était du single qui tue, ça c’était un démarrage qui amène les voisins sur le balcon. "Best Days" est une très belle chanson, mais "This is a Low" est bien plus poignante, mieux arrangée. "The Universal" a quelques bons passages (ces beaux violons simples et élégants, cette trompette nostalgique et douce), mais n’arrive pas à la cheville de "To The End". "Country House", sympatoche, est lourdingue comparée à "Jubilee" ou "Parklife". On retrouve les mêmes recettes, cette pop colorée, mélodique, raffinée et ludique, parcourue de chœurs légers. Mais le cœur du groupe, lui, semble essoufflé.

Et pourquoi vouloir refaire le coup du tableau de l’Angleterre, si réussi sur Parklife ? « There must be more to life, than stereotypes », claironne Albarn sur le premier morceau. Puis c’est le refrain des Anglais qui se mettent à gagner du fric et du coup achètent une country house par conformisme social. Ca sent le réchauffé.

Sans surprise, la presse aura donc poussé BLUR vers la médiocrité. C'est le rôle qu'elle aime jouer. Heureusement, ALBARN est évidemment un type plus intelligent et musicalement plus ambitieux que Noel GALLAGHER, et les albums de BLUR exploreront, par la suite, des schémas nouveaux, inventifs, et se mettront en danger. Mais The Great Escape, lui, sans être mauvais, est à oublier.

Remarque pour l’édition française du CD : il contient une version de "To The End" avec Françoise HARDY(ALBARN est un grand admirateur de l’égérie frenchie) qui est pas mal, juste pour l’anecdote.

A lire aussi en ROCK par A.T.N. :


TALK TALK
The Colour Of Spring (1986)
La laide chenille mute en superbe papillon




BLUR
Parklife (1994)
Le tableau coloré de l'Angleterre des 90's


Marquez et partagez





 
   A.T.N.

 
  N/A



- Damon Albarn – Chant, Claviers, Guitares
- Graham Coxon – Guitares
- Alex James – Basse
- Dave Rowntree – Batterie


1. Stereotypes
2. Country House
3. Best Days
4. Charmless Man
5. Fade Away
6. Top Man
7. The Universal
8. Mr Robinson's Quango
9. He Thought Of Cars
10. It Could Be You
11. Ernold Same
12. Globe Alone
13. Dan Abnormal
14. Entertain Me
15. Yuko & Hiro
16. To The End (avec Françoise Hardy)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod