Recherche avancée       Liste groupes



      
BRITPOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Oasis
- Membre : Monkey, Gorillaz, Damon Albarn

BLUR - Modern Life Is Rubbish (1993)
Par WALTERSMOKE le 8 Juin 2016          Consultée 1839 fois

En 1991, effectuer un départ canon ne suffit pas à convaincre dans le monde, l'univers de la musique anglaise, et BLUR en est une solide preuve. Malgré un Leisure extraordinaire, les critiques n'ont dans l'ensemble pas accroché et le public n'a pas trop cherché à encenser le groupe de Damon Albarn. Et comme le groupe s'est retrouvé endetté, direction les États-Unis pour faire une tournée organisée par Food Records. Un voyage qui tourne au fiasco parce que l'alcool, parce que l'accueil tiède, ce genre de choses. Un « joli » terreau pour développer chez Damon la nostalgie de son Angleterre. Et comme si ça ne suffisait pas, au retour au pays, BLUR doit affronter avec horreur le succès de sa némésis. OASIS ? Que nenni, il s'agit en fait de SUEDE, formation abhorrée par Albarn. La bande à Brett Anderson cartonne en Albion, et le sursaut d'orgueil débarque. Ainsi, c'est en piochant dans le passé qu'on pourra vraiment percer ? Alors c'est parti, l'Angleterre va se prendre un incroyable déluge appelé britpop.
La charge de BLUR commence tout d'abord par le single Popscene, symptomatique du changement de cap du quatuor. Si la nervosité rock est toujours présente (merci Coxon), voilà que débarquent des arrangements de cuivres stridents, offrant un rendu limite épique. Le virage négocié par BLUR semble être la bonne voie, et ainsi, après moult péripéties, sort en 1993 Modern Life is Rubbish.

Derrière une pochette des plus admirables, Modern Life is Rubbish laisse cependant un certain arrière-goût mitigé. En effet, de par ses nombreuses directions artistiques et une qualité inconsistante, il n'est pas impertinent d'y voir un album de transition. De nombreuses pistes à la qualité fluctuante parsèment un album bien trop long, et qui hésite encore un peu entre rester sur le passé ("Oily Water") et sauter à pieds joints dans la britpop ("For Tomorrow", "Advert"). Il est ainsi possible de faire un petit ménage, en commençant par virer "Miss America", se voulant langoureux mais qui finit par tourner en rond, ou bien raccourcir le pourtant sympathique "Resigned", qui gagnerait ainsi en efficacité.

À côté de ces quelques défauts, Modern Life is Rubbish arbore bien des morceaux autrement plus intéressants. J'ai déjà parlé plus haut de "Popscene", mais snober l'album, c'est par exemple risquer de passer à côté de "For Tomorrow", entraînante ouverture doublée d'une profession de foi britpop qui convainc. "Oily Water", en plus de rappeler les origines de BLUR, est un morceau à la légèreté british évidente, et "Sunday Sunday" a « volé » son intro bruitiste à PULP, il n'en reste pas moins une charge à la fois nonchalante et furieuse, le genre de mélange que seuls des Anglais peuvent réussir avec brio. Et puis, passé "For Tomorrow", l'enchaînement des morceaux allant jusqu'à "Star Shaped" inclus, sans être parfait, peut faire baver d'envie bien des formations contemporaines tant il est irrésistible. "Villa Rosie" arbore pour sa part un rythme intéressant, mais se fait surtout remarquer par ses "oh oh" un peu prémonitoires. Enfin, dans le haut du panier, il ne faudrait pas oublier "Chemical World", sympathique chanson à qui a été attaché "Intermission", un instrumental déluré qui monte en sauce pour passer d'une intro au piano plutôt lente à une déferlante rock jouissive.

BLUR pèche avant tout par un éclectisme rock certes stimulant, mais surtout propice à la création d'un ensemble inégal. Il n'empêche, le groupe arrive quand même à fournir un disque rempli de petites merveilles pop, qui méritent bien d'être écoutées. Ce n'est pas suffisant toutefois pour décrocher la timbale. Ce qu'il manque, c'est un tube fédérateur, une chanson qui saura faire l'effet d'une bombe.

C'est justement ce qui va arriver en 1994.

A lire aussi en ROCK par WALTERSMOKE :


ASH RA TEMPEL
Join Inn (1973)
Ash ra tempel se remet aux grands albums. génial !




Brian ENO
Here Come The Warm Jets (1973)
Le génie en marche, chapitre 1


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Damon Albarn (chant, claviers)
- Graham Coxon (guitare, choeurs)
- Alex James (basse)
- Dave Rowntree (batterie)
- +
- Kick Horns (cuivres sur 8)
- Kate St Jonh (hautbois sur 5)


1. For Tomorrow
2. Advert
3. Colin Zeal
4. Pressure On Julian
5. Star Shaped
6. Blue Jeans
7. Chemical World
8. Intermission
9. Sunday Sunday
10. Oily Water
11. Miss America
12. Villa Rosie
13. Coping
14. Turn It Up
15. Popscene
16. Resigned
17. Commercial Break
18. [silence]
19. [silence]
20. [silence]
21. [silence]
22. [silence]
23. [silence]
24. [silence]
25. [silence]
26. [silence]
27. [silence]
28. [silence]
29. [silence]
30. [silence]
31. [silence]
32. [silence]
33. [silence]
34. [silence]
35. [silence]
36. [silence]
37. [silence]
38. [silence]
39. [silence]
40. [silence]
41. [silence]
42. [silence]
43. [silence]
44. [silence]
45. [silence]
46. [silence]
47. [silence]
48. [silence]
49. [silence]
50. [silence]
51. [silence]
52. [silence]
53. [silence]
54. [silence]
55. [silence]
56. [silence]
57. [silence]
58. [silence]
59. [silence]
60. [silence]
61. [silence]
62. [silence]
63. [silence]
64. [silence]
65. [silence]
66. [silence]
67. [silence]
68. When The Cows Come Home
69. Peach



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod