Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Manuel GÖttsching
- Membre : Arbeit Schickert Schneider

Günter SCHICKERT - Nachtfalter (2019)
Par WALTERSMOKE le 24 Septembre 2019          Consultée 123 fois

Quand j'y pense, chaque sortie de Günter SCHICKERT me procure toujours une certaine joie. Certes, le guitariste allemand est un second couteau du krautrock, dont le plus fameux fait d'armes est d'avoir jammé en 1975 avec Klaus Schulze, mais quand même, la musique qu'il propose a le mérite de ne pas laisser indifférent, et surtout de pouvoir plaire, aussi inégale puisse-t-elle paraître par moments. Et en 2019, le bougre continue de produire de la musique, et de l'inédite en plus, comme en témoigne Nachtfalter.

Sorti un an à peine après Labyrinth (2018), Nachtfalter est une nouvelle démonstration du talent de Günter SCHICKERT. La formule reste encore et encore la même : un krautrock moderne, avec des guitares tranchantes et un sens de la répétition à toute épreuve. Le côté nocturne de la musique de SCHICKERT est également bien mis en avant ici, ce qui est logique au vu du titre, qu'on peut traduire par « papillon de nuit ». Je dis cela, dans le sens où le guitariste n'a jamais réellement été lumineux dans sa discographie, et on est encore bien loin du soleil aujourd'hui.

Nachtfalter est donc un album nocturne, qui met l'accent sur les ambiances. Un choix logique, pertinent, permettant à SCHICKERT de tisser quelque chose de réellement troublant. Encore qu'on peut toutefois se demander ce qui nous attend avec le morceau d'ouverture, "Nocturnus". Les dissonances et la tension montée ici, digne d'un film (ou jeu) d'horreur, sont certes prenantes, mais le morceau prend des allures de monolithe et ne donne pas vraiment envie de connaître la suite. Et pourtant, c'est qu'il y en a, des choses à se mettre sous la dent. "Reflection on the Future" est ainsi une conclusion bien plus satisfaisante, avec une montée en puissance débouchant sur un final mêlant krautrock et dark ambient avec brio.

Entre les deux, il y a du Schickert-core de bonne qualité. Le pivot de l'album reste de loin "Flügelschlag", un pavé krautrock comme on aime en voir, étalant tout son côté hypnotique durant 10 minutes. Mais ce qui est bien avec Günter SCHICKERT, c'est qu'il ne joue pas tellement au passéiste sans pour autant céder à toutes les modes actuelles. Ainsi, "Ceiling" est plus concis que "Flügelschlag" et arbore surtout une production coriace, massive, assez pour porter le tout et en faire un pavé rafraichissant. "Wohin", pour sa part, passerait presque pour le single de l'album, s'il ne fallait compter que sur sa longueur (4 minutes), et incorpore des touches électro dans le morceau le plus dynamique de Nachtfalter – mais toujours aussi nocturne, ce qui fait plaisir à entendre.

Rien de réellement mauvais sur Nachtfalter : encore une victoire de canard pour Günter SCHICKERT. On l'a dit en début de chronique, ses sorties apportent toujours du plaisir, de manière efficace et honnête. Certes, le guitariste n'entrera jamais dans les livres d'histoire de la musique par la grande porte. Mais c'est précisément grâce à ce genre d'homme « de l'ombre » qu'on réapprend à apprécier la musique pour ce qu'elle peut être : un plaisir simple.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


KING CRIMSON
Live At Summit Studios (2000)
Le meilleur du roi période Islands




KRAAN
Wintrup (1973)
Une suite des événements appréciable.


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Günter Schickert (guitares, conque)
- Andreas Spechtl (batterie, synthés)


1. Nocturnus
2. Ceiling
3. Flügelschlag
4. Floor
5. Wohin
6. Light
7. Reflection On The Future



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod