Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Guru Guru

KRAAN - Kraan (1972)
Par WALTERSMOKE le 17 Janvier 2017          Consultée 532 fois

Ce qu'il y a de chiant avec les « seconds couteaux » d'un genre musical, c'est qu'on a tendance à traîner des pieds pour les découvrir, à trouver des excuses pour ne pas se dépêcher de le faire, ou tout simplement à assumer d'écouter 6541658 fois le même groupe. Et l'on se sent d'autant plus con quand on découvre une perle qui a moisi trop longtemps dans notre discothèque/disque dur (rayez la mention inutile). Et devinez quoi, ça a failli être le cas pour moi avec KRAAN, typiquement le groupe qui est loin de la notoriété acquise par les compatriotes de CAN, FAUST et autres NEU!, mais qui jouit quand même d'une petite gloire bien méritée. Heureusement que j'ai découvert le groupe à temps, et encore !

KRAAN, au départ, c'est quand même une histoire classique. Le groupe est formé en 1970 à Ulm, par des étudiants qui ont sympathisé dans les années 60 alors qu'ils jouaient du jazz et du rock. Les musiciens arrivent à signer un contrat avec Spiegelei (bon, niveau pedigree, on n'est pas chez Brain ou Ohr), et enregistrent en 1972 leur premier album. Si l'on exclut la pochette horrible signée par le guitariste Peter Wolbrandt, les premiers signes sont encourageants, notamment le fait que c'est le groupe qui produit son premier disque. Et quand on se retrouve avec un trio rock enrichi par un saxophone, alors il y a de quoi se frotter les mains.

Et effectivement, l'écoute du premier album de KRAAN est une vraie partie de plaisir. On pourrait même parler de départ canon tant les quatre musiciens assurent un niveau déjà comparable à des formations déjà cultes ayant alors le vent en poupe de fort belle manière. Le groupe, aidé à deux reprises par l'organiste de Prof Wolfff ("M.C. Escher" et "Head"), enchaîne les compositions d'anthologie et offre un krautrock mordant qui ne provoque pas d'ennui, au moins de manière globale.

Mieux, KRAAN propose dès son premier opus un morceau culte de chez culte, le fameux "Kraan Arabia". La fusion des quatre instruments y est idéale, le lead partagé entre le saxophone de Johannes Pappert et la guitare de Wolbrandt est subtilement bien fait, tandis que la section rythmique abat un travail formidable, rendant le tout terriblement dansant, tout en s'imprégnant d'un orientalisme charmant. Et le plus beau dans l'affaire, c'est que "Kraan Arabia" est tellement bon qu'on s'étonne qu'il dure 10 minutes, et on en redemanderait volontiers !

Il faut quand même le reconnaître, "Kraan Arabia" éclipse un peu le reste de l'album. Ce qui est dommage, car il reste de nombreuses belles choses à découvrir. "M.C. Escher" affiche un KRAAN à orgue méritant clairement une existence durable tant il y a des choses à dire avec – malheureusement, le KRAAN des premiers albums se concentrera sur la formule à quatre avec saxophone. "Sarah's Ritt durch den Schwarzwald" est une bonne entrée en matière pour sa part, même si le solo de saxophone peut sembler pesant. Mais surtout, Kraan (l'album) se distingue par "Head" qui occupe presque toute la face B. Il s'agit d'une improvisation, et pour être franc, il ne paraît pas si évident de s'en apercevoir. Ce qui ne la prive pas de défauts : le morceau tourne parfois en rond, accuse des longueurs par moments, mais surtout, possède un solo de batterie. Déjà que l'exercice n'est pas apprécié sur scène, alors en studio. Dans sa globalité, "Head" est un bon morceau néanmoins, même s'il ne s'inscrit pas dans le répertoire de KRAAN comme un incontournable – ironique pour son morceau le plus long.

Même si ce n'est pas un coup de génie intégralement réussi, le premier album de KRAAN est donc un début d'aventure plus qu'honorable, montrant un quatuor armé jusqu'aux dents et prêt à déverser une musique relevant du génie. Il faudra un peu de temps pour cela, mais il y a alors de quoi être optimiste.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


EMBRYO
Father Son And Holy Ghosts (1972)
Un album parfait... à un morceau près




GURU GURU
Hinten (1971)
C'est du propre.


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Peter Wolbrandt (guitare, percussions, chant)
- Helmut Hattler (basse)
- Jan Fride (batterie, congas)
- Johannes Pappert (saxophone, percussions)
- +
- Romi Schickle (orgue sur 2 et 4)


1. Sarah's Ritt Durch Den Schwarzwald
2. M.c. Escher
3. Kraan Arabia
4. Head
5. Sarah Auf Der Gänsewies'



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod