Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON MARRANTE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Les Vrp , Les Fatals Picards
- Membre : Oldelaf

OLDELAF & MONSIEUR D - Derniere Chance D'etre Disque D'or (2009)
Par RAMON PEREZ le 17 Janvier 2020          Consultée 811 fois

Troisième et dernier tour de piste pour OLDELAF & MONSIEUR D qui annoncent la couleur dès le titre de l’album : un dernier spectacle, une dernière tournée et puis s’en vont. Une dernière chance d’être disque d’or puisque c’est le dernier disque tout court. De fait, le groupe s’est séparé quelques mois plus tard. Le duo/trio met les petits plats dans les grands pour finir la tête haute : ce dernier opus est de loin le meilleur et même l’un des meilleurs disques de chanson humoristique jamais réalisés. Pour cela, OLDELAF a changé beaucoup de choses dans le groupe : exit le deuxième Monsieur D avec qui le courant passait moyennement ; voici le dernier, toujours incarné par un comédien (Benjamin Pascal). Le personnage de Pepito Valdez disparaît également, avantageusement remplacé par Firmin le stagiaire qui, contrairement à son prédécesseur, se taille au-delà de sa contrebasse une vraie place sur le disque.

Dans le premier album, le groupe se faisait en grande partie parodique. Dans le second, il se laissait aller à un côté plus moqueur. Dans les deux cas, cela se faisait par rapport à une matière déjà existante. La principale différence avec cette dernière livraison, c’est qu’elle y marginalise ces deux aspects pour complètement affirmer le style propre d’OLDELAF & MONSIEUR D. Cela prend la forme d’une suite de délires forts différents les uns des autres, qui ne doivent rien à personne et qui sont tous réussis. Le tout rehaussé par une production grand standing (il y a même des cordes qui ne jurent pas, c’est dire). Avant d’être un très bon album de chanson humoristique, Dernière chance… se paye le luxe d’être un très bon album de musique, avec des compositions au poil et des arrangements inspirés.

Rentrons dans le détail avec "Le crépi", qui a une super mélodie. Le texte passe tout seul dans l’oreille ; ça tombe bien, c’est un très bon texte. Un vrai réquisitoire contre le crépi, dans la veine d’un Desproges s’en prenant aux cintres. Dans un style comparable, on peut parler de "Samedi", autre idée singulière (sur la vie de couple), où la musique souligne encore plus le côté décalé qui fait tout le sel de la plaisanterie. Un côté potache et absurde, équilibré ailleurs par un versant un peu plus sérieux permettant au groupe de faire passer quelques messages derrière ses blagues. "Les hippopotames" par exemple, avec sa dose d’autodérision, cible la masse des râleurs de canapés, le tout agrémenté d’une composition tout à fait originale en prime. "Trahis" est un petit bijou de tacle adressé en toute finesse au président de l’époque, tellement qu’on s’en rend à peine compte. "Les vedettes" se moque gentiment du milieu du show-biz, avec encore une bonne dose d’autodérision.

Une autre manière de faire sourire, et même carrément rire, tient dans le côté comédie du duo. OLDELAF invente la chanson en VO (flamboyante) et en VF (disons… plus française), avec les deux parties du "Prince du rock’n roll". Une blague de près de dix minutes (en incluant la partie parlée qui fait le lien) qu’il fallait oser graver sur disque, qui ne tient magistralement que sur l’interprétation du chanteur. Dans un style plus ramassé, mais tout aussi réussi, on peut retrouver l’opérette du looser "Bérénice", construite sur un comique de situation très littéraire où notre ami parvient presque à nous faire sentir le vécu. Et puis il y a le chef d’œuvre "Ce soir" qui aligne une foule de procédés comiques. Une chanson d’amour où il est question de loutre et de tank SS, où l’on trouve une pelletée de figures de styles, un goût de l’absurde (voire du non-sens) bien affirmé et même un gag visuel !

Pour moi, OLDELAF & MONSIEUR D inventent dans ce disque un équivalent musical à ce que pouvaient faire en bande-dessinée les grands dessinateurs belges (Franquin, Greg), aussi à l’aise avec le calembour que dans le comique de situation, sans oublier un certain fond de satire sociale. Trouvant comme eux des idées de décalage qui font toujours mouche, comme la techno vocale à coups de barres chocolatées. Et ajoutant de temps à autres une petite dose de poésie avec des chansons comme "Et si on chantait", où le trio se montre particulièrement inventif.

Le groupe part au sommet de son art, laissant une œuvre relativement confidentielle mais tout à fait délectable. Dans les mois qui suivirent, leurs quelques dernières chansons furent publiées dans un EP (dispensable) lié à cet album - Dernière chance de se faire du fric. Puis un DVD vraiment cool sortit (En concert… pour l’éternité), témoignage savoureux de ce que pouvaient donner ces mecs sur scène. OLDELAF, un peu lassé de la chanson humoristique et souhaitant faire quelque chose de plus personnel, s’est alors lancé en solo, rencontrant assez vite le succès médiatique avec "La tristitude". Mais il n’a pas réussi d’album approchant artistiquement le niveau de celui-ci qui, s’il n’a pas réussi à être vraiment disque d’or n’en demeure pas moins un vrai disque en or.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par RAMON PEREZ :


Yves JAMAIT
Le Coquelicot (2006)
La fleur de l'âge




Jacques HIGELIN
Follow The Live (1990)
Kitsch mais solide.


Marquez et partagez





 
   RAMON PEREZ

 
  N/A



- Oldelaf
- Monsieur D
- Firmin Lepers


1. Le Café - Nouvelle Version
2. Le Crépi
3. Nous Les Vedettes
4. Ce Soir
5. Trahis
6. Le Prince Du Rock'n'roll (partie 1)
7. Les Hippopotames
8. Samedi Et Sketch
9. Le Prince Du Rock'n'roll (partie 2)
10. La Fête à La Prison
11. Et Si On Chantait
12. Bérénice
13. Les Pistes Cachées
14. Bill Et Bill
15. La Chanson De Firmin
16. Barres Techno
17. Une Chanson



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod