Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Guide Jazz (320)

Kyle EASTWOOD - Cinematic (2019)
Par DERWIJES le 9 Janvier 2020          Consultée 269 fois

Un nouvel album de Kyle EASTWOOD est toujours un petit évènement en soi. Il faut dire que là où les quelques gros vendeurs de Jazz y mélangent souvent des influences contemporaines comme le rap ou l’électro, le bassiste est l’un des rares à attirer le grand public avec son jazz old-school instrumental. Pour ce nouveau disque il revient à son premier amour : le cinéma. Entre le septième art et lui c’est une longue histoire. Il a orchestré les bandes-originales de quelques films de son père, notamment Lettres d’Iwo Jiwa et Mémoires de nos Pères, mais il a aussi joué avec lui durant sa prime jeunesse, dans le très beau mais très triste Honkytonk Man, et il a d’ailleurs fait des études de cinéma avant de se dévouer à la musique. Pour conclure la décennie, il se fait plaisir et reprend quelques thèmes, à la fois du très célèbre avec "Pink Panther" et "Bullitt", du plus récent avec "Skyfall" d’ADELE et des bien cachés comme "Per le antiche scale" d’Ennio MORRICONE. Il est toujours entouré de son groupe habituel : Quentin COLLINS à la trompette et au bugle, Brandon ALLEN au saxophone, Chris HIGGINBOTTOM à la batterie, Andrew McCORMACK au piano et bien sûr Eastwood aux arrangements et à la basse.

La chronique de France Musique sur le disque se conclut sur une citation de PROUST fort à propos : "le vrai voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux". On y pense à l’écoute de "Skyfall" qui ré-invente le morceau sans le chant. Tient-il la route ainsi ? On ne le reconnaît plus vraiment et il perd en puissance dramatique, mais l’idée d’avoir chaque membre du groupe jouer un solo d’affilé marche bien. Je demeure plus dubitatif sur "Pink Panther". Nul doute qu’Eastwood s’est fait plaisir en le reprenant mais sa version, quoique sympathique, n’apporte pas grand-chose de plus à l’originale où à l’océan de reprises qui existe.

Je ne cacherais en revanche pas ma joie devant "Bullitt" et "Taxi Driver", deux thèmes cultes repris avec toute la classe et l’élégance dont l’américain est capable. La mélancolie de Bernard HERRMAN ressort ici pleinement, là où d’autres se seraient concentrés sur la noirceur de la musique. Autre point sur lequel il ne déçoit pas, l’inévitable MORRICONE n’aura pas à avoir honte de "Per le antiche scale", thème du film de Bertolucci du même nom.

Trois films de Clint sont aussi mis à l’honneur : On connaît bien sûr "Gran Torino", ici en duo avec le crooner Hugh COLTMAN. Sympa, mais un peu en décalage avec le film. Il y a "Unforgiven", le western crépusculaire des années 90, et celui auquel on ne s’attendait pas, "The Eiger Sanction", "La Sanction" en VF. Thriller montagnard sorti en 1975 s’articulant autour de la traque d’un assassin durant l’escalade d’une montagne, John WILLIAMS s’était chargé de la musique. Passé le petit moment de surprise, je me souviens que WILLIAMS est à la base un jazzman, issu d’une famille de musiciens de jazz, et qu’il a lui-même conduit un groupe à ses tout débuts.

Ma préférence va aux deux films français représentés ici. Cocorico ! Kyle EASTWOOD est, on le sait, un francophile avéré, lui qui a acheté et retapé un château en Gironde, d’où le nom de son meilleur album Songs from the Château, aime aussi le cinéma français. Et quelle meilleure manière de le prouver qu’en reprenant Michel LEGRAND ? L’histoire des "Moulins de mon cœur" commence avec le film l’Affaire Thomas Crown pour lequel LEGRAND doit composer. Le premier montage du film dure… cinq heures ! Le réalisateur ne parvenant à se décider pour un montage final, demande à LEGRAND de s’en charger en fonction de la musique. Pour le générique d’introduction il écrit et arrange une chanson chantée par Noel HARRISON, intitulée "The windmills of your mind", et face à son succès, en fait une version française en 1969. Que ce soit en français ou en anglais, elle a depuis été reprise par STING, Sylvie VARTAN, Barbra STREISAND, Claude FRANCOIS… Et maintenant par Kyle EASTWOOD avec Camille BERTAULT au chant. Il n’y a rien à faire, cette chanson est vraiment trop belle…

Un nouvel album pour le bel américain qui ne déçoit toujours pas. Malgré des titres excellents, quelques passages moins intéressants alourdissent quelque peu l’ensemble. Un projet en tout cas intéressant qui mériterait une suite, pourquoi pas dédiée au cinéma français ?

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Miles DAVIS
Miles Smiles (1967)
Grand sourire.




Art BLAKEY & THE JAZZ MESSENGE
Drum Suite (1957)
Comme un air de Voodoo.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Kyle Eastwood (basse)
- Quentin Collins (trompette, bugle)
- Brandon Allen (saxophone)
- Chris Higginbottom (batterie)
- Andrew Mccormack (piano)


1. Bullitt
2. Taxi Driver - Theme
3. Les Moulins De Mon Coeur
4. The Eiger Sanction
5. Gran Torino
6. Pink Panther - Theme
7. Per Le Antiche Scale
8. Charade
9. Unforgiven
10. Skyfall
11. Gran Torino



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod