Recherche avancée       Liste groupes



      
TRIP-HOP BRETON  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1998 Mil Bed
2001 Don
2007 Hypnotic
2017 Lion

KOHANN - Hypnotic (2007)
Par MARCO STIVELL le 26 Juin 2020          Consultée 155 fois

Peut-être s'est-il écoulé trop de temps entre deux albums. Quand Hypnotic sort en 2007, soit sept ans après Don, la surprise n'est plus réellement de mise d'un point de vue musical, même si désormais, l'équipe KOHANN a totalement changé en dehors de la chanteuse Michèle Gaurin. Les frères Mevel, Konan (membre de TRI YANN) et Gurvan aident à la réalisation de ce disque, tout comme Hervé Bruzulier pour les guitares.

Une bonne quantité des paroles chantées par Gaurin débordent de désir et de sensualité, d'où sans doute le choix de la photo rayonnante pour orner la pochette. Si le son est toujours trip-hop, bien marqué par les machines des frères Mevel, l'inspiration n'est pas la meilleure dont KOHANN a fait preuve jusque là, au contraire. La chanteuse use par moments d'un trop-plein d'effets et l'opus peut manquer de finesse, ou alors on peut avoir une sensation de redite, simplement.

Le début de l'album est plutôt réussi, "Priñzes" ("princesse") notamment, un beau titre planant auquel se prête la harpe bardique du grand MYRDHIN, alors en pleine expérience électronique lui aussi au sein de MAGIC CHAUDRON à l'époque. Le barde revient à la clairsach, la harpe écossaise, sur l'entêtant et merveilleux "Hypnotic" qui porte bien son nom. Un slow trip-hop mélancolique, d'une grande profondeur.

La touche plus "soul" sur "Sugar Baby" permet à Konan Mevel d'apporter des sons orchestraux forts, et puisque lui et son frère Gurvan ont collaboré ensemble au début des années 2000 pour BELSHAMA, mélange de musique celtique et africaine, il y a également un peu de cela ici. "Cocolo", dont le texte parle d'images japonaises, emprunte aux musiques incantatoires ethniques. Les choeurs samplés répondent à la voix principale, tandis que le rythme sonne tel du gravier.

Quelques jolies trouvailles comme "Foll", reposent sur des idées simples mais en l'occurrence, il y a plusieurs sections d'un même motif couplet-refrain, avec une différence de texture sonore à chaque fois. C'est vraiment bien fait, on peut le dire, et si certains moments paraissent plus chaleureux, les délires vocaux de Michèle Gaurin sur d'autres plus torturés nous prennent de court ! L'un des titres les plus typiquement bretons reste le final "Dizistruj" ("indestructible"), aux airs d'hymne avec là aussi un superbe travail instrumental.

S'il y a surprise, c'est dans le fait d'apprendre que trois morceaux de ce disque sont utilisés pour le film La Journée de la Jupe de Jean-Paul Lilienfeld, avec Isabelle Adjani et qui se fait remarquer dans le cinéma français deux ans plus tard, en 2009. Le réalisateur apprécie fortement KOHANN et emploie donc "Frantiz", marché étoilée d'une grande suavité, "Tam tam tam", titre plus groovy, ainsi que l'éperdu "Nakr", des titres plus ou moins convaincants de cette dernière fournée du groupe.

L'effectif ayant changé depuis sept ans mais en gardant celui-ci, Michèle Gaurin souhaite poursuivre avec une autre formule, qui débute dès l'année suivante sous le nom SKILDA.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par MARCO STIVELL :


SKILDA
The Return Of The Skyewalker (2017)
Techno-rock celtique de folie !




HARAA
Irrlicht Tape Ii (2011)
Premier album


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Kohann (chant)
- Gurvan Mevel (batteries, loops)
- Konan Mevel (scratches, synthétiseurs, thérémine)
- Hervé Bruzulier (guitares)
- Myrdhin (harpes celtiques)


1. Frantiz
2. Priñsez
3. Foll
4. Hypnotic
5. Tam Tam Tam
6. Cocolo
7. Nakr
8. Sugar Baby
9. En Daolenn
10. Dizistruj



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod