Recherche avancée       Liste groupes



      
BATCAVE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 



CINEMA STRANGE - Cinema Strange (2000)
Par RICHARD le 3 Septembre 2020          Consultée 107 fois

Si vous débutez la lecture de ces quelques lignes, c'est que vous êtes sans doute titillé par une saine curiosité. C'est plutôt un bon point pour moi et surtout pour cet album* qui vient tout juste de fêter ses vingt ans. Dans la sphère des musiques sombres, CINEMA STRANGE peut se prévaloir d'avoir le statut envié et justifié de groupe culte. Les Californiens, en seulement trois albums, sont devenus un essentiel de la culture gothique, ni plus, ni moins. Il faut dire que le trio a très rapidement mis toutes les cartes de son côté. A un visuel fort, se sont ajoutés des concerts hallucinants et hallucinés, et surtout des titres travaillés, toujours mus par cette même folie géniale. Ce n'est sans doute pas un hasard si les Américains, même muets discographiquement depuis 2006, continuent de hanter avec délice les mondes souterrains.

Le combo emmené par le fantasque et talentueux Lucas Lanthier n'arrive pas cependant de nulle part. Dans une approche très Do It Yourself, le groupe a fait ses gammes underground durant la décennie 90. Considéré comme le fleuron du revival batcave qui a débuté en même temps que le siècle nouveau, CINEMA STRANGE a réactualisé les ambiances chères aux grandes figures anglaises du genre des années 80 que sont SEX GANG CHILDREN ou SPECIMEN. Les esprits les plus grincheux leur reprochent d'ailleurs de n'être que de pâles copies de leurs glorieux aînés. Ce n'est aucunement le cas, rassurez-vous. Les Yankees ont tout de suite imprimé leur marque, devenant même une influence majeure des bébés chauves-souris, que ce soit par exemple les Français de DEADCHOVSKY, THE CEMATARY GIRLZ ou les Russes de NOVOCAINE MAUSOLEUM (merci de ne pas rire).

La côte d'amour des Américains demeure intacte car elle tient sans doute à la qualité et à la diversité des ambiances exposées. CINEMA STRANGE, même s'il respecte les canons du genre, s'en donne à cœur joie pour faire des pas de côté et nous emmener dans une farandole totalement déjantée. Cette liberté totale donne naissance à des titres rapidement devenus des classiques. Ainsi, le superbe conclusif "Greensward Grey" a valeur de hit. Sur le disque, à sa sortie, un sticker proclamait "musique pour catacombes". Au- delà du cliché, la basse lugubrement rampante, la guitare tranchante et la voix incroyable de Lanthier s'accordent plutôt bien à ce slogan pas si réducteur ni si vendeur que cela. Plus qu'un monde cauchemardesque à prendre au premier degré, il faut surtout être réceptif à cet humour décalé et un peu macabre, je l'avoue, pour en savourer toute l'étrange saveur.

Sans humour, la nouvelle Batcave n'est en effet presque rien. Le propos n'est pas affaibli pour autant. CINEMA STRANGE explore avec succès les chemins caillouteux plutôt que les larges et confortables autoroutes. En petit lutin malicieux, il n'a pas son pareil pour casser toute idée de régularité. Alors oui, parfois ça tangue, le rythme se brise comme en attestent les directs et excellents "Nightfalls" ou "Moundshroud". Lanthier passe du registre larmoyant à celui d'un esprit hanté en une fraction de seconde ("Sadist Sagittarius"). On ne fera pas trop attention néanmoins aux claviers un brin kitschouilles qui soutiennent ces ambiances de fête foraine à la BURTON. L'essentiel n'est pas là.

Il est sans doute plus dans la faculté de cette première galette à surprendre. Elle aime être là où on ne l'attend pas vraiment. Il en va ainsi du superbement angoissant "Lindsay's Trachea" qui débute dans une douceur trompeuse pour finir par des pulsations électroniques glacées. Et que dire alors de "En Hiver", cette étrange valse synthétique accompagnée par la voix de Lanthier qui s'apparente à une chorale d'enfants possédés par le Malin ? C'est pleinement atypique. Il arrive cependant à certains moments que l'état d'esprit initial des Américains revienne au galop. C'est bien le quasi-punk dark "Hebenon Vial" qui rappelle opportunément que le groupe, bien que sans concession, n'en oublie pas moins l'urgence des émotions.

CINEMA STRANGE a intégré avec cet album directement la cour des grands. Son monde, s'il est sans doute encore perfectible, n'en demeure pas moins terriblement envoûtant. Un presque classique batcave.

*Ce premier album studio compile en fait Acrobat Amaranth Automaton, une K7 de six titres sortie en 1996, et deux 45-tours.

A lire aussi en ROCK par RICHARD :


The CURE
The Cure (2004)
L' éternelle jeunesse des Cure !




BLANKENBERGE
More (2019)
Shoegaze russe.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Lucas Lanthier (voix,programmation)
- Daniel Ribiat (basse,programmation)
- Michael Ribiat (guitare)


1. Aboriginal Anemia
2. Moundshroud
3. Nightfalls
4. Sadist Sagittarius
5. En Hiver
6. Laughing Bloody Murder
7. Mediterranean Widow
8. Hebenon Vial
9. Lindsay's Trachea
10. Greensward Grey



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod