Recherche avancée       Liste groupes



      
BATCAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



CINEMA STRANGE - The Astonished Eyes Of Evening (2002)
Par RICHARD le 5 Mars 2021          Consultée 524 fois

En ces temps de simplification à l'extrême, de réflexion TGV, d'avis sur tout et donc en définitive sur rien, les mondes gothiques dans leur acception la plus large ne sont pas vraiment épargnés, eux non plus. Lorsqu'ils ont la chance d'être évoqués, c'est-à-dire très rarement, malheureusement pour eux, par paresse, ils se retrouvent toujours rattachés à la sphère metal et à certains de ses excès. C'est frustrant car les plus frileux d'entre vous n'osent peut-être pas à cause de ce malentendu ouvrir en grand la porte de ces espaces souterrains qui s'avèrent tout bonnement fantastiques. Même si ces univers par essence n'ont pas vocation à passer sur NRJ ou VIRGIN 17, ils ne sont en rien imprégnés d'élitisme. Le courant gothique est ouvert, ouvert à tous, sans aucune restriction. A l'image de The Astonished Eyes of Evening, une référence de la sphère sombre et LE disque majeur de CINEMA STRANGE, il ne demande qu'à être apprécié pour ce qu'il est : un simple vecteur d'émotions.

Lorsque ces 45 minutes atypiques se finissent, ce qui marque vraiment à l'écoute, c'est le bond qualitatif évident effectué par le trio. Il faut saluer la prise de risque effectuée par les Américains. Fer de lance du revival bat-cave du début des années 2000, le groupe aurait pu se reposer confortablement sur ses noirs lauriers. Ce serait mal connaître le facétieux lutin Lucas Lanthier (ici Zampano) et les barrés frangins Ribiat, Daniel et Michael (Yellow et Laffite). Le combo étale donc entre autres, sur sa palette, avec un sens aigu artistique, des couleurs sépia cabaret WEIMAR, des teintes délavées catacombes pour comptine malsaine. Il est ainsi difficile de ne pas être pris dans ce tourbillon sonore pour peu qu'on décide de s'y attarder attentivement. Le CINEMA STRANGE semble dès l'introductif "Réveil en Sursaut d'un Rêve" tout droit sorti d'un film muet des années 1920 où un piano fragile sur fond de crépitement façon gramophone annonce le ton. C'est déjanté et classe. Original et distingué. Bien sûr, les habitués de la scène peuvent y retrouver des réminiscences de SEX GANG CHILDREN, mais c'est un fait. Le groupe est diablement (ah non pas de 666 ! nom de d...) original.

Il suffit pour le constater de s'attarder sur les deux pièces maîtresses que constituent "Catacomb Kittens" et "Speak, Marauder!". Sous cette forme de théâtralité outrancière, se cachent de petites merveilles d'architecture sonore. L'atmosphère y est inquiétante. L'espace suinte l'humidité. Une impromptue guitare aérienne adoucit tout au long de ce périple nocturne la basse rebondissante. L'auditeur écoute Lanthier qui narre avec son extraordinaire timbre sur le premier titre une histoire de frère et sœur battus qui pour se protéger décident de vivre dans des catacombes. L'autre titre, nettement plus enlevé, évoque quant à lui la vie d'un épouvantail qui désire prendre la tangente. La patte des Américains s'exprime ici avec une beauté déconcertante. Le morceau tour à tour s'accélère et ralentit tandis que le leader hulule comme possédé par qui, par quoi ? Lorsqu'on évoque la baisse de créativité à partir de ce nouveau siècle, laissez-moi donc plutôt rire façon rictus JOKER.

La seule ligne directrice qui semble exister est cette idée que l'originalité est l'amie du bien artistique. Sinon, comment expliquer que "'Ere the Flowers Unfold" avec son côté hispanisant-flamenco morbide passe comme une lettre à la poste ? CINEMA STRANGE expose avec une classe certaine toute son excentricité décadente. Le groupe est dans son élément et s'épanouit aussi bien à l'image du superbe instrumental "Finger Broken Branches" dans des atmosphères languissantes que totalement déjantées et post-punk (les guitares) comme le prouve encore une fois avec conviction "Legs and Tarpaulin". Si le trio pouvait se résumer à un seul titre, le conclusif "The Red and Silver Fantastique and the Libretto of the Insipid Minstrel" (quel titre !) ne serait pas si mal. Lanthier sur fond d'Omnichord vous susurre à l'oreille ses petites histoires étranges tandis qu’une guitare triste vient clore ces sept minutes irréelles. Cauchemar ou rêve, ce sera à vous, et seulement à vous, de choisir.

CINEMA STRANGE avec The Astonished Eyes of Evening a fortement marqué en ce début de siècle nouveau le monde gothique par sa folie assumée et son originalité débordante. En espérant que vous allez enfin pousser sans crainte cette porte. Et merci de ne pas oublier le guide !

A lire aussi en ROCK par RICHARD :


MALEFIXIO
Culto A Lo Invisible (2018)
La beauté des ténèbres




MORTHEM VLADE ART
Herbo Dou Diable (1997)
Leçon des Ténèbres


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Lucas Lanthier (voix, programmation, librettos)
- Daniel Ribiat (basse, guitare acoustique, omnichord)
- Michael Ribiat (guitare, programmation, orgue)


1. Reveil En Sursaut D'un Rêve
2. 'ere The Flowers Unfold
3. Dead Eyes Open, Or, How The Woman In The Attic Fle
4. Catacomb Kittens
5. Speak, Marauder!
6. Mathilde In The Dirt
7. Legs And Tarpaulin
8. Finger Broken Branches (instrumental)
9. Tomb Lilies
10. The Red And Silver Fantastique And The Libretto Of



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod