Recherche avancée       Liste groupes



      
SWAMP BLUES  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Lonesome Sundown & P. Walker

LONESOME SUNDOWN - Mojo Man (2020)
Par LE KINGBEE le 5 Janvier 2021          Consultée 292 fois

On ne reviendra pas sur le parcours de LONESOME SUNDOWN, brillant guitariste viscéralement rattaché au Swamp Blues et à la région d’Opelousas (voir chroniques précédentes). Signalons juste que voir apparaître le nom de LONESOME SUNDOWN dans la catégorie « Nouveauté » réjouira probablement les amateurs de Swamp et qu’elle en étonnera peut-être d’autres puisque Cornelius Green (son vrai nom) est décédé il y a maintenant un quart de siècle.

Cette compilation baptisée Mojo Man publiée en édition limitée par le label Soul Jam mérite une attention soutenue. Présentée sous forme d’un élégant digipack en trois volets, cette compilation vaut principalement par sa chronologie quasi parfaite. On regrette juste le micmac incompréhensible des quatre dernières pistes, les deux derniers titres auraient dû figurer en 21ème et 22ème position. Libre à chacun de penser que les anglais ont des soucis avec les dates et les chiffres, ce que devraient nous confirmer les futures données du Brexit, mais c’est là un autre débat.
En dehors d’une superbe pochette mettant en avant une photo assez rare, on a le droit à un petit livret intérieur de six pages de James Chumet relativement correct. Il en est par contre tout autre des deux pages de Gary Blailock qui ne trouve rien de mieux que de faire les éloges du producteur J.D. Miller, le patron du label Excello, sympathisant du Klan à ses heures perdues, un gars ayant spolié bon nombre de musiciens noirs de leurs royalties. Mais peut-être s’agit-il encore d’un autre débat.

Le compilateur incorpore 24 faces issues de 12 singles gravés entre 1956 et 1963, comme l’annonce le sous-titre du CD. Si la totalité des singles publiés lors de cette période figure bel et bien dans ce contenu, il aurait été selon nous préférable de pousser le bouchon un peu plus loin en regroupant les singles Excello 2249-2254-2259 et 2264, ce dernier faisant partie d’une session enregistrée en mai 1964. C’est tout bête, mais en ajoutant ces huit titres dans son recueil, le compilateur aurait pu se targuer de publier une édition complète des singles Excello. Précisons qu’en terme de durée et de compression cela était tout a fait réalisable.
Une intégrale de la période Excello sous forme d’un double CD ne nous paraissait pas insurmontable puisque 22 titres gravés par le guitariste dans les studios de Crowley, fief de JD Miller, n’ont jamais été édités en singles. L’amateur de Swamp pourra rétorquer qu’on retrouve toutes ces faces disséminées sur plusieurs productions éditées par les labels ACE, Flyright ou Avi Excello, cela aurait permis à tout un chacun de posséder une intégrale sous forme d’un coffret et à Soul Jam de faire d’une pierre deux coups. Ne soyons pas plus royaliste que le roi et sachons nous contenter de l’offre, d’autant plus que le digipack est édité à 500 exemplaires.

Dès le premier titre, l’auditeur se retrouve plongé dans une ambiance aux textes souvent sombres et pleins de désillusion. Musicalement, Lonesome Sundown se rapproche d’un Swamp proche d’un Rural Blues. La rythmique souvent minimaliste se rapproche de Lightnin’ SLIM et de Silas HOGAN. En étudiant le livret intérieur, les noms de Miller ou de son pseudo Jerry West apparaissent sur de nombreux titres. Précisons à toute fin utile que si le bonhomme participa à la réalisation de quelques chansons, celles-ci se comptent sur les doigts d’une seule main.
Si Sundown reste le représentant d’un Swamp campagnard sans concession, souvent âpre et brut de décoffrage, le guitariste pouvait s’immerger dans des titres plus légers. "I’m A Mojo Man", une ode à de futures petites bleues connues sous le nom de viagra, s’inscrit comme un proto rockabilly. Même chose avec "Gonna Stick To You Baby" dont les paroles nous invitent à un entrain dévastateur : "You can eat your gumbo -Throw away the bone -Your good lovin' is real gone -I'm gonna stick to you Baby … ". Le titre sera repris par Lazy LESTER, un des ses anciens équipiers et harmoniciste attitré du label Excello et par Swampini, excellent combo français de Swamp Blues.
Sundown était aussi à l’aise dans un registre plus fantaisiste dans la lignée de celui de Slim HARPO comme en attestent "Learn To Treat Me Better", l’entraînant "I’m Glad She’s Mine" dans lequel Lionel Prevost nous gratifie de belles envolées de saxophone, ou bien l’impayable "I’m A Samplin’ Man" dont le refrain vous rentre dans la tête pour ne plus en ressortir. Mention également à l’intemporel "I Woke Up Cryin’" qui fera l’objet d’une reprise haute en couleurs par l’excellent groupe français MERCY BLUES BAND.

Cette compilation sous forme de digipack bénéficie d’une présentation soignée et d’un bon dépoussiérage sonore. Pour une fois, le compilateur anglais a privilégié la chronologie, ce qui permet à l’auditeur de se faire une idée de l’évolution du jeu guitaristique de l’artiste, mais aussi du développement des transformations musicales et des nouvelles tendances. Cette rétrospective demeure le parfait complément des compilations publiées par Stateside, Flyright ou Ace et constitue une superbe mise en bouche avant de s’attaquer aux albums édités par Joliet et Rounder. Un beau 4 tant pour le contenu que pour la présentation léchée. Les amateurs de Swamp devraient être comblés.

A lire aussi en BLUES par LE KINGBEE :


HOWLIN' WOLF
Howlin' Wolf (1962)
Quand le loup est parti le rockin' chair danse




Freddie KING
Freddie King Is A Blues Master (1969)
Une pépite de Texas blues à la sauce Atlantic.


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Lonesome Sundown (chant, guitare)
- Guitar Gable (guitare 3-4-5-67-8-11-12)
- Leroy Washington (guitare 9-10-13-14-15-16)
- Isaiah Chatman (guitare 21-22-23-24)
- Clarence 'jockey' Etienne (batterie 3-4-5-67-8-11-12-13-14-15-16-17-18-19-20)
- Sammy Hogan (batterie 21-22-23-24)
- John 'fats' Perrodin (basse 9-10-13-14-15-16)
- Bobby Mcbride (basse 21-22-23-24)
- Lloyd Reynaud (batterie 1-2)
- Talton Miller (piano 1-2-3-5-6-7-8-9-10-11-12)
- Katie Webster (piano 17-18-19-20)
- Lazy Lester (harmonica 6-7-8-10-11-12-13)
- Sylvester Buckley (harmonica 21-22-23-24)
- Lionel Prevost (saxophone 17-18)


1. Leave My Money Alone
2. Lost Without Love
3. My Home Is Aprison
4. Lonesome Whistler
5. I've Got The Blues
6. Don't Say A Word
7. Lonely, Lonely Me
8. I'm A Mojo Man
9. I Stood By
10. Don't Go
11. You Know I Love You
12. No Use To Worry
13. Gonna Stick To You Baby
14. If You See My Baby
15. Learn To Treat Me Better
16. Love Me Now
17. Lonesome Lonely Blues
18. I'm Glad She's Mine
19. My Home Ain't Here
20. I Woke Up Cryin' (oh, What A Dream)
21. Guardian Angel
22. I Wanta Know Why
23. I'm A Samplin' Man
24. When I Had, I Didn't Need (now I Need, Don't Have



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod