Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2018 Catharsis
2022 Of Kingdom And Crown
 

1994 Burn My Eyes
1997 The More Things Chang...
1999 The Burning Red
2001 Supercharger
2003 Hellalive
  Through The Ashes Of ...
2007 The Blackening
2011 Unto The Locust
2012 Machine Fucking Head Liv...
2014 Bloodstone & Diamonds
2018 Catharsis
2022 Øf Kingdøm And Crøwn

MACHINE HEAD - Of Kingdom And Crown (2022)
Par NESTOR le 13 Novembre 2022          Consultée 510 fois

MACHINE HEAD, est reconnu pour être un groupe qui pratique une musique souvent très massive. Mais là, avec ce Of Kingdom and Crown, ils poussent le bouchon encore plus loin. Et malheureusement le résultat en pâtit en peu. A tel point que l’écoute de ce qui est leur dixième album provoque souvent un certain ennui. N’allez pas croire pour autant que le groupe se soit assagit et qu’il a réduit l’intensité de sa musique. Non, contrairement à ce que pourraient laisser penser les trois première minutes de l’album, c’est toujours aussi rapide, aussi lourd, aussi tranchant.

Et paradoxalement, l’album fourmille de bonnes idées en contenant une large collection de riffs et de sonorités pertinentes et efficaces. Ce, à l’image du riff de "Unhallowed", du chant rauque sur "Become The Firestorm" ainsi que du final de "Rotten", ou bien des parties de guitares sur le déjà cité "Become The Firestorm". Mais, car il y a un "mais", c’est bien trop souvent répétitif et un peu trop brouillon, à l’image d’un "My Hands Are Empty", que je qualifierais de stérilement bourrin. Clairement, le groupe envoie du bois, ça cogne sévère et, à l’exception de rares passages ("Kill Thy Enemies"), nous ne sommes pas loin de la violence pure.

Mais, là où le gang de Robb Flynn nous avait habitué à une efficacité impressionnante, ici il ne parvient pas à atteindre la cible. Et les compositions s’étirent de manière bien ennuyeuse tout au long de cet album qui, bien qu’il dure moins d’une heure, parait bien long. La faute à des compositions bien trop touffues et massives qui étouffent l’âme des morceaux. Et à une concept un peu fumeux qui voit le groupe ne plus s’exprimer au travers de ses émotions propres, mais se faire le porte parole de deux personnages à la vision différente.

Il y a tout de même plusieurs points très positifs, même s’ils ne parviennent pas à faire de ce Of Kingdom and Crown un album majeur. Parmi ceux-ci on se doit de citer le chant de Robb Flynn qui s’est considérablement diversifié. Le bonhomme étant plus que jamais capable de passer de passages ultra agressifs à des parties plus douces et maitrisées. Il lorgne même parfois vers des intonations qui rappelle SLIPKNOT, une évolution surprenante lorsque l’on songe que leur précédent album, Catharsis avait justement été critiqué pour son orientation jugé trop nu-metal par certains.

L’autre point fort réside dans l’intégration de Vogg Kiełtyka, en remplacement de Phil Demmel à la guitare. Ce changement, qui a eu lieu en même temps que le départ du pilier Dave McClain (batterie) ne remet pas en question la capacité du groupe à proposer des riffs tranchants et des rythmiques de plomb. Et le nouveau six-cordiste fait très bonne figure. Et de ce fait, des morceaux de la trempe de "Choke On The Ashes Of Your Hate" et "Kill Thy Enemies" ne sont pas loin d’emporter mon adhésion. Cette association de riffs variés et aiguisés et d’un chant oscillant entre growl et douceur (toute relative) est en effet assez bien agencée. L’impitoyable "Blooshoot", boosté par les hurlements de Robb Flynn fait également partie des bons moments de ce disque, même s’il se montre parfois un peu trop répétitif.

Mais c’est loin d’être suffisant pour faire de ce nouvel album un équivalent des monstrueux Through the Ashes of Empires (2004) et The Blackening (2007). Trop dense, pas assez inspiré (à l’image de ce "My Hands Are Empty", et son introduction pourtant pleine de fraicheur, qui ressemble, en moins réjouissant, au "Sail Into the Black" que l’on trouvait sur Bloodstone et Diamonds (2014)) ce nouveau MACHINE HEAD
est une déception. Car, au-delà du savoir-faire indéniable du groupe, il manque à mon sens ce petit supplément d’âme, cette petite touche de personnalité propre à emporter mon adhésion.

Déçu donc, mais également dubitatif : avec un album d’un telle densité nous ne sommes jamais à l’abri de passer à côté "du truc", de ne pas parvenir à saisir toutes les subtilités exprimées par le groupe. Mais bon, on parle de MACHINE HEAD, pas forcément du groupe chez qui on recherche de la complexité et de la cérébralité.

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


DAN REED NETWORK
Fight Another Day (2016)
Un come back aussi inattendu que réussi




DAN REED NETWORK
Slam (1989)
Confirmation que D.R.N est un grand du hard fusion


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Robert Flynn (chant, guitare)
- Vogg Kiełtyka (guitare)
- Matt Alston (batterie)
- Jared Maceachern (basse)


1. Slaughter The Martyr
2. Choke On The Ashes Of Your Hate
3. Become The Firestorm
4. Overdose
5. My Hands Are Empty
6. Unhallowed
7. Assimilate
8. Kill Thy Enemies
9. No Gods, No Masters
10. Bloodshot
11. Rotten
12. Terminus
13. Arrows In Words From The Sky



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod