Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1966 Sunshine Superman

DONOVAN - Sunshine Superman (1966)
Par LE KINGBEE le 24 Novembre 2022          Consultée 150 fois

Encore une preuve que nul n’est prophète en son pays, même si Superman resplendit sur l’album. Troubadour guitariste, Donovan Philips Leitch voit le jour à Glasgow en 1946. Atteint de la polio, il se met très tôt à la guitare, encouragé par sa famille. Puisant ses premières inspirations dans les folklores irlandais et écossais, il bifurque par les grands songwriters américains (Pete Seeger, Woody Guthrie). L’apprenti-guitariste quitte son lycée pour partir sur les routes, menant une vie de beatnik.
De retour en Angleterre, il enregistre une poignée de singles pour PYE Records, mais c’est grâce à l’émission télé Ready Steady Go que le public le découvre reprenant Guthrie et Ramblin’ Jack Elliot. Souvent comparé à Bob DYLAN, la presse à sensation s’amuse à en faire le vilain clone du barde jusqu’à même se moquer de sa boiterie.

Si What's Bin Did And What's Bin Hid, son premier disque avec le sculpteur photographe Gypsy Dave s’inscrit dans une lignée Folk proche de Dylan, son second opus Fairytale enregistré avec le guitariste texan Shawn Phillips, un as des 12 cordes, se démarque du Folk traditionnel, intégrant des éléments de Jazz et des nuances arabisantes.

En 1966, DONOVAN est programmé avec Joan BAEZ au Festival de Newport, où il devient le héros du mouvement hippie britannique. C’est à cette époque qu’il est pris par la patrouille avec une poignée d’herbe dans ses poches, petite péripétie qui l’empêchera de se produire en Amérique, ce qui ne l’empêche pas d’être embauché par Clive Davis, le nouveau grand manitou de la Columbia CBS. Suite à des problèmes juridiques entre le label anglais PYE et Epic, filiale de la Columbia, le guitariste demeure dans l’expectative pendant plusieurs mois, ne sachant pas si cet imbroglio ne signifie pas sa fin de carrière.
Enregistré en décembre 65 et en mai 66, le single "Sunshine Superman" édité par Epic en juillet grimpe contre toute attente sur la première marche des charts Pop. Dans la foulée, l’album Sunshine Superman publié par Epic atteint la 11ème place du Billboard. Il faut attendre juillet 67 pour que le disque apparaisse dans les bacs des disquaires anglais, témoignant encore de la véracité de certains adages.

Les fleurs et les feuilles qui ornent le bas de la pochette ne sont pas si anodines : cet apport floral plonge le guitariste dans une mouvance Flower Power. Certains groupes anglais comme les KINKS avaient ouvert une première brèche dans l’univers Psyché. "See My Friends", enregistré en juillet 65, en est un parfait exemple, les frères Davies utilisaient une sorte d’effet drone sur leurs guitares, procédé imitant la sonorité du sitar indien. Malgré cet épandage de fleurs, le disque tourne tout de même autour d’une trame précise dans laquelle le monde médiéval s’invite fréquemment.

"Sunshine Superman", titre d’ouverture donnant son nom à l’album débute par une grosse ligne de basse, la voix angélique de Donovan se trouvant renforcée par la guitare aigüe de Jimmy Page, efficace comme jamais. On note la présence solide de deux membres du futur LED ZEP. Bien sûr, vu le carton dans les charts américains, le titre est repris à toutes les sauces ; si The STANDELS en font une version Garage de premier plan, ou Gabor Szabo un instrumental Jazz valant le détour, le morceau perd toute son essence avec les reprises de Melba Moore, Mike Vickers ou Mel Tormé, pour ne citer que les plus détestables. Chez nous, Michèle Torr chante "Monsieur Superman", une adaptation affligeante de Mya Simille. L’anglais nous entraîne dans la cour d’un château moyenâgeux avec "Legend Of A Girl Child Linda". Si la mélodie demeure impactée par une forte touche mélancolique, le chanteur évoque l’espoir et la gaité d’antan, des pommes d’or, des raisins en rubis, de brillants cristaux, un trône d’ivoire blanc, une princesse endormie, trois sorciers et des enfants assis sur une mouette géante sont autant de métaphore à un conte de notre enfance. Cette piste privilégiant la guitare acoustique et les cordes aurait mérité d’être raccourcie. Mais à travers la jeune Linda, Donovan fait référence à l’ex-compagne de Brian Jones, Linda Lawrence qui deviendra sa future épouse. Donovan poursuit des bases identiques avec "Three King Fishers". Si le texte offre toujours une collusion avec un monde médiéval, les paroles se font de plus en plus mystiques, l’auteur prenant soin toutefois de garder une note romantique. L’assemblage de percussions exotiques, d’un sitar et de la guitare acoustique enrobent le titre d’un léger parfum oriental. Le sitar de Shawn Phillips apporte une touche enchanteresse à "Ferris Wheel" * dont les paroles nous incitent à aller au bout de nos rêves. Lors d’une interview postérieure, l’Ecossais déclarait qu’il avait composé la chanson suite à un accident stupide, une jeune fille s’étant pris les cheveux lors d’une escapade dans une grande roue.
"Bert’s Blues" se révèle comme un clin d’œil à Bert Jansch ( futur Pentangle). Les cordes et un clavecin contribuent à apporter une touche baroque, tandis des cuivres viennent tapisser le titre à une trentaine de secondes de la fin. Changement de tournure avec "Season of The Witch", un rock sombre diffusant une ambiance à la VELVET UNDERGROUND dans lequel les sorcières endossent le premier rôle. Le titre figure au générique de la série télé True Blood. Au fil des ans, le titre est repris, et hélas souvent massacré, par une kyrielle de musiciens croyant que le summum exige exagération et surenchère. Le trio BLOOMFIELD/KOOPER/STILLS, JELLYFISH ou Dr JOHN & The BLUES BROTHERS en offrent d’appétissantes reprises à contrario de Lana DEL REY qui en fait une soupe fadasse au possible, en 2019. Reposant sur les fondations d’un Rock Psyché médium, "The Trip" évoque une visite à Los Angeles sous l’emprise de LSD. Le texte évoque tour à tour un univers cher à Lewis Carroll avant d’enchaîner sur des faucons, des chevaliers, Merlin, la Reine Blanche, des thèmes encore liés à l’époque du bon vieux roi Richard. Ce décor médiéval est encore présent sur "Guinevere", interprété sous la forme d’une ballade moyenâgeuse ; le sitar et la guitare acoustique nous invitent à monter dans la machine à remonter le temps, à l’époque du Roi Arthur et de la belle Guenièvre. Composé pour Mama Cass, membre de The Mamas & The Papas, "The Fat Angel" se déguste comme un voyage aérien nous emmenant vers une destination orientale. Si le texte évoque plusieurs compagnies d’aviation et le JEFFERSON AIRPLANE, on retient que le bonheur provient des substances d’une mystérieuse pipe apportée par un mystérieux et gentil bonhomme parti sur un vélo argenté. Un titre repris par JEFFERSON AIRPLANE dans l’album Bless Its Pointed Little Head. "Celeste" avec orgue et violons conclut ce beau voyage mystique et souvent gorgé de tendresse, mais comme le chante ici Donovan : My songs are merely dreams visiting my mind.

Produit par Mickie Most, à l’origine de nombreux succès des ANIMALS, Herman’s Hermits, Nashville Teens, Sunshine Superman consacre cet ancien folklman comme l’un des précurseurs du Rock Psyché British. L’éveil de jeunes occidentaux à la spiritualité hindouiste amplifie l’emploi du sitar, principal instrument au rythme sinueux du Khyal, musique du Nord de l’Inde, qui se répand alors brièvement dans le registre du Rock Psyché. Des textes regroupant mysticisme et romantisme liés à un esprit poétique proche de la contre-culture et l’association de différents instruments issus de cultures diversifiées, sans oublier une voix angélique, pleine de douceur, font de cet opus, une œuvre majeure marquant le début du Rock Psyché. Le disque est édité en juin 67 par PYE Records avec une pochette différente et quatre titres supplémentaires.


*Titre homonyme à celui d’Imagine Dragon.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par LE KINGBEE :


SPIRIT
Twelve Dreams Of Dr. Sardonicus (1970)
Un must du rock psy West Coast 70's.




The ILLINOIS SPEED PRESS
The Illinois Speed Press (1969)
Album phare de 1969 mêlant blues, acid , rock folk


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Donovan (chant, guitare)
- Shawn Phillips (sitar, guitare)
- Jimmy Page (guitare 1)
- Eric Ford (guitare 1)
- Bobby Ray (basse)
- John Paul Jones (basse 1)
- Eddy Hoh (batterie)
- Tony Carr (percussions 1)


1. Sunshine Superman
2. Legend Of A Girl Child Linda
3. Three King Fishers
4. Ferris Wheel
5. Bert's Blues
6. Season Of The Witch
7. The Trip
8. Guinevere
9. The Fat Angel
10. Celeste



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod