Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Fredericks / Goldman / Jones, Goldman Jean-jacques
- Style + Membre : TaÏ Phong

WEEK-END MILLIONNAIRE - French Music Par Excellence (1980)
Par MARCO STIVELL le 21 Mars 2023          Consultée 597 fois

Deuxième album en deux ans, et déjà la fin pour WEEK-END MILLIONNAIRE (du moins, une première fin), combo toulousain talentueux qui se limite par la suite à quelques singles, avant une renaissance éphémère. French Music Par Excellence porte bien son nom, en ces années paillettes où les productions américaines, de la musique au cinéma, prennent un nouveau souffle. La libération apportée par le disco d'un côté, mais aussi la sensualité distinguée de ce qu'on nomme 'soft' pop-rock de l'autre, avec les STEELY DAN autant que les Christopher CROSS, ultime grande étiquette des années 70 elles-mêmes à leur crépuscule.

Pour WEEK-END MILLIONNAIRE, 33 tours et 45 tours sont deux éléments distincts. Aussi, ce deuxième LP ne reprend-il point les chansons "Appelle-Moi" et "Hello" parues sur le même single un peu avant. La pochette adoptée, tout de suite, est moins rêveuse, moins colorée mais plus gamine avec nos trois séducteurs en musique jouant avec des cubes à lettres sur un fond jaune. De plus, French Music Par Excellence, lui, enregistré à Toulouse toujours mais aussi à Paris, n’a pas droit à sa ‘gatefold’, son intérieur ouvrant : juste une pochette simple avec d’un côté les paroles, de l’autre les notes.

Ces dernières ont de quoi interpeler une certaine frange de la population amatrice de variété. En dehors du trio de base Thomas-Navarre-Gorodetzky, aussi d’une poignée de réemployés du premier album, à savoir Roger Loubet et, pour un titre, le batteur Nicolas De Gaulejac, on voit apparaître de grands noms comme Alain Hatot, Patrick Bourgoin et ‘Kako’ Bessot dans la section cuivres, Gérard Bikialo (ex-MAGMA), Georges Rodi (spécialiste des bidouillages implanté aux studios toulousains) et Claude Samard (grand maître des dobros, banjos et autres guitares bien américaines). Il y a surtout, en sus de certains de ces noms que les (alors) futurs fans de Jean-Jacques GOLDMAN pourront croiser régulièrement, les trois encore plus parlants que sont Lance Dixon, Jean-François Gautier et Michael Jones. C’est ce dernier, le plus gallois des zicos français, qui est le guitar-hero de l’album.

Du beau monde pour de bonnes chansons, même si une nouvelle fois on baigne davantage ici dans un son soft-rock/west-coast. Il y a moins d’arpèges de guitares acoustiques, moins de décollages stratosphériques en pure beauté, comme on peut encore les entendre sur "Feeling", "J’ai Peur de l’Aimer" et "Si Je vous Parlais d’Elle". Ce sont les trois ballades les plus rêveuses, avec une obsession des filles mieux marquée qu’ailleurs, des doutes lors d’une jolie rencontre… Parfois, les développements sont un peu plus chaloupés, ou rock mais on retrouve la plus belle identité de WEEK-END MILLIONNAIRE, avec tout ce que l’on aime : des harmonies vocales, du Fender Rhodes par Bikialo, des soli très fins de guitares par Jones même si Samard lui vole la vedette sur "Feeling".

Les principaux intéressés, Nicolas Gorodetzky, Jean-Michel Navarre et Alain Thomas délaissent ensuite les EAGLES pour se rapprocher de SUPERTRAMP période Breakfast in America (l’intro de "Jolie Rebelle" est criante de vérité, le sax alto également), de STEELY DAN et Christopher CROSS avec la plupart des titres restants. Cuivres dès le morceau-titre en intro et sur un "Lady Marlene" très funk, ambiances jazz-latino saupoudrées sur des rythmes chaloupés et pailletés, basse proéminente, congas et autres percus, tout y est, jusque dans les paroles, avec des zestes de franglais charmeur sans être niais. Encore une fois, c’est l’album typique pour plaire à la fois aux dames et à ceux qui, bien que timides de base, savent les comprendre et leur parler, bien présenter et emballer durant les soirées.

Malgré l’efficacité dans l’écriture, l’interprétation et les soli intelligents ("Lady Marlene", "French Music Par Excellence"), on peut regretter cette direction parfois forcée, aux jams et développements pas toujours justifiés ("Jolie Rebelle", trop léger et tournant à vide). Sur certains morceaux comme "Les Nuits de Solitude" et surtout "Hollywood", WEEK-END MILLIONNAIRE tente une approche pré-80’s avec des basses-synthés, voire carrément un son plus ‘cyber’. À côté de "Tous les Amours Toujours", ses voix de tête et sa nostalgie pleine d’actes manqués en bonne concurrence à POLNAREFF, on trouve l’exotique "La Musique Est Si Volatile" avec son ambiance plage des Bahamas ou du Pacifique en pleine nuit, et Dixon qui se fend même d’un solo de synthé atonal.

Cet album-là a dû marquer Jean-Jacques GOLDMAN autant que le premier, lui qui en miroir de "Si Je Vous Parlais d’Elle", préfèrera ne pas en parler lors d’un slow paru sur son deuxième album en 82, et la fin de "J’ai Peur de l’Aimer" propose le genre d’échappée instrumentale que lui-même adoptera jusqu’en 1990 au moins avec "C’est Pas d’l’Amour". À une époque où il se fait appeler SWEET MEMORIES ou O.MENOR et par l’intermédiaire de Jean Mareska son agent, il a déjà certes pu croiser Michael Jones dans TAÏ PHONG dont lui-même partait. Et le guitariste gallois le rejoindra dès 1984 pour son équipe de scène, tout comme Lance Dixon et Jean-François Gautier.

Note réelle : 3,5

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


SUPERTRAMP
Some Things Never Change (1997)
Ah bon ?




Peter GABRIEL
So (1986)
Il s'est enfin trouvé !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Nicolas Gorodetzky (chant, guitares, sax, flûte, harmonica)
- Jean-michel Navarre (chant, guitares électriques et acoust)
- Alain Thomas (chant, basse, guitares, percussions)
- Jean-françois Gautier, Nicolas De Gaulej (batterie, perc)
- Michael Jones (guitares électriques)
- Lance Dixon (clavinette, synthétiseurs)
- Gérard Bikialo (pianos, synthétiseurs, arrangements cuivres)
- Sydney Haddad (percussions)
- Claude Samard (pedal-steel guitare)
- Roger Loubet, Georges Rodi (programmation synthétiseurs)
- Kako Bessot, Tony Brenes (trompette)
- Alain Hatot, Patrick Bourgoin (saxophones)
- Alex Perdigon, Christian Guizien (trombone)


1. French Music Par Excellence
2. J'ai Peur De L'aimer
3. Tous Les Amours Toujours
4. Lady Marlene
5. La Musique Est Si Volatile
6. Si Je Vous Parlais D'elle
7. Hollywood
8. Les Nuits De Solitude
9. Jolie Rebelle
10. Feeling



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod