Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2010 Brothers
2011 El Camino
2014 Turn Blue
2022 Dropout Boogie
2024 Ohio Players

The BLACK KEYS - Ohio Players (2024)
Par ELK le 18 Avril 2024          Consultée 564 fois

Déjà de retour ! Si certains groupes cultivent l’art consommé de faire attendre leurs fans, on ne peut vraiment pas dire que THE BLACK KEYS fassent partie du lot : imaginez que le groupe sort son cinquième album en 10ans, depuis le superbe Turn Blue paru en 2014. Oui mais on sait que quantité et qualité ne font pas toujours bon ménage, et la dernière livraison du sympathique duo Dropout Boogie nous avait un peu laissé sur notre faim.

Alors à quoi s’attendre cette fois ? La pochette en noir et blanc semble tout droit sortie d’un film des frères Cohen et nous inviter à une nouvelle plongée dans l’Amérique profonde, notamment l’Ohio d’où sont issus nos deux compères. Mais le titre de l’album fait également référence à un groupe de funk des 70’s, et c’est finalement cette influence qui se fait le plus prégnante, les racines invoquées penchent cette fois nettement du côté groovy et riche en couleur d’une musique ouverte et enjouée, libérée d’une forme de carcan qui s’était un peu posé sur les dernières œuvres du duo. Ce bol d’air est probablement également lié aux multiples invités et collaborations qui émaillent l’album, en tête celles avec BECK qui cosigne cinq titres, et avec Noël GALLAGHER qui participe à l’écriture de trois autres.

Cette ouverture se ressent dès les premiers titres, le début d’album étant très réussi avec "This Is Nowhere" qui ouvre le bal avec élégance et légèreté, porté par une ligne de basse bien marquée et quelques jolis traits de guitare. Le single "Beatiful People" positionné sur la troisième piste de l’opus se veut très fédérateur, la vidéo et l’ambiance du titre rappelant beaucoup l’esprit de "Lonely Boy" sur le chef d’œuvre du duo El Camino, les cuivres venant renforcer l’aspect festif et fédérateur du morceau. Sur "On The Game", la présence de Gallagher se fait sentir avec un petit côté pop et une belle mélodie de guitare qui font mouche. "You'll Pay" est également un chouette titre très pop et catchy où la patte de l'ex OASIS se fait bien entendre. J’aime également beaucoup "Don’t Let Me Go" qui nous propose une ambiance un peu exotique et rétro, et un superbe refrain d’une belle inspiration soul. La palme en la matière nous vient cependant du très réussi "Read Em And Weep" qu’on croirait tout droit sorti de la B.O. de Pulp Fiction de Tarantino avec son petit côté SHADOWS du meilleur effet.

Au rayon des surprises, on trouve tout d’abord "Candy And Her Friend" » qui démarre de façon assez classique sur un tempo medium avec une belle mélodie de guitare et un chouette refrain, avant l’intervention du Lil Noid qui apporte une forte touche de Rap à la fin du titre. Cette ouverture est encore accentuée sur "Paper Crown" avec une intro gorgée de samples, où Beck prend le lead sur le chant avant l’intervention du rapper Juicy J sur la fin du titre. C’est pas mal mais pas inoubliable non plus. "I Forgot To Be Your Lover" est une reprise d’un titre de William Bell, l’intro est très belle, le chant de dan Auerbach très soul comme il se doit, et l’orchestration sympa, notamment la guitare. Les autres titres sont globalement réussis, quoiqu’un peu moins marquants que ceux cités jusqu’ici, mais le meilleur de l’opus est probablement le dernier, "Every Time You Leave" sur lequel le producteur Greg Kurstin contribue à créer une ambiance prenante grâce à une richesse instrumentale un peu plus fournie que sur le reste de l’album. Le refrain est superbe et l’ensemble très accrocheur, ce qui permet de terminer sur une belle note.

En plongeant cette fois dans des musiques et des thèmes un peu éloignés du gros Blues Rock qui est leur marque de fabrique et en y intégrant une touche pop et soul plus marquées que de coutume, les BLACK KEYS ont retrouvé de l’allant et de la fraîcheur, à défaut de renouer totalement avec la formidable inspiration qui était la leur à l’époque du triptyque Brothers, El Camino, Turn Blue qui restera probablement l’acmé de leur superbe carrière. Le disque est plus que sympathique, et la prestation du duo en tous points excellente. L'ensemble n'est néanmoins pas tout à fait suffisant pour décrocher un 4, mais assez pour un bon 3,5 qui doit vous donner envie de jeter une oreille sur cet album où vous trouverez beaucoup de bonnes et plaisantes choses.

A lire aussi en ROCK par ELK :


Charlelie COUTURE
Poemes Rock (1981)
Au firmament du rock français




Bruce SOORD
Luminescence (2023)
Une belle lumière bleutée


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Dan Auerbach (chant, guitare, basse, synthétiseur, orgue hammond)
- Patrick Carney (batterie, guitare, synthétiseur, percussion, claqu)
- Principaux Invités :
- Beck (chant, claviers, guitare)
- Noël Gallagher (chant, guitare)
- Dan The Automator (samples)
- Lil Noid (chant)
- Juicy J (chant)
- ...


1. This Is Nowhere
2. Don't Let Me Go
3. Beautuful People (stay High)
4. On The Game
5. Only Love Matters
6. Candy And Her Friend
7. I Forgot To Be Your Lover
8. Please Me (till I'm Satisfied)
9. You'll Pay
10. Paper Crown
11. Live Till I Die
12. Read Em And Weep
13. Fever Tree
14. Every Time You Leave



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod