Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK IRLANDAIS  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dropkick Murphys, The Fatty Farmers , The Killigans , Wild Colonial Bhoys, Mr Irish Bastard, Sir Reg, The Fisticuffs , Booze Brothers, Flatfoot 56, The Pogues , Paddy And The Rats, The Real Mckenzies , Fiddler's Green, The Wakes
 

 Site Officiel (260)

FLOGGING MOLLY - Float (2008)
Par GEGERS le 1er Septembre 2008          Consultée 2667 fois

Parmi les innombrables héritiers des POGUES et des DUBLINERS existent des groupes dont le niveau de créativité est sensiblement comparable à celui d’une chèvre transgénique. Mais il existe également par chance des groupes qui offrent à l’Irish punk un renouveau bienvenu, des enfants dignes de la légende et qui proposent avec force d’inspiration et de conviction des albums excellents et des prestations scéniques débordant d’énergie.

FLOGGING MOLLY fait partie de cette dernière catégorie. Le groupe ne possède pourtant de prime abord que peu de liens avec la scène irish punk. Si son leader DAVE KING, est un Irlandais pur souche, ce dernier a fait ses classes dans le milieu heavy metal (il fut pendant de nombreuses années le vocaliste du groupe FASTWAY) et partit tôt s’installer aux Etats-Unis, plus précisément en Californie, où il rencontra les musiciens qui allaient former FLOGGING MOLLY, tous sans exception de nationalité américaine. Mais la musique ne connaît pas de limite, pas de frontières, et FLOGGING MOLLY sonne sans doute beaucoup plus sincèrement celte et irlandais qu’une grande partie des groupes locaux.

Float, le quatrième album studio du sextet californien, est dans la droite lignée de ses précédentes réalisations : sur des bases rock et punk FLOGGING MOLLY, avec force d’instruments plus ou moins traditionnels (banjo, flûte, violons, bandonéon, etc…) balance ses compos avec un sens de l’efficacité et de la composition à faire rugir de plaisir le plus blasé des irlandophiles.

Une chose doit néanmoins être précisée : FLOGGING MOLLY ne propose pas des chansons "à boire", pour utiliser cette célèbre expression galvaudée. Oui, certains titres de cet album procurent l’envie irrépressible de taper du pied et de lever le coude, mais sous les mélodies les plus légères et les plus enjouées se cachent également les paroles les plus profondes et les implications les plus (a)politiques et sociologiques. "Requiem for a dying song" n’est pas ce brulôt irish punk agréable mais insignifiant que l’on semble maîtriser après quelques écoutes, mais est au contraire un pamphlet violent contre l’administration Bush (sujet un peu facile, c’est certain) et incitant à la désertion. "Man with no coutry" ou la narration pessimiste d’une fin du monde approchant par un apatride est également un titre marqué par un contraste saisissant entre une musique presque enjouée et des paroles très dures. Tiens, il y aurait donc une conscience derrière les visages burinés et taillés à la serpe de ces Américano/Irlandais, qui savent néanmoins proposer des thématiques beaucoup plus légères sur fond de punk et de musique traditionnelle irlandaise : "(No more) Paddy’s lament", qui laisse un place importante à la guitare acoustique, "You won’t make a fool out of me", "Between a man and a woman" ou "On the back of a broken dream" sont ce que l’irish punk nous a proposé de meilleur depuis de nombreuses années.

Malgré tout, FLOGGING MOLLY sait varier son propos, et le groupe ne se prive pas de nous le prouver, avec notamment les deux ballades de l’album que sont "The story so far" et "Float", sans doute le meilleur morceau de l’album. Débutant en douceur avec simplement une guitare acoustique et la voix de DAVE KING, basses et violons font ensuite une apparition discrète avant d’entamer une progression et une montée en intensité extrêmement bien maîtrisée se terminant par une orgie de mélodies et de sentiments mêlés. Du travail d’orfèvre.

Float est ce que FLOGGING MOLLY a sorti de meilleur jusqu'à maintenant, et ce que l’irish punk a produit de plus convaincant depuis de nombreuses années. 10 ans après la sortie de son premier album, le groupe californien prouve que celtisme ne rime pas forcément avec passéisme. Mais plus qu’un long discours la pochette réussit miraculeusement à résumer à elle-seule le contenu de l’album : des Guiness, des instruments, et des mines déconfites. Le summum du paradoxe pour un album paradoxalement revitalisant.

A lire aussi en PUNK-ROCK par GEGERS :


The BLACK TARTAN CLAN
Don't Walk Alone (2013)
La réponse européenne au punk celtique US




The RUMJACKS
Sober & Godless (2015)
Pour 15 balles et une pinte


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Dave King (chant, guitares, bodhran)
- Dennis Casey (guitares)
- Matthew Hensley (accordéon, bandonéon, piano)
- Nathen Maxwell (basse)
- Bridget Regan (violon, flûte, guitares)
- Robert Schmidt (banjo, mandoline)
- George Schwindt (batterie, percussions)


1. Requiem For A Dying Song
2. (no More) Paddy's Lament
3. Float
4. You Won't Make A Fool Out Of Me
5. Lightning Storm, The
6. Punch Drunk Grinning Soul
7. Us Of Lesser Gods
8. Between A Man And A Woman
9. From The Back Of A Broken Dream
10. Man With No Country
11. The Story So Far



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod