Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ éLECTRIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Miles Davis , Wayne Shorter

WEATHER REPORT - I Sing The Body Electric (1972)
Par ONCLE VIANDE le 19 Décembre 2008          Consultée 2501 fois

« I sing the body electric » marque l’arrivée de deux nouveaux membres et inaugure une longue série de remaniements. GRAVATT remplace MOUZON aux baguettes mais c’est surtout la venue de Dom UM ROMÄO qui annonce le métissage du groupe et de sa musique.

Ce deuxième album s'ouvre sur un joyau. « Unknown soldier » met en son un récit de guerre. L’orchestration millimétrée adopte un style cinématographique. Voix, cor, électronique et bruitages s’intègrent à une composition qui doit autant au jazz qu’à la musique classique, quelque part entre « Ascenseur pour l’échafaud » et « l’Histoire du soldat ». L’une des plus belles pièces du groupe, et à n’en pas douter sa plus trouble.

Le reste de l’album maintient un haut niveau dans un registre toutefois différent. « I sing the body electric » est composé d’une face studio et d’une face live. La partie studio voit le groupe s’éloigner de l’influence DAVIS pour aborder des horizons nouveaux. ZAWINUL s’équipe de son premier synthétiseur. C’est l’occasion de dire avec quelle intelligence il va intégrer l’électronique au jazz, surtout dans la première moitié de la décennie, lui apportant de nouvelles couleurs sans en trahir l’essence. VITOUS poursuit son festival à la basse fuzz (« The moors ») et contribue grandement à la dureté du son. Il signe la plage atmosphérique « Crystal » et rappelle qu’à l’instar de Hugh HOPPER de SOFT MACHINE son rôle de bassiste est aussi celui d’un chercheur de sons et d’un créateur d’atmosphères. SHORTER s’illustre par une variété de jeu et une sensibilité exceptionnelle. Celui en qui John COLTRANE voyait son successeur a indéniablement apporté un supplément d’âme au WEATHER des débuts. Son effacement progressif confirmera hélas ce constat.

La partie live est extraite du concert donné au Japon en janvier 1972 et témoigne du succès étonnant du groupe à l’étranger. La rigueur du studio laisse place à la frénésie du direct. L’approche improvisée nous rappelle sans ambiguïté le background des musiciens. Le Medley lance les hostilités avec une rythmique cogneuse. ZAWINUL et SHORTER trafiquent leurs instruments et se lancent dans des dialogues free et saturés. Le son brut rend cette prestation encore plus appréciable. On peut regretter que WEATHER REPORT n’ait pas conservé cette fougue en parallèle d’une production studio qui allait devenir de plus en plus léchée.

« I sing the body electric » a aujourd’hui perdu une partie de son intérêt puisque la partie live est désormais disponible en intégralité sur le « Live in TOKYO ». Reste la partie studio que tout mélomane appréciera à sa juste valeur.

A lire aussi en JAZZ par ONCLE VIANDE :


WEATHER REPORT
Mysterious Traveller (1974)
Fusion / funk / world




The MAHAVISHNU ORCHESTRA
Birds Of Fire (1973)
Jazz rock électrique


Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
  N/A



- Josef Zawinul (piano et piano électrique, synthésiseur)
- Wayne Shorter (saxophones)
- Miroslav Vitous (basse et contrebasse)
- Eric Gravatt (batterie)
- Dom Um Romão (percussions)
- -
- Avec :
- Andrew White (saxophone, cor sur 1)
- Wilmer Wise (trompette)
- Ralph Towner (guitare 12-string sur 2)
- Yolande Bavan (chant)
- Joshie Armstrong (chant)
- Chapman Roberts (chant)


1. Unknown Soldier
2. The Moors
3. Crystal
4. Second Sunday In August
5. Medley: Vertical Invader/t.h./dr. Honoris Causa (l
6. Surucucú (live)
7. Directions (live)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod