Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Dictators , The Damned , Biters
- Membre : Richard Hell & The Voidoids , Dust
- Style + Membre : The Misfits

The RAMONES - Rocket To Russia (1977)
Par STREETCLEANER le 14 Décembre 2009          Consultée 4272 fois

Avec Rocket To Russia, je me risque à dire que nous tenons là peut-être le meilleur album des RAMONES. Un des meilleurs albums de rock, même. Bien entendu, cet album n'a pas l'impact historique du premier skeud mais, au-delà de cet aspect, il comporte des compositions qui sont parmi leurs meilleures. Un album à la production plus soignée, nettement plus onéreuse également, et qui assume aussi son côté "détente". En témoignent ses clins d'oeil plus ou moins perceptibles (plus que moins d'ailleurs) aux BEACH BOYS. Sur "Rockaway Beach" par exemple, où il est question de faire du stop pour atteindre cette plage, pas très éloignée. Ou "Sheena Is A Punk Rocker" (premier single du groupe à entrer dans les charts, puis ce sera ensuite "Rockaway Beach") où il s'agit de faire du surf en milieu urbain. Ou encore "Locket Love", "Ramona", ou le fameux "Surfin' Bird", reprise d'un titre du groupe de surf-rock (lui aussi) The TRASHMEN. On trouve également une reprise d'un titre des BEACH BOYS, écrite au départ par Bobby Freeman en 1958 : "Do You Wanna Dance ?". On remarquera sur la plupart de ces chansons les traditionnels "woouuu" tout droit sortis du rock/doo-wop des BEACH BOYS.

Il est a priori surprenant de voir ce groupe des garçons de plage constituer une référence généralement partagée chez les punks. Il est vrai que, paradoxalement, la Californie, l'état le plus riche des USA, a fourni un beau quota de groupes de punk-rock ou hardcore (GREEN DAY, BAD RELIGION, The OFFSPRING, NOFX, SOCIAL DISTORSION, The DESCENDENTS et tant d'autres). Au-delà d'un décor paradisiaque idéalisé qui ferait rêver tout gamin de 20 ans vivant dans des quartiers urbains modestes voire misérables, il faut sans doute voir dans l'image véhiculée par les BEACH BOYS un petit côté glandouille dans l'esprit, sans prise de tête, une attitude jemenfoutiste que partageront les punks. Après tout, les RAMONES n'ont-ils pas commencé à jouer sans réellement maîtriser leurs instruments ? Peu importe, on s'en moque, on joue quand même et que ceux qui se paluchent sur la technique aillent au diable. Dans le surf, les mots d'ordre sont le plaisir et la liberté, mais glander sur la plage avec les potes tout en draguant les filles est tout aussi important ! Finalement ce qui compte c'est le fun, et "le punk c'est du R'n'R joué avec un esprit fun"*...

Sur Rocket To Russia, on peut remarquer quelques changements (certes mineurs) par rapport aux premières productions. Les morceaux sont joués moins rapidement, ils sont moins expéditifs, la durée moyenne se rallonge pour se rapprocher parfois des trois minutes, les titres sont plus travaillés, plus aérés, le jeu de gratte se fait souvent plus clair comme sur "Here Today, Gone Tomorrow". Mais à côté des titres plus légers faisant référence à la plage, on trouve quelques titres bien plus rentre-dedans, dont un "I Don't Care" (au départ prévu sur leur premier album) très lourd, très heavy, sur lequel je ne peux m'empêcher de penser systématiquement à un autre groupe né au début des années 70, dont un membre est fan des RAMONES, je veux parler de HAWKWIND et de Lemmy (guitare à la crasse identique, au riff semblable à ceux d'HAWKWIND, et sur lequel on retrouve une voix en arrière-plan tout-à-fait typique de ce groupe). Vous rallongez ce morceau de quelques minutes et vous avez là un morceau hypnotique et quasiment psychédélique bien dans le vent de l'époque.

Rocket To Russia est un album court. Trente-et-une minutes et quelques secondes (dans sa version sans bonus tracks), aux compositions simples mais sacrément bien foutues. Quatorze titres, quatorzes morceaux qui filent la patate et l'affaire est réglée. On ne s'encombre pas d'un barda inutile. Droit au but, c'est le leitmotiv. Que dire face à un "I Wanna Be Well", un "We're A Happy Family", un "Cretin Hop", un "Teenage Lobotomy" ou le très mélodique "Ramona" ... ? Ces titres sont tout simplement des tueries, purs dans leur efficacité, comme l'ensemble de l'album d'ailleurs. Simplicité et efficacité : cela peut paraître bête mais de nos jours beaucoup de groupes ont oublié ces deux mots.

*Kurt Cobain (NIRVANA)

A lire aussi en PUNK-ROCK par STREETCLEANER :


DEAD KENNEDYS
Frankenchrist (1985)
Punk jouissif : un must have !




KILLING JOKE
The Peel Sessions 1979-1981 (2008)
Un très bon live des débuts


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Joey Ramone (chant)
- Johnny Ramone (guitare)
- Dee Dee Ramone (basse, voix)
- Tommy Ramone (batterie)


1. Cretin Hop
2. Rockaway Beach
3. Here Today, Gone Tomorrow
4. Locket Love
5. I Don't Care
6. Sheena Is A Punk Rocker
7. We're A Happy Family
8. Teenage Lobotomy
9. Do You Wanna Dance?
10. I Wanna Be Well
11. I Can't Give You Anything
12. Ramona
13. Surfin' Bird
14. Why Is It Always This Way?
- Titres Bonus De La Version Cd - 2001
15. Needles & Pins (early Version)
16. Slug (demo)
17. It’s A Long Way Back To Germany (uk B-side)
18. I Don’t Care (single Version)
19. Sheena Is A Punk Rocker (single Version)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod