Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK / POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : U2, The Silencers
- Membre : Big Country
 

 Simple Minds (1359)

SIMPLE MINDS - Graffiti Soul (2009)
Par SUNTORY TIME le 29 Mars 2010          Consultée 2522 fois

SIMPLE MINDS n’est plus un groupe de jeunes premiers. En effet la bande à Jim KERR a fêté en 2007 son 30ème anniversaire, deux ans après la sortie de son dernier opus Black & White 050505. Cet album très réussi a marqué le virage pop-rock des Simples d’Esprits et leur a permis de retrouver une part de notoriété, après quand même quinze ans de traversée du désert. A trente ans passés, SIMPLE MINDS n’aurait besoin que d’un dernier coup de pouce pour revenir au devant de la scène. Et Graffiti Soul, leur nouvel opus, est bien parti pour être ce coup de pouce salvateur.

On a longtemps reproché au combo KERR/BURCHILL de ne pas avoir su moderniser sa musique durant les années 90, restant coincé dans les sons typés 80’s rapidement devenu ringards. Ici, rien de ça. Graffiti Soul est un album de rock très inspiré, entre tempo rapide et ambiances sophistiquées. Black & White 050505 avait annoncé la couleur avec ses sonorités à la U2, et Graffiti Soul continue dans cette voie, mais en plus « brutal » (les guillemets sont de rigueur).

En seulement 42 minutes, SIMPLE MINDS nous offre dix décharges électriques, 10 morceaux terriblement accrocheurs, relativement courts (entre trois et cinq minutes). Et chacun avec un potentiel radiophonique indiscutable, dans le sens positif du terme j’entends. Les hits « Rockets » et « Stars Will Lead the Way » nous le prouvent, démarrant au quart de tour, avec le son cristallin qui fit tant le succès du groupe. Des titres comme « This is It » ou « Graffiti Soul » sont emportés par la même énergie, enthousiaste et accrocheuse. « Kiss & Fly » à la construction plus complexe, et « Blood Type O » au tempo plus lent, apportent une énergie différente mais toujours prenante. Pareil pour le trop court « Shadows & Light » avec des riffs proches du metal à certain passages, petite réussite dans son genre.

Mais les deux sommets du disque sont sans conteste « Moscow Underground » et « Light Travels ». La première ouvre le disque avec un basse très puissante, qui domine les cinq minutes du titre. Les frissons et une étrange sensation de vertige vous envahit à l’écoute de cette envolée de claviers ambient absolument divins en guise de final. A défaut d’être plongé dans le Moscou Underground, on plane dans un espace temps incertain, mystique, stellaire. Sublime de bout en bout.
Quant à « Light Travels », il s'agit de la chanson la plus calme du disque, mais le refrain la redynamise avec une force absolument grandiose, lumineuse (en rapport au titre). Notes de guitare cosmiques, claviers tout autant spatiaux font de « Light Travels » l’un des plus beaux morceaux écrits par SIMPLE MINDS depuis bien longtemps.

« Graffiti Soul » est un album très énergique donc, un brillant mélange entre guitare et synthés sophistiqués. Très rock par moment, comme sur « Stars Will Lead the Way », « Shadows & Light » et « Rockin’in the Free World », reprise d’une chanson mythique de Neil YOUNG sur son album Freedom (1989). Personnellement je préfère de loin la version originale, meme si ladite reprise demeure très bonne. Quant à Jim KERR, le temps n’a pas de prise sur sa voie reconnaissable entre mille, identique à celle des chef-d’œuvres comme « Waterfront », « This is Your Land » ou « Belfast Child ».

SIMPLE MINDS renoue avec le succès grâce à cet album, et il faut reconnaître que ce retour en grâce n’est pas démerité tant l’enthousiasme de Graffiti Soul est palpable. Et ce ne sont pas quelques défauts, comme sa courte durée, ou l’absence d’un titre plus long et émouvant à l’instar de « Dolphin » sur l’opus précédent, qui vont faire office de talon d’Achille de ce disque. SIMPLE MINDS, papys du Rock et de la New Wave, est décidemment en grande forme, et bien au-dessus de beaucoup de jeunots actuels.

Allez les Vieux, continuez à nous en pondre des albums comme ça !

A lire aussi en ROCK par SUNTORY TIME :


Bruce SPRINGSTEEN
The Rising (2002)
New York, 9/11 ... le Boss raconte l'apocalypse...

(+ 1 kro-express)



ARNO
Future Vintage (2012)
Vous reprendrez bien un peu de daurade ?


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Jim Kerr (chant)
- Charlie Burchill (guitare, claviers)
- Eddie Duffy (basse)
- Mel Gaynor (batterie)


1. Moscow Underground
2. Rockets
3. Stars Will Lead The Way
4. Light Travels
5. Kiss & Fly
6. Graffiti Soul
7. Blood Type O
8. This Is It
9. Shadows & Light
10. Rockin’in The Free World



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod