Recherche avancée       Liste groupes



      
BOSSA  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Tom JOBIM - Wave (1967)
Par ERWIN le 23 Juin 2010          Consultée 1373 fois

Voila un monument. L’égal du pain de sucre, le complément audio de la vision céleste des cariocas déambulant sur les plages d’Ipanema dans un maillot microscopique. Wave est le troisième et le plus connu des albums d’Antonio Carlos JOBIM, le créateur de la Bossa Nova et l’un des artistes les plus respectés, connus et repris au monde. Dédié au Brésil, l’opus à l’étrange photo ornée d’une girafe sur un fond psychédélique bleu-vert attire l’attention au premier coup d’œil. Voila qui n’est pas commun, et quelle plus belle entrée en matière pour évoquer cet artiste ? Car plus que toute autre chose, les airs de JOBIM symbolisent le Brésil, plus que les défilés de Samba, que les festivités du carnaval ou que les 1000 buts de Pelé. Imaginez un peu la taille de l’œuvre !

Les airs connus de tous qui peuplent Wave sont tous des chefs d’œuvre et appartiennent au patrimoine mondial de l’humanité. Voila, c’est dit ! Vous pouvez d’ailleurs fort bien vous passer de la lecture de cette chronique et filer acheter l’album dans le premier magasin de disques qui passe, le résultat sera le même ! Je ne vais que confirmer ce que tout le monde pense : cet homme est un génie.

L’album à la girafe commence par le splendide morceau éponyme : tout de vibrations, le petit piano aérien, si calme, créé une ambiance feutrée mais tellement prenante que vous sentirez votre corps onduler à son écoute. N’essayez pas d’y échapper, c’est impossible ! "The red blouse" commence là où le précédent se termine, avec à propos et talent, comme on développe une idée géniale dans ses moindres recoins. Le sax de "Look at the sky" nous replonge dans les rapports passés de Stan GETZ et de Joao GILBERTO, quelques années auparavant, lors des balbutiements de la Bossa, mais toujours avec Tom JOBIM en maître d’oeuvre. L’ensemble est smooth à mourir, à croire que le terme a été inventé ici même, dans les quartiers les plus animés de Rio de Janeiro. Même constat avec "Batidinha" qui poursuit l’œuvre entreprise par la précédente.

Sur "Lamento", une voix -plus carioca tu meurs- vient prendre discrètement possession de l’espace, pour le plus grand plaisir des auditeurs. "Antigua" poursuit ces circonvolutions avec une grâce et une féminité qu’on ne retrouve nulle part ailleurs que sur les plages de Copacabana ou de Leme, au cœur de Rio. C’est même pas daté ! Nous y sommes : le verre de Caïpirinha à la main, déambulant sous le soleil de la fin d’après midi, les lunettes noires vissées sur le nez, la chemise blanche entrouverte, les perles de sueur qui s’égrènent dans votre dos, les vagues qui lèchent le sable blanc, les surfeurs qui glissent sur les vagues, et cette musique, qui accompagne le roulement des hanches de toutes les brésiliennes, dans un ensemble paradisiaque qui ne trouve son origine que dans la foi !

"Captain baccardi" finit ce périple avec des percussions plus tribales, plus festives, on quitte l’esprit de la "Saudade" - le concept de tristesse en brésilien -, pour quelque chose symbolisant plus la samba, le carnaval, l’autre concept clef du brésil "A felicidade" - le bonheur !- du nom d’une des plus belles chansons de JOBIM. Bien sur l’opus est excessivement court, à peine plus d’une petite demie heure. Mais il est révélateur de l’immense talent de Tom JOBIM alors que ses plus grands classiques n’y figurent pas –"A garota de Ipanema", "A felicidade", "Samba de uma nota so" -. JOBIM est avant tout un compositeur de génie, son association avec le grand poète Vinicius DE MORAES a permit d’ébaucher l’immense pan culturel de la samba et de la bossa dans la musique populaire sud américaine. Tout cela est une seule, grande et belle famille. Mais nul ne serait capable de compter les versions existantes de tous ces classiques. Tout de discrétion, JOBIM n’aimait rien tant que l’art de ses compagnons, de Joao GILBERTO à Chico BUARQUE.

La Bossa et la Samba sont des univers. Wave est une entrée vers ces plaisirs insoupçonnés, vers l’identité jazzy du Brésil. C’est à se damner, et l’écoute de l’œuvre est recommandée à tous les amateurs de son, des plus cools aux plus violents, tant le monde décrit par cette musique est de toute beauté. Quoi, vous pensiez que seuls SEPULTURA, Zico et Christiana Reali venaient de la terre du carnaval ? Alors, faites vous une faveur, cherchez l’album à la girafe et tentez son écoute, vous pourriez ne pas en ressortir indemne.

A lire aussi en JAZZ par ERWIN :


Tom JOBIM
The Composer Of Desafinado, Plays (1963)
Les vagues sur Ipanema




Bebel GILBERTO
All In One (2009)
Paradisiaque et envoûtant


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Wave
2. The Red Blouse
3. Look To The Sky
4. Batidinha
5. Triste
6. Mojave
7. Dialogo
8. Lamento
9. Antigua
10. Captain Bacardi



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod