Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Paul Simon

SIMON & GARFUNKEL - Wednesday Morning, 3 A.m. (1964)
Par GEGERS le 14 Janvier 2011          Consultée 1996 fois

On dit souvent qu'un « classique » de la littérature est un ouvrage dont tout le monde fait l'éloge, mais que personne n'a lu. Ce dicton pourrait sans conteste s'appliquer au monde de la musique, et particulièrement à ce premier album du duo SIMON & GARFUNKEL. En effet, qui se rappelle encore aujourd'hui de ce premier effort des deux amis d'enfance New-Yorkais, supplanté qu'il fut par le succès des opus suivants ? Pourtant, Wednesday Morning 3 AM est un classique du folk, c'est certain.

Après s'être essayés à une première collaboration musicale dans le courant des années 50 sous le pseudonyme de Tom & Jerry, pour un résultat décevant (artistiquement et commercialement), les deux artistes se séparent une première fois avant de retenter leur chance en 1964 par le biais de cet opus. En pleine Beatle-mania, et alors que Bob Dylan s'est déjà établi comme un artiste incontournable de la scène revival-folk, les chances de succès semblent faibles, et c'est en effet dans l'indifférence générale que sort cet opus.

Et pourtant, si la pop-folk des deux bonhommes n'atteint pas encore le niveau des albums suivants, cet opus présente tous les ingrédients qui feront le succès du duo. Dès le titre d'ouverture, « You can tell the world », SIMON & GARFUNKEL nous embarquent dans leur univers, dont leurs deux voix en tracent les contours. Celle de Paul Simon, chaude et grave, contrebalance naturellement avec la voix de tête d'Art Garfunkel, aiguë et toute en légèreté. La combinaison des deux dans des harmonies vocales délectables et chatoyantes constitue bien entendu le principal intérêt de l'ensemble. Énergique reprise de Gimbson and Camp, « You can tell the world » témoigne de cette entente fusionnelle entre les deux artistes qui, simplement aidés par la guitare acoustique de Paul Simon, offrent ici une mise en bouche fort appréciable. Sur un tempo plus posé, « Last night I had the strangest dream » et son banjo permet d'apprécier la richesse vocale des deux compères sur un ancien air folk.

Les reprises de morceaux traditionnels sont nombreuses et variées : « Benedictus » œuvre dans le religieux et permet aux deux chanteurs de montrer l'étendue de leur palette vocale sur des parties de chant en latin et en canon. Lent et apaisant, ce morceau tout en arpèges discrètes est sans doute la plus grande curiosité de l'album. A l'opposé (bien que proposant une thématique similaire : l'annonce de la naissance du Christ) « Go tell it on the mountain », sorte de gospel folk endiablé, vaut également son pesant de cacahuètes, au contraire de « Peggy-O », toute en légèreté mais qui paraît bien fade en comparaison des deux morceaux précités.

Et comment ne pas mentionner cette reprise de Bob Dylan, « The times they are a-changing », parue seulement quelques mois plus tôt sur un album du hobo ? Si avec cette adaptation SIMON & GARFUNKEL font une bien peu flatteuse révérence à Dylan (c'est un peu comme si Pavarrotti chantait à côté d'un crapaud...) ils démontrent également leur appartenance à cette mouvance revival-folk, ce qu'ils confirmeront sur leurs futurs albums.

Malgré la prédominance des reprises, restent néanmoins 5 morceaux composés par Paul Simon. L'empreinte de Dylan est bien là, mais ces morceaux montrent également un jeune auteur en train de prendre son envol. Si « Bleecker Street » est une bleuette folk plutôt insignifiante, « Sparrow » vient confirmer les espoirs, tout comme « He was my brother ». Mais c'est surtout « The sound of silence », véritable pépite de l'album qui impose le compositeur comme un des plus grands songwriters de son époque. Tout en progression, ce titre intemporel, qui sera repris maintes fois sur les futurs albums du duo, est une de ces perles de beauté pure comme peut de compositeurs peuvent en écrire. Doté d'une mélodie magnifique, ce morceau voit la guitare ainsi que les deux voix fusionner et monter en puissance conjointement, pour un résultat d'une beauté incomparable. Doté de paroles d'une profondeur rare (il est ici sujet du totalitarisme politique), « The sound of silence » permet à l'album d'être considéré comme un classique du duo, et de la musique tout simplement. Originellement publié dans l'indifférence générale, c'est justement le succès radiophonique de « The sound of silence » qui permettra à l'album d'être réédité deux ans plus tard, pour le succès que l'on connaît. Si le duo n'a pas encore signé là son magnum opus, il pose les bases de la pop-folk qui fera son succès sur les albums suivants. En ce sens Wednesday Morning, 3 AM constitue une incontournable pièce d'archéologie, essentielle dans toute discothèque.

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


BETTENS
Waving At The Sun (2013)
Beauté glaciale




Bruce GUTHRO
Bound For Bethlehem (2012)
Oh douce nuit...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Paul Simon (chant, guitare)
- Art Garfunkel (chant)
- Barry Kornfeld (guitare)
- Bill Lee (basse)


1. You Can Tell The World
2. Last Night I Had The Strangest Dream
3. Bleecker Street
4. Sparrow
5. Benedictus
6. The Sound Of Silence
7. He Was My Brother
8. Peggy-o
9. Go Tell It On The Mountain
10. The Sun Is Burning
11. The Times They Are A-changin'
12. Wednesday Morning, 3 A.m.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod