Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1969 Happy Sad
1970 Lorca
 

 Site Officiel (246)

Tim BUCKLEY - Happy Sad (1969)
Par GUY LIGUILI le 15 Avril 2011          Consultée 1708 fois

Quand Happy Sad est sorti en 1969, Tim Buckley était surtout connu pour deux albums de folk aux arrangements baroques Tim Buckley et Goodbye & Hello, il était un habitué du Sunset Strip et côtoyait la scène Folk Rock de L.A..

Peu à peu ses oreilles commençaient à s'ouvrir au contact de la musique de Charles Mingus et John Coltrane. Ajoutons à celà qu'en 1968 il avait donné des concerts à Londres avec Danny Thompson (le contrebassiste de Pentangle) qui lui avait apporté un accompagnement on ne peut plus Jazz. Enfin, Van Morrison venait de sortir "Astral Weeks" enregistré en 3 jours avec des jazzmen.

Le résultat de ces découvertes est Happy Sad, album de Folk-Jazz, enregistré sans batterie mais avec des congas sur un morceau et produit, comme le précédent, par Jerry Yester et Zal Yanovsky, ex Lovin' Soonful'.

Les choses démarrent ouvertement avec "Strange Feelin'", hommage (plagiat ?) au "All Blues" de Miles Davis sur lequel la voix de Tim est le principal soliste, elle murmure, s'élève, se prolonge et nous envoûte puis laisse la place au solo économe de Lee Underwood...
… que nous retrouvons sur "Buzzin' Fly", morceau plus pop (si cela a un sens sur un tel album), morceau de jeunesse plus enjoué que le reste de l'album et tout à fait charmant.
Arrive ensuite le premier plat de résistance de l'album : "Love From Room 109 At The Islander (On Pacific Highway)", assemblage de plusieurs morceaux de chansons formant une suite, sur fond de vagues, concerto pour contrebasse (à l'archet), vibraphone et voix où l'on atteint le sublime.
Dans la foulée nous enchaînons sur "Dream Letter", hommage à son fils Jeff qu'il ne connait pas et dont il tente d'imaginer le devenir sur fond de contrebasse à l'archet, de guitare et de vibraphone. La voix de Tim se fait caressante au point que l'on croirait parfois entendre un violoncelle qui nous ensorcelle.
Et là, patatras, au moment où nous commencions à nous assoupir, déboule le sommet de l'album, tourbillon de folie où Tim Buckley lâche enfin sa voix qu'il avait contrôlé jusqu'alors. Comme emportée sur un manège la voix monte, descend, chuchote, crie, passe des graves aux aigus en l'espace d'un instant, sur fond de percussions et de guitares prises elles aussi de vertige. Cela dure 12 bonnes minutes et c'est ébouriffant.
Après ce maelström "Sing A Song For You" permet de conclure l'album en douceur avec une chanson classique, reprise depuis par Radiohead.

Cet album est la première tentative de Tim Buckley de s'affranchir de son image de chanteur folk bouclé et s'il décontenance ses fans, Happy Sad se vend (relativement) bien, atteignant la 81è place des charts (son record absolu). La suite sera encore plus aventureuse mais c'est une autre histoire que je ne manquerai pas de vous raconter une autre fois (si vous êtes sages).

En attendant c'est un excellent album pour découvrir Tim Buckley.

A lire aussi en FOLK par GUY LIGUILI :


Van MORRISON
Saint Dominic's Preview (1972)
Ecoutez le lion




Terry REID
River (1973)
La rivière se jette-t-elle dans l'amer ?


Marquez et partagez





 
   GUY LIGUILI

 
  N/A



- Tim Buckley (chant, guitare, guitare 12 cordes)
- Lee Underwood (guitare, claviers)
- John Miller (contrebasse)
- Carter Collins (congas, direction d'orchestre)
- David Friedman (percussions, marimba, vibraphone)


1. Strange Feelin'
2. Buzzin' Fly
3. Love From Room 109 At The Islander (on Pacific Coa
4. Dream Letter
5. Gypsy Woman
6. Sing A Song For You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod