Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Gizmodrome
- Membre : The Police , 801
 

 Site Officiel (440)

CURVED AIR - Airconditioning (1970)
Par MARCO STIVELL le 18 Janvier 2012          Consultée 1391 fois

Formé à l'orée de 1970, CURVED AIR démarre sur les chapeaux de roue avec ce Airconditioning, publié en novembre de la même année. Cette formation de l'ombre, qui restera toujours parmi les "mineurs" du rock progressif en termes de succès, s'impose grâce à ce premier album comme l'un des géants du mouvement, mené de front par la charismatique Sonja Kristina, le multi-instrumentiste Francis Monkman, ainsi que, et c'est sa spécificité, le violoniste Darryl Way.

Un violon dans le rock progressif, ce n'est pas si courant, et lorsque l'on sait que CURVED AIR mélange folk et rock à la manière de Jethro Tull, on ne peut qu'être attiré par un possible charme bucolique et champêtre, le même que l'on a retrouvé sur des Stand up, Trespass et autres. Mais CURVED AIR va plus loin que cela, car si on rencontre de ces moments-là, à la manière de ses collègues le groupe incorpore aussi des influences électriques voire carrément noise. A ce sujet, le morceau remarquable de l'opus reste "Vivaldi". Démarrant avec une avalanche violonesque qui sent bon le baroque, ce titre de sept minutes trente entraine progressivement, d'abord avec instruments puis avec violon et guitare électrique seuls (au milieu), un fatras de bruits déchirants qui rendrait bleu ultraviolet le visage du créateur des Quatre Saisons et du Laudate Pueri ! Bien que déroutant, ce morceau s'installe comme majeur dans la branche qui relie le prog symphonique à celui de la fusion développée par King Crimson et autres, en tout aussi jusqu'au-boutiste. Une reprise du thème au violon, décadente elle aussi, est réalisée en guise de final de l'album, tendant à faire ressortir cette pièce de choix comme la plus importante de l'opus.

Il ne faudrait cependant pas résumer Airconditioning à "Vivaldi". D'autres morceaux gardent ce côté très rock sans pour autant être aussi savant. "It Happened Today" démarre en trombe avec riff de guitare, piano et rythmique puissants, Sonja Kristina s'y dédoublant pour donner plus d'effet encore, tout cela avant que le violon ne vienne calmer le tout pour un final plus doux. "Hide and Seek" et "Propositions" prolongent le plaisir, mêlant parfois la voix de Darryl Way à celle de Sonja Kristina, pour un résultat vibrant d'excentricité folle. "Hide and Seek" conserve une certaine classe, démarrant sur un faux blues avant de se laisser emporter par une rythmique sautillante et une guitare sans concession. Quant à "Stretch", à mon humble avis elle ne saurait être reniée par des groupes comme Deep Purple, le refrain sonnant comme les grands tubes de hard-rock, sans le chant hurlé et c'est ce qui fait l'originalité de CURVED AIR, Sonja Kristina s'en tire avec les honneurs.

Venons-en enfin aux moments folk bucoliques tant attendus. Peu de guitare acoustique ici en fait, on les attribue surtout à des parties plus douces, à commencer par le très beau "Rob One" (instrumental) ainsi que "Blind Man" sur lequel la très belle voix de Sonja fait des merveilles (et pourtant elle ne monte pas bien haut). Le piano et le violon y ont aussi la part belle, le second étant nettement plus plaintif que sur "Vivaldi". Ne surtout pas oublier l'autre très grand morceau de l'album : le nébuleux "Situations". S'il se veut plus appartenant au courant folk-rock progressif et en est ainsi le meilleur exemple de l'opus, son principal charme tient en cette fine nappe de mellotron, instrument fabuleux qui devenait rapidement en vogue à l'époque. Presque chaque groupe de prog avait le sien, c'est dire ! Mais l'originalité de CURVED AIR se situe aussi là, dans le fait qu'il ne soit pas utilisé trop fréquemment.

Airconditioning comporte en tout cela le talent déjà époustouflant d'une formation durable. Excellent départ pour ce groupe injustement trop méconnu, y compris chez les fans du genre.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


Steve HACKETT
To Watch The Storms (2003)
Welcome back steve




IONA
Open Sky (2000)
Chef-d'oeuvre, c'est tout.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Sonja Kristina (chant)
- Darryl Way (violons, choeurs)
- Francis Monkman (guitares, orgue, piano, mellotron, clavecin, synth)
- Rob Martin (basse)
- Florian Pilkington-miksa (batterie)


1. It Happened Today
2. Stretch
3. Screw
4. Blind Man
5. Vivaldi
6. Hide And Seek
7. Propositions
8. Rob One
9. Situations
10. Vivaldi With Cannons



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod