Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Johnny Winter , Stevie Ray Vaughan , Buddy Guy

Popa CHUBBY - Back To New York City (2011)
Par ERWIN le 8 Novembre 2011          Consultée 1745 fois

En une bonne vingtaine d’années, Theodore Horowitz alias Popa CHUBBY a su pérenniser une fan base conséquente autour d’un blues mâtiné d’influences diverses et variées, puisque notre filiforme bluesman aime les incursions dans des domaines aussi lointains que le rap, la soul ou le hard. Caractérisé par un look aisément identifiable, son approche flashy de la gratte l’a rendu sympathique aux yeux des français que l’on sait amateurs de blues « off the line », patrie adoptive de feu CALVIN RUSSELL et du redoutable barjo SEASICK STEVE. Peu d’amateurs de musique maîtrisent MUDDY WATERS ou ALBERT COLLINS dans nos contrées, mais notre bon gros Popa y jouit d’une notoriété enviable…Allez comprendre ! Sacré carrière ! Plus de 20 albums déjà !

Alors du bon gros blues bien mainstream, facile à l’oreille, qui ne tombe pas tout à fait sous le coup de l’easy listening, mais pas si loin, avec l’introductive « Back in New York city » ou la suivante « She loves everybody but me », avec toutefois de belles interventions à la six cordes. « The future » rentre sur des terres proches de celles d’un CHRIS REA, étonnant mais pas transcendant.

Je suis plus sensible a la sudiste « Pound of flesh » qui le rapproche des thèmes chers à BLACKFOOT ou au grand LYNYRD, même s’il manque un petit quelque chose à la guitare, n’est pas Ricky MEDLOCKE qui veut ! Mais c’est un joli titre. Dans le même état d’esprit en plus rock « It’s about you » est un vrai plaisir. « Warrior god » rappellera aux plus âgés les seventies et une forte influence Purplelienne ; avec un chant qui fait vraiment penser à Ian GILLAN ! Signalons aussi le joli riff de guitare sur « Stand for the sun », de même obédience. Puis notons un chti blues d’inspiration boueuse avec « Keep your woodpile dry », cool !

« A love that will not last » ne vous laissera probablement pas indifférents, et si comme moi vous y entendez quelques notes éparses tirées du répertoire d’un certain Ludwig Van B, bah la conclusion est aisée, le gars est un sacré coquinou, d’autant que ce retour à Manhattan se termine sur une reprise d’un collègue de Ludwig que vous reconnaitrez sous le patronyme de Jean Sébastien avec « Jesus joy of man desiring ». Une adaptation notable, mais que je trouve personnellement massacrée, Popa aurait pu tirer un bien meilleur parti de ce fabuleux titre.

Bien tout ceci est fort aimable, mais ne révolutionnera ni votre platine, ni votre vision du blues. C’est indéniablement agréable, mais sans réelle ambition. Les quelques incursions dans des domaines étrangers au blues sont inégales.
A conseiller aux amateurs de Blues simple et flashy, à l’opposé d’un WARREN HAYNES par exemple qui s’adresse aux puristes… Vous me direz ce n’est pas non plus le même niveau. Mais soyons juste, il y a tout de même quelques idées originales, et la musique est sympa.

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


BLACKFOOT
Marauder (1981)
Le vol de l'aigle




Calvin RUSSELL
Sounds From The Fourth World (1991)
Un taulard chante du blues


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Back To New York City
2. She Loves Everybody But Me
3. Pound Of Flesh
4. Warrior God
5. The Future
6. It’s About You
7. A Love That Will Not Die
8. Keep Your Woodpile Dry
9. Stand Before The Sun
10. She Made Me Beg For It
11. Jesus Joy Of Man’s Desiring



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod