Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT - SAXO  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Keith Jarrett , Manu Katché , Bobo Stenson

Jan GARBAREK - Visible World (1996)
Par STREETCLEANER le 23 Octobre 2012          Consultée 1596 fois

Le saxophoniste norvégien Jan Garbarek est, avec le célèbre pianiste Keith Jarrett, une des figures de proue du célèbre label ECM. D'ailleurs, la relation de Garbarek avec le label ECM est similaire à celle qu'entretient Jarrett, c'est-à-dire on ne peut plus sérieuse, puisque la maison de Manfred Eicher produit depuis 1970 la quasi-totalité de ses albums. Jan Garbarek a évolué dans plusieurs genres musicaux, le jazz, la musique classique/religieuse, folklorique, et la world music ou le new age notamment.

Visible World fait partie de ces albums qui ont rencontré un incontestable succès, mais qui sont également critiqués par les puristes (ce n'est ni le précédent Officium, ni Witchi-Tai-To !). Visible World n'est en effet pas un album de jazz ou de musique savante, il s'écoute d'ailleurs très facilement et possède un côté accessible et grand public évidents. Visible World peut être estampillé new age. L'électronique, les nappes synthétiques n'ont d'autres but que de flatter l'oreille, servies de surcroît par une production impeccable, devenue typique d'ECM, avec une profondeur et une luminosité particulièrement plaisantes.

Disons-le d'emblée : « Red Wind », « The Creek », « The Survivor », le traditionnel africain « Pygmy Lullaby » ou encore « The Healing Smoke » et « The Quest » ne sont en réalité rien d'autres que des sucreries « pop » particulièrement efficaces de part leur côté catchy et leurs structures. Il faut dire que les mélodies vous attrapent l'oreille avec une facilité toute déconcertante, les hymnes sont entraînants, les percussions jouent à fond le jeu de la world musique, de la musique du monde (les percussions roulent sur « Pygmy Lullaby »). La flûte ouvrant « The Healing Smoke » baignant dans un bain d'éther et une guitare pleine de réverbération sont typiques de cette musique parfois décriée, le new age. Certains vont s'arrêter à ces aspects, ils ont en réalité tort.

Tout d'abord parce que cet album est vraiment dédié au saxophone de Garbarek qui nous en fait pleinement profiter (on est loin de sa présence discrète sur le Rosensfole de 1989), on ne peut qu'avouer qu'il est de surcroît soutenu par une production d'une belle clarté, avec une pureté du timbre qui rend ses interventions particulièrement scintillantes. Les harmonies possèdent une texture enveloppante hautement flatteuse, c'est le moins qu'on puisse dire.

Ensuite, dans ce long album (75 minutes environ), plusieurs titres se démarquent. Notamment « Evening Land », longue composition finale pleine de sensibilité de plus de douze minutes, et dans laquelle intervient la chanteuse Mari Boine. Le saxophone de Garbarek y joue une flûte dansante qui décrit des arabesques dans l'air, l'humeur est possiblement orientale dans cette ambiance chaude et colorée, alors que les douces percussions ne demandent qu'à bercer le voyageur fatigué. Mais cette composition peut évoquer tout autant les grandes étendues glacées des terres nordiques. Cette pièce est une jolie réussite ! Nous ne sommes là pas loin du Quatrième Monde de Jon Hassell.

On remarquera enfin que les compositions insérées au milieu de l'album (de « Visible World chiaro- » à « Desolate Mountains III ») orientent quelque peu l'auditeur vers un ambient un peu sombre et des atmosphères jazzy moins aguicheuses, favorablement servies par le piano léger et sautillant de Rainer Brüninghaus ou la clarinette Meraaker. Ce coeur de l'album s'avère être aussi particulièrement sympathique.

Visible World est donc un album aux senteurs new age dans lequel Garbarek nous gâte au plus au point de sa présence. Probablement d'une consistance trop facile par certains côtés - mais toutefois réussie, trop sucrée, Visible World sait aussi montrer un visage plus en relief. Si Visible World est un des albums les plus accessibles dans la discographie de Garbarek, il n'en est pas non plus inintéressant car il sait aussi faire mouche pour ce qu'il est. C'est amplement suffisant pour le recommander aux amateurs du genre.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par STREETCLEANER :


Robert HENKE
Layering Buddha (2006)
Fm3 buddha machines on board




Brian ENO
Before And After Science (1977)
Le meilleur de Eno ? probablement...


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Jan Garbarek (soprano et tenor saxophones, claviers, percussions)
- Rainer Brüninghaus (piano)
- Eberhard Weber (basse)
- Marilyn Mazur (percussions, batterie)
- Manu Katché (batterie)
- Trilok Gurtu (tabla)
- Mari Boine (chant)


1. Red Wind
2. The Creek
3. The Survivor
4. The Healing Smoke
5. Visible World Chirao-
6. Desolate Mountains 1
7. Desolate Mountains 2
8. Visible World -scuro
9. Giulietta
10. Desolate Mountains 3
11. Pygmy Lullaby
12. The Quest
13. The Arrow
14. The Scythe
15. Evening Land



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod