Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (3 / 9)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


FRANKIE GOES TO HOLLYWOOD - Welcome To The Pleasure Dome (1984)
Par ERWIN le 6 Janvier 2013          Consultée 1831 fois

Nous voici face au plus bel ovni très identifié de la nouvelle vague. Incontournable, avant-gardiste, visionnaire, la sensation anglaise de l’année 1984 débarque comme il se doit de la ville des scarabées, des docks de Liverpool, cité de musique s’il en est. Quelques années de galère dans le tour club de la ville et le groupe se stabilise autour d’un line up forgé par la voix aisément identifiable de Holly Johnson. Bien entendu, la filiation homosexuelle notoire –Johnson et Rutherford sont gays - est un des éléments clés de leur succès… Non pas que tout le monde soit devenu gay du jour au lendemain, mais nous sommes en pleine éclosion des phénomènes de reconnaissance de cette frange de la population jusqu’alors mise au ban de la société, Rock Hudson vient de décéder du Sida –Holly est aujourd’hui porteur du VIH- , Freddy Mercury assume son rôle avec conviction, l’heure est au combat. Quoi de mieux que cet album à la bizzaroïde peinture Picassienne et une série de hits incomparables pour symboliser cette révolution. L’histoire est en marche !

Car « Relax » déboule en cette fin d’année 1983 avec une vidéo résolument agressive articulée autour du monde gay et de ses excès. La première écoute de ce titre historique surprend toujours. Les interdictions fleurissent de partout –MTV !- mais n’empêchent nullement le titre de truster toutes les premières places des billboards, comme il se doit. Apocalyptique, une tranche d’agressivité que l’on n’aurait pas crû possible en jouant de la New Wave. Le single de cette année 84, assurément.

« Two tribes » prend alors le relais, avec la même débauche de basse surpuissante et ce penchant avéré pour l’agression dans la voix de Holly, superbe performer et désormais figure emblématique des mouvements gay. Là encore la vidéo fait mouche et dépeint les leaders russes et américains en train de s’étriper sur un pseudo ring. Le résultat est à la hauteur et prouve que les mecs ne sont pas que des marionnettes de carnaval, qu’ils ont des trucs « sérieux » à dire. Pas de doute c’est du classique.

Et pour en remettre une couche, voila que nos Frankies sortent un troisième single à l’opposé de ces deux bombes. Il s’agit de l’universel slow « The power of love ». D’une douceur étonnante, la vidéo dépeint les scènes de la nativité avec une certaine justesse… On s’attendait à plus de subversion… Finalement ce sont des mecs bien en plus ? En tout cas cette chanson immortelle complète le triptyque des numéros 1 du Billlboard que FGTH sera le seul à atteindre dans les eighties avec cette régularité de métronome.

Et ce n’est pas tout, nous pouvons citer l’antiguerrière « War », sa basse slapée et son rythme étudié pour les dancefloors. L’autoproclamée « Welcome to the pleasure dome »… Le slow « Ferry » ou Holly fait montre d’une belle technique vocale. La jazzy samba « San jose »… Ca part dans tous les sens, et la reprise pêchue de SPRINGSTEEN « Born to run » passe comme une lettre à la poste, on y notera d’ailleurs le superbe solo de basse. Il y a même avec « The ballad of 32 » un instrumental Bowiesque.

Sur la seule force de ses trois singles ainsi que des deux autres classiques que sont « War » et « Welcome to the pleasure dome », l’opus ne peut que prétendre à la note maximale. Rajoutons que les musicos ne sont pas des manchots –écoutez la basse omniprésente de Mark O’Toole -, que Holly est un leader de choix, et même si la présence du choriste - ?- Paul Rutherford est inexplicable, le groupe a une gueule terrible. Et c’est ainsi que nous voila avec un des plus grands disques de l’histoire de la musique populaire.
Doit figurer dans toute discothèque qui se respecte.

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


LEVEL 42
Staring At The Sun (1988)
Vagues et soleil




BLONDIE
The Curse Of Blondie (2003)
Toujours aussi bon


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Holly Johnson (chant)
- Paul Rutherford (chant)
- Peter Gill (batterie)
- Mark O Toole (basse)
- Brian Nash (guitare)


1. Well
2. The World Is My Oyster
3. Snatch Of Fury
4. Welcome To The Pleasure Dome
5. Relax
6. War
7. Two Tribes
8. Ferry
9. Born To Run
10. San Jose
11. Wish
12. The Ballad Of 32
13. Krisco Kisses
14. Black Night
15. The Only Star In Heaven
16. The Power Of Love
17. Bang



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod