Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Cheap Trick
- Membre : Roy Wood , The Move , Black Sabbath, Wizzard
 

 Site Officiel (325)

ELECTRIC LIGHT ORCHESTRA - Zoom (2001)
Par BAAZBAAZ le 11 Février 2013          Consultée 1651 fois

Qu’y a-t-il de plus pathétique que le retour d’un vieux groupe dont les membres gâteux tentent de grappiller quelques liasses de dollars pour construire leur piscine ? Les SEX PISTOLS, le VELVET UNDERGROUND, les PIXIES… Tous sont tombés dans le panneau, massacrant leur propre légende à coup de concerts atroces et immanquablement ratés. Mais au moins ont-ils eu la décence, à la différence des pitoyables WHO, STOOGES ou NEW YORK DOLLS, de ne pas nous infliger le supplice d’un exécrable nouvel album. Il devrait exister, au tribunal pénal international, un châtiment spécifique et exemplaire pour les has-been vidés de leur talent qui ont le toupet de venir exposer au grand jour leur déchéance dans le seul but d’arrondir leurs fins de mois ou de satisfaire leurs fans les plus idiots.

En 2001, c’est au tour de Jeff Lynne. Le pauvre. Ce merveilleux songwriter, ce génial artisan pop ayant éclairé de son talent trois décennies successives au sein de THE IDLE RACE, THE MOVE et ELECTRIC LIGHT ORCHESTRA n’avait pourtant pas mérité ça. Dès 1986, faute de pouvoir continuer à écrire des chansons convenables, il endosse une casquette de producteur qui l’amène notamment à collaborer avec les ex-BEATLES pour la sortie en 1995 de l’inédit « Free as a Bird ». Dans la continuité de son travail pour GEORGE HARRISON en 1987, il est également sollicité pour produire les albums de RINGO STAR (Time Takes Time) et PAUL MACcARTNEY (Flaming Pie). Auprès de ses idoles de toujours, à la hauteur desquels il n’a cessé de vouloir se hisser, il acquiert la respectabilité qui le fuyait auparavant.

Pourquoi, dès lors, sortir ce faux disque d’ELO en 2001 ? Car Zoom n’est rien d’autre qu’un album solo – hélas médiocre – de Lynne, qui joue de tous les instruments. N’y figurent aucun des membres historiques du groupe (si ce n’est Richard Tandy sur une unique chanson) et le son n’a rien à voir avec ce qui faisait sa force et son identité dans les années 70. Il contient une musique jetable, sans aspérités, rendue encore plus insignifiante par une production en toc. A quelques exceptions près (les agréables « Stranger On a Quiet Street », « It Really Doesn't Matter » et « Lonesome Lullaby »), les arrangements poussifs et lisses transforment les compositions en un rock éculé rappelant un peu les papys des TRAVELING WILBURYS. Et la présence de guest stars peu concernées (George et Ringo) n’y change rien, bien au contraire : l’ensemble est aussi impersonnel qu’on pouvait le craindre.

Bizarrement, après des années passées à détester ELO, la presse accueille plutôt bien Zoom au moment de sa sortie. Comme si Lynne, à force de faire profil bas et de se mettre dans le sillage des BEATLES, avait fini par gagner en crédibilité… Mais c’est évidemment le contraire qui se produit en 2001. Cette musique est très largement inférieure à tout ce que le groupe a pu sortir dans les années 70 à 80, y compris sur ses albums les moins convaincants. Elle a perdu son caractère flamboyant et ludique, devenant sérieuse et apathique. La réponse du public, lors de la sortie du disque, est d’ailleurs cohérente : personne ne s’y intéresse. La tournée américaine grandiose qui devait suivre est annulée en catastrophe et le dossier est classé. Depuis, une certitude s’impose : ce chapitre-là de l’histoire d’ELO n’aurait jamais dû être écrit.

A lire aussi en ROCK par BAAZBAAZ :


NUGGETS
Original Artyfacts From The First Psychedelic Era (1972)
La mine d'or du rock




The BYRDS
Mr. Tambourine Man (1965)
Et dieu créa les Byrds


Marquez et partagez





 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Jeff Lynne (tous les instruments)
- Richard Tandy (synthétiseurs sur 1)
- George Harrison (guitare slide sur 10 et 12)
- Ringo Starr (batterie sur 2 et 7)
- Marc Mann (guitare rythmique sur 2)
- Suzie Katayama (violoncelle )
- Roger Lebow (violoncelle sur 13)
- Dave Boruff (saxophone sur 10)


1. Alright
2. Moment In Paradise
3. State Of Mind
4. Just For Love
5. Stranger On A Quiet Street
6. In My Own Time
7. Easy Money
8. It Really Doesn't Matter
9. Ordinary Dream
10. A Long Time Gone
11. Melting In The Sun
12. All She Wanted
13. Lonesome Lullaby



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod