Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Michel Berger , Michel Berger & France Gall

France GALL - Live Théâtre Des Champs-elysées (1978)
Par WALTERSMOKE le 21 Mai 2013          Consultée 1766 fois

En deux albums, France GALL a réussi à revenir en force dans la chanson française. Sa popularité n'a de cesse de croître, et les gens commencent à oublier la noire période yéyé. Il manque cependant une étape importante pour appuyer cette nouvelle réputation, c'est le concert. Au départ, France refuse de jouer sur scène, mais Michel Berger aura vite fait de la convaincre de fouler de nouveau les planches. C'est ainsi qu'elle part jouer au théâtre des Champs-Elysées, mais avec un exigence assez spéciale.

En effet, seules des femmes ont été choisies pour jouer en concert. Hé oui, pas une seule trace de service trois pièces sur scène ! Avec le recul et sans adopter un point de vue machiste, cela n’apparaît pas comme étant surprenant, mais à l'époque, cela restait quand même exceptionnel. Enfin, ce n'est pas tout à fait vrai : il y avait en vérité deux travestis pendant l'intermède, et qui avaient d'ailleurs fait polémiquer. Mais comme ils ne jouaient pas d'instruments, on ne peut pas dire qu'ils se sont faits entendre, surtout sur un CD. Le live au Théâtre des Champs-Elysées n'a donc accueilli que des musiciennes. A part la choriste Stella Vander du groupe Magma, il paraît difficile de parler de femmes assez connues dans le domaine. De plus, l'avantage du disque, c'est que la parité est véritablement respectée, impossible de faire la différence – et c'est tant mieux.

Assez parlé de contexte cependant. Le concert possède une setlist des plus prévisibles puisqu'ont été joués des titres provenant de l'album éponyme et du médiocre Dancing Disco. Quelques inédits sortis en 45 tours en font également partie. Niveau interprétation, il n'y a pas photo, c'est de très haute volée. France et ses musiciennes assurent du début à la fin. Quant aux chansons en elle-même, sans pour autant parler d'un virage rock, se dotent d'arrangements bien plus dynamiques et festifs, en quelque sorte. En ce qui concerne les émotions, France n'en fait clairement pas des tonnes, mais va un peu dans l'excès inverse. Mais rien de bien méchant, on est loin de ces artistes qui cachetonnent et qui se font chier sur scène.
La setlist n'est pas foncièrement perfectible, à deux-trois exceptions près. Ainsi, commencer par "Musique" est qualitativement un mauvais choix, mais il faut bien cela pour capter l'attention et donner le la. Sitôt passé cette douloureuse intro, les chansons se succèdent avec plaisir, en dehors de "Je l'aimais" qui traine en longueur sur la fin – mais rien de très grave. Même les titres moyens de Dancing Disco passent bien mieux en live, ce qui constitue un excellent bon point. Le live au Théâtre se pose surtout en prétexte pour jouer des versions meilleures qu'en studio. Des chansons déjà très bonnes comme "Chanson d'une terrienne" ou "Comment lui dire", entre autres, sont ainsi transcendées en sommets quasiment inattaquables.

Les inédits passent également de bien belle manière. On pourra reprocher à "Ca balance pas mal" à Paris de ne pas être aussi puissant sur le plan émotionnel que sur le 45 tours, mais il faut avouer que la performance vocale de la guitariste Patty Quatro est sympathique à défaut d'être bonne. "Mais aime la" reste le titre tranquille et sans prétention qu'il est, mais il s'agit surtout d'un prétexte pour présenter les musiciennes. Comme le solo de batterie dans un concert rock, c'est un moment sympa mais rapidement gonflant pour les impatients. En clair, on aime ou on déteste. Quant à "Viens, je t'emmène", il paraît certes dur de la rendre encore plus belle, mais c'est un pari réussi haut la main.

Avec ce live assez original, France GALL continue son petit bonhomme (enfin, bonne femme) de chemin. Elle va ensuite continuer à s'imposer sur la scène française, avec tranquilité. Et pour commencer, elle va se « battre » avec son mari qui lui va enfin commencer à connaître le succès.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


France GALL
Paris, France (1980)
Un single... et plus encore !




Françoise HARDY
Message Personnel (1973)
L'opus major de hardy ?


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- France Gall (chant)
- Colleen Stewart (piano)
- M.l. Benoit (percussions)
- Melissa Vardey (claviers)
- Peggy Mitchell (basse)
- Gail Thompson (saxophone)
- Patty Quatro (guitare, chant)
- Bonnie Johnson (batterie)
- Marie-rose Dumonteil (cordes)
- Béatrice Crenne (cordes)
- Sophie Cuvillier (cordes)
- Anne Ethevenon (cordes)
- Stella Vander (choeurs)
- Lisa Deluxe (choeurs)
- Florence Berthoux (choeurs)


1. Musique
2. Samba Mambo
3. Si, Maman, Si
4. Comment Lui Dire
5. Ce Soir Je Ne Dors Pas
6. La Déclaration D'amour
7. Ce Garçon Qui Danse
8. Je L'aimais
9. Chanson D'une Terrienne
10. Chanson Pour Consoler
11. La Chanson De Maggie
12. Ça Balance Pas Mal à Paris
13. Le Meilleur De Soi-même
14. Mais, Aime La
15. Viens Je T'emmène
16. Quand On Est Enfant



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod