Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mos Def, 2pac, Jay-z, The Notorious B.i.g.
- Membre : Nas & Damian Marley
 

 Site Officiel (357)
 Chaine Youtube (195)

NAS - Illmatic (1994)
Par GLADIUS le 25 Mars 2013          Consultée 2056 fois

Illmatic fait partie de ces albums qui, quand ils sortent, font l'effet d'un tsunami sur leur passage, ne faisant aucun épargné quand à son impact sur le monde musical. NAS, jeune rappeur issu de la East Coast, a pondu en guise de premier album Illmatic, qui a foutu une putain de claque chez tous les rappeurs de l'époque, malgré des ventes moyennes à sa sortie. Cet album fut encensé par la critique dans les magazines, qui y voient un vrai renouveau du rap, mais aussi et surtout un vrai potentiel de lyriciste. En effet, ce dernier, en 10 chansons pour une durée de moins de 40 minutes, réussit à nous clouer sur place d'autant par ses puissantes narrations que par les paroles recherchées et prenantes.

L'album démarre sur "The Genesis", une intro où dialoguent Nas et ses potes de THE FIRM, et les derniers mots introduisent définitivement l'album : « I'm saying man, ya know what I'm saying ? Niggaz don't listen man, representing. It's Illmatic. ». Les dés sont jetés, et retentit alors l'instru de la mythique "N.Y State of Mind", Nas racontant ici sa vie dans les gangs. On retiendra la phrase « I never sleep, cause sleep is the cousin of death » qui donne une idée du rythme de vie du rappeur, cette phrase est d'ailleurs retenue comme une des plus mémorables et poétiques du monde du rap. De plus, toutes les chansons de l'album sont construites sur des paroles rythmées et pour la plupart ayant des rimes tout en gardant un sens et un message.

"Life's a bitch", au titre très évocateur quant aux sujets abordés, est l'occasion pour Nas d'inviter son ami AZ à rapper, le duo fonctionne a merveille, se complète et tout ça de la manière la plus naturelle. Le refrain chanté par AZ « Life's a bitch and then you die, that's why we get high, cause you never know, when you're gonna go » a pris son ticket pour rester dans la tête de chaque auditeur plusieurs jours. On arrive ensuite au tube "The World Is Yours", titre qui s'est démarqué du reste de l'album par son instru recherchée et envoûtante, qui fera l'objet d'un clip tourné à Queensbridge, la ville natale de Nas. Ce titre fera aussi l'objet d'un sample dans une des chansons du très médiatique JAY-Z, la phrase reprise étant « I'm out for dead presidents to reprensent me ».

"Memory Lane (Sittin' in da Park)", emmené par un sample de Reuben Wilson et son « We're In Love », contient des paroles crûes sur les conditions des quartiers : « I dropped out oh Kooley High, gassed up by a cokehead cutie pie Jungle survivor, fuck who's the liver ».
"Represent" constitue une des instru les plus abouties et les mieux produites de cet album (merci DJ PREMIER). Nas constate encore une fois la dangerosité des quartiers et le fait que tout puisse basculer d'un moment à un autre : « Straight up shit is real and any day could be your last in the jungle, Get murdered on the humble, guns'll blast, niggaz tumble, The corners is the hot spot, full of mad criminals ».
REnfin, il termine avec "It Ain't Hard to Tell", titre proposant une instru et un rap de qualité qui nous laissent écouter ce morceau en toute simplicité, Nas s'adonnant ici au jeu du « je suis meilleur que toi », avec classe, rythmes et rimes : « I leave em frose like her-on in your nose, Nas'll rock well, it ain't hard to tell ». Merveilleuse façon de terminer un album complet.

En somme, Illmatic est un album qui redéfini les règles du rap. Par des paroles crûes concernant les difficultés des quartiers autant que le racisme et ses dérivés qui prennent une grande place dans le discours des rappeurs, autant que par les beats et instrus épurés pour certains, recherchés pour d'autres. N'empêche qu'on retourne sur un même constat, Nas rappe d'une manière admirable, ses allocutions sont fluides et conviennent parfaitement aux instrus.

Incontestablement cet album n'est pas fait pour tous, le manque de refrains sur la quasi totalité de l'album pourra faire grincer des dents, mais il est indéniable que le jeune rappeur de Queensbridge a frappé fort en sortant un album qui fera l'effet d'une bombe pour tous les producteurs et artistes de l'époque, et nul doute qu'il en aura influencé plus d'un. Il aura néanmoins du mal à plaire à tous.

Note : 4,5/5, arrondie à 5 pour l'ambiance générale et l'impact qu'il aura eu sur le monde du rap.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par GLADIUS :


DELTRON 3030
Event Ii (2013)
Plus que prometteur




FURAX
Testa Nera (2014)
La haine poussée à son paroxysme. Génial.


Marquez et partagez





 
   GLADIUS

 
  N/A



- Nas (voix, producteur)
- Az (voix)
- Mc Serch (producteur exécutif)
- Olu Dara (trompette)
- Dj Premier (producteur)
- Diego Garrido (ingénieur, mixeur)
- Large Professor (producteur)
- Q-tip (producteur)
- Pete Rock (producteur)
- L.e.s. (producteur)


1. The Genesis
2. N.y. State Of Mind
3. Life's A Bitch
4. The World Is Yours
5. Halftime
6. Memory Lane (sittin' In Da Park)
7. One Love
8. One Time 4 For Your Mind
9. Represent
10. It Ain't Hard To Tell



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod