Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (208)

MAC MILLER - Swimming (2018)
Par GLADIUS le 17 Août 2018          Consultée 278 fois

Si j’ai été assez dur avec MAC MILLER jusqu’ici, n’offrant que des moyennes à des albums qui valaient rétrospectivement certainement plus, il me semble cependant que la tendance va s’inverser. Notre rappeur natif de Pittsburgh offre depuis ses débuts une vague de fraîcheur, avec une touche de fausse naïveté qui s’exprime par la douceur des mélodies sélectionnées. En revanche, il a toujours su pimenter ses musiques par des paroles engagées et réfléchies. Fort d’un succès quasi irréprochable commercialement avec son premier album Blue Slide Park, le rappeur voit ses chiffres de vente descendre au fil des albums et des années. Swimming arrivera-t-il à remonter cette pente descendante qui ne reflète pas la qualité générale des productions de MAC MILLER ?

Fort de nombreux singles qui perdurent au fil des années, la grande question est de savoir quel sera le morceau mis en avant dans cet album. Malcolm McCormick, de son vrai nom, nous propose « Self Care » quelques semaines avant la sortie du L.P. Un morceau dans lequel le rappeur réfléchit sur la façon dont son public l’a perçu après sa rupture avec une pop star bien connue – Arianna GRANDE pour ne pas la citer. Dans les textes, il nous rappelle qu’il faut avant tout prendre soin de soi. C’est d’ailleurs le maître mot de l’album, une prise de recul par rapport à ce qui nous entoure pour nous concentrer sur nous-mêmes, plus particulièrement sur nos choix de vies. La production est soignée et en fait un single de qualité. S’ensuit le très rythmé « What’s The Use », qui musicalement surfe sur la vague très tendance des lignes de basses accrocheuses auxquelles on rajoute quelques voix douces pour créer un refrain. Le rappeur encore une fois arrive à convaincre par sa voix nonchalante mais pleine de technique.

MAC MILLER est auto-critique sur cet album. « Come Back To Earth » nous le prouve, c’est une introduction parfaite à Swimming car c’est un morceau qui met en abîme une ambiance sombre et douce en même temps, dans laquelle on se laisserait facilement emporter. Le retour sur Terre, Malcolm va le faire à travers l’auto-soin, une acceptation de soi qu’il compare au fait de nager. Douce métaphore que l’artiste nous propose ici, mais sur la suite avec « Hurt Feelings » l’ambiance reste la même et on ressent le concept dans lequel le rappeur veut nous emmener avec les basses, les notes très rondes et chaleureuses dans ses mélodies. MAC MILLER dit que même s’il a toujours voulu rester le même, il avoue que ce n’est plus le cas. Belle acceptation, il y en a beaucoup qui mettent plus longtemps que ça à se relever d’une situation sentimentale en péril. Un peu dans le même style, avec « Perfecto » le rappeur fait des siennes avec sa voix pour nous proposer le chant si spécial dont lui seul a le secret, une voix aussi douce que rocailleuse, pas toujours dans les bons tons mais c’est ce qui la rend naturelle et surtout ce qui rend l’artiste sympathique. Son authenticité. MAC MILLER nous parle sur cet album, il avoue des passages de sa vie compliqués sur « Wings » pour au final se dire que le pire est derrière lui. L’instrumentale plutôt épurée convient parfaitement au thème du renouveau, pour ensuite enchaîner des productions un peu plus épiques comme le refrain du très bon « Ladders ». Le single « Small Worlds » me fait directement mentir, le rappeur ne veut pas être trop épique et ressort des rythmes lents pour une production lancinante mais un morceau qui ne peut s’empêcher d’attirer ma sympathie. Si « Conversation pt1 » redonne un coup de punch, « Dunno » enfonce le clou sombre dans lequel s’enferme définitivement cet album, avec un morceau entier dédié à Arianna Grande. Ce qui fait réfléchir sur la nature véridique des propos, l’artiste affirmant trois titres plus tôt qu’il n’a plus de remords nous donne un récit sur son passé amoureux. Bref, doutes passés, « Jet Fuel » nous rappelle que MAC MILLER use aussi des vieux démons – la drogue – pour titiller son imagination.
Quand l’album arrive presque à sa fin et qu’un morceau comme « 2009 » vous touche, quelle est la réaction ? MAC MILLER nous envoie presque dix années en arrière, quand ses activités commençaient tout juste à traverser le monde entier. Le rappeur conquis entièrement. Les textes sont beaux, l’interprétation touchée de quelques arrangements au vocodeur est dosée avec toute la justesse dont il sait faire preuve, la mélancolie est totale. Après ce doux passage, le meilleur de l’album, « So It Goes » conclut les débats avec un texte nous rappelant une énième fois que le rappeur a réussi à évoluer au fil des années, tout en adoptant en quelque sorte le discours « ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort ».

Swimming mérite-t-il la note parfaite ? L’album est d’un grand calibre, aucun doute là-dessus. « 2009 » fait partie des plus grandes productions que j’ai entendues cette année. La redondance des thèmes abordés jouant en la défaveur de la crédibilité de l’album, il est nécessaire de mettre en avant la beauté générale des morceaux pour vous convaincre d’y prêter une oreille attentive. MAC MILLER, je continuerai à t’attendre au tournant, pour un jour te voir sortir l’album parfait. En attendant, je me contente d’un morceau parfait. « 2009 », foncez dessus, je crois que j’avais oublié de le dire.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par GLADIUS :


NUJABES
Modal Soul (2005)
Toute l'étendue du génie nippon




ROCKIN'SQUAT
Confessions D'un Enfant Du Siècle (volume 3) (2010)
Fusion d'intelligence, de talent et de goût


Marquez et partagez





 
   GLADIUS

 
  N/A



Non disponible


1. Come Back To Earth
2. Hurt Feelings
3. What's The Use?
4. Perfecto
5. Self Care
6. Wings
7. Ladders
8. Small Worlds
9. Conversation Pt. 1
10. Dunno
11. Jet Fuel
12. 2009
13. So It Goes



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod