Recherche avancée       Liste groupes



      
IDM/TRANCE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Klaus Schulze , Santana, Arthur Brown , Hawkwind, Tangerine Dream, Manuel Göttsching , Ashra, Sergius Golowin , Walter Wegmüller

Richard WAHNFRIED - Trancelation (1994)
Par WALTERSMOKE le 23 Juillet 2013          Consultée 731 fois

Klaus Schulze qui fait de l'IDM. On aura tout vu.

Enfin, c'est sous le pseudo de WAHNFRIED qu'il s'y est mis. Par ailleurs, toute personne perspicace (ou qui connait l'oeuvre du musicien allemand) notera que le « Richard » a tout bonnement disparu, mais bon, à ce stade, c'est du détail qui n'intéressera que les fans hardcore.
Klaus Schulze, donc, sort le cinquième album sous son pseudo, le premier depuis huit ans et le moyen Miditation. Donc, le géant teuton a décidé de consacrer un album entier à l'IDM, c'est ça ? A peu près, oui, avec également de la trance et de l'ambient, ce qui fait déjà beaucoup. L'évocation d'un tel mélange peut renvoyer à LA référence en électro des années 90, j'ai nommé le Selected Ambient Works 85-92 d'Aphex Twin. Mais il n'y a guère de rapport, l'oeuvre de KS étant plus sujette à des critiques.

Enregistré et sorti en 1994, Trancelation est avant tout un gros melting pot dans lequel se plonger relève de l'inconscience a priori. Pendant les 73 minutes (soit tout le CD, tic typique de KS) sectionnées en 13 morceaux, KS saute de la trance conventionnelle ("Intrance", "Transistor Radio") à de la techno pas vraiment fine ("Crazy About", "Mental Atmosphere") en passant par de l'étrange ambient ("Abyss"). Dit comme ça, Trancelation n'est pas un album fantastique, ce ne serait même pas un bon album. Mais ce qui est conventionnel peut être bon, pas question que le bien ne se trouve que d'un seul côté de la barrière.

Trancelation s'ouvre avec le rythmé "Intrance" (quel titre, misère...), qui remplit parfaitement son rôle. La rythmique ainsi que les structures adoptées ne mangent pas de pain, mais il y a ce petit effet qui fait mouche. Par la suite, les morceaux s'enchainent les uns à la suite des autres, sans temps mort ni moment de flottement. C'est d'ailleurs là que se cache le principal défaut de Trancelation : il est trop chargé. Comme dit plus haut, KS a tendance à ne pas laisser d'espace inusé sur un CD, et comme il ne s'agit pas ici de sa musique habituelle, la maitrise est moindre et le remplissage inévitable. Rien de vraiment exécrable, mais il serait impertinent d'être pleinement satisfait. Dans cette catégorie se placent clairement "Abyss", par exemple. Une pause new-age après l'enchainement sans pitié des quatre premiers (mais aussi les meilleurs) n'est pas de trop, mais elle est clairement imparfaite, la faute à une direction musicale floue. Comme autre morceau passable, il y a "Duel", une chanson des plus conventionnelles, surtout s'il faut comparer avec celles de Time Actor et Megatone. Pour être franc, on se fait chier ici, et le chant peu intéressé de Marian Gold n'arrange pas les choses. Enfin, Future World 2 est vraiment un fourre-tout bordélique et insensé, et le pire est qu'il dure un bon quart d'heure.

Mais sur Trancelation se trouvent aussi des morceaux formidables. Outre les quatre premiers d'entre eux, qui forment un sous-enchainement formidable, "Transistor Radio" se pose en grand moment. Il est presque impossible de ne pas se mettre à bouger dessus. Les deux "Oriental" situés juste après "Duel" sont également exquis, il n'y a pas à douter. Le premier développe une ambiance particulière, pleine de mystères; le second en est le pendant un peu plus lumineux, et aussi agréable à l'écoute. Pour anecdote, on peut y entendre un sample tiré du répertoire régulier de Klaus Schulze.

Sur le site officiel de Klaus Schulze, on peut lire « Okay, but... », sous-entendant que Klaus Schulze n'apprécie guère Trancelation. Il n'y a pas de quoi être déçu pourtant. Sans pour autant être aussi génial ni très bon, Trancelation contient suffisamment de morceaux géniaux pour être apprécié à sa juste valeur, et de plus il n'y a pas de réelle casserole ici. Bref, à ne pas écouter que par intérêt musicologique.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Jean-michel JARRE
Equinoxe (1978)
Mieux qu'Oxygène ? Assurément !




Klaus SCHULZE
La Vie Electronique 3 (2009)
Une compile pour tous


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Schulze (claviers)
- U.v Überschall (claviers)
- Georg Stettner (claviers)
- Michael Bölter (guitare)
- Hanz Marathon (guitare)
- Mark Figge (saxophone)
- Marian Gold (chant)


1. Intrance
2. Future World
3. I Like To Do Something For You
4. Crzay About
5. Abyss
6. Mental Atmosphere
7. Wahnfried's Dream
8. Future World 2
9. Transistor Radio
10. Duel
11. Oriental 1
12. Oriental 2
13. The End/someday



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod