Recherche avancée       Liste groupes



      
TECHNO  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


2005 Ok Cowboy
2009 Flashmob
2012 Rave Age
2007 V Live
 

- Style : Aura Shred

VITALIC - V Live (2007)
Par CHIPSTOUILLE le 10 Août 2013          Consultée 727 fois

De l’exercice de la prise de son en public, du « live » comme on dit, on pourra toujours se questionner de l’intérêt. Dans la famille du classique, il est un passage presque obligé pour le chant choral ou l’opéra, un moyen de rentabiliser une production d’envergure. Les puristes de la perfection du son seront cependant critiques quant aux bruits d’archets qui se cognent, aux quintes de toux inopinées ou aux applaudissements qui s’éternisent. Côté Jazz, il fait partie intégrante du genre, immortalisant la capacité des meilleurs à l’art de l’improvisation. Du rock ou du métal, c’est un gage d’authenticité, pour ces arts populaires où les techniques d’enregistrement auront vite fait de masquer les faiblesses de piètres interprètes. Mais alors côté électronique, pour une musique par définition jouée par des machines, souvent l’œuvres d’un esprit seul, quel peut bien être l’intérêt ? Bien sûr, il y a l’exercice du mix, dont pour ma part le côté artistique m’aura toujours laissé plus que dubitatif. En effet synchroniser des disques vinyles à rythmique binaire et jouer sur les volumes sonores : on cherche l’exploit. La recette "Another want bites the dust" mixé avec "Da Funk" a pourtant bien plus de saveur que ce que le papier peut prétendre. Le mix est bien un art, mais dénué d’artistes. Tout reste à faire.

Quand Pascal Arbez-Nicolas sort V Live en 2007 sa réputation est alors sans faille. Profitant du succès de son premier album "OK Cowboy", VITALIC tente le live. Les titres du français, complexes en comparaison des ténors du genre, osant parfois le contrepoint (écoutez-moi "Repair Machines" pour voir) ne se prêtent pas à l’exercice du mélange. Tout au plus peut on les enchainer les uns derrière les autres, ou les modifier légèrement. Ce que l’écoute confirmera. Premier réflexe, on retourne la pochette : "Polkamatic", "LA Rock 01", "No Fun", "Velletta Fanfares" et "My Friend Dario" sont de la partie, c’est tout. 9 autres titres ne demandent qu’à être découverts. Qu’allait bien pouvoir confectionner le génie de la scène française pour le plaisir de nos oreilles?

L’opération de prestation publique transforme la musique de VITALIC en un trip linéaire et systématiquement répétitif, là où OK Cowboy variait sa palette de couleurs et respirait, malgré quelques tentatives brutales et claustrophobes ("Newman"). Très rapidement mit en valeur dans le set, le titre "Burnin" de DAFT PUNK et ses bruits à répétition de fermeture éclair se voit renommé et maquillé en "Bambalec". Celui-ci donne le la pour le reste de la prestation. En effet, on repensera longuement au guère plus réussi Alive 1997 du duo versaillais.

Même certaines reprises d’OK Cowboy souffrent de la transformation et se voient malaxées, découpées et industrialisées. A titre d’exemple, difficile de reconnaître le trip militaire au tambour synthétique de "Valletta Fanfares", recouvert par le public mixé en avant (pourquoi pas), par une note simpliste répétée à l’envi et cette voix de ténor black qui ne chante pas. V Live est un monolithe difficile, peut-être précurseur sur ce point du prochain album studio "Flashmob", mais loin d’en atteindre la qualité.

Tout n’est pas négatif. Outre quelques résidus de qualité issus de l’album qui précède, sort particulièrement du lot "Bells" et ses muses envoutantes. Comme une chute studio d’OK Cowboy que l’on aurait égaré uniquement par manque de place, sur un album déjà presque parfait. De quoi convaincre tout fan de jeter une oreille sur ce live. Parfois la répétition a du bon, et d’une techno poussive, VITALIC parvient à faire pousser quelques fruits savoureux. "Anatoles" et "The 90000 feet club" sont deux réussites supplémentaires. Arrivé à la moitié de l’album, on se prête à croire qu’il n’a fait que prendre son temps pour démarrer. Peine perdue, la fin n’est qu’une bière maussade que l’on boit faute de quoi se désaltérer. Les surprises qui suivent ne sont pas bonnes. Gueule de bois assurée.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par CHIPSTOUILLE :


TOTAL ECLIPSE
Violent Relaxation (1996)
Le 2nd meilleur album de trance, avec de l'ambient




The CHEMICAL BROTHERS
Dig Your Own Hole (1997)
Vous aimez la musique qui vrombit?

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Pascal Arbez-nicolas (pas tout mais presque)


1. Polkamatic
2. Disco Nouveau - Live Intro
3. Bambalec
4. Anatoles
5. Follow The Car
6. Bells
7. The 90000 Feet Club
8. Rhythm In A Bar 1&2
9. La Rock 01
10. 'filth N'dirt' Go Ahead (vitalic Garage Mix)
11. My Friend Dario
12. No Fun (play The Guitar Johnny)
13. Fast Lane
14. Valletta Fanfares Live Version Outro



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod