Recherche avancée       Liste groupes



      
TRANCE/WORLD MUSIC  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Koxbox
- Style + Membre : Total Eclipse

JUNO REACTOR - The Golden Sun Of The Great East (2013)
Par SEIJITSU le 11 Juillet 2013          Consultée 1273 fois

La pochette était prometteuse. Un Cyborg incrusté dans un tableau antique. Une superbe métaphore pour démontrer le caractère très fort de JUNO REACTOR : l’alliance entre la technologie et le mythologique. La greffe était prometteuse mais elle n’a pas pris.

Pourquoi ? Ceux qui ont lu nos chroniques sur les premiers albums de Ben Watkins l’auront deviné. JUNO REACTOR s’est toujours senti à l’étroit avec cette étiquette trance goa qu’il a plus subi que maîtrisé. Une poignée de tubes et même quelques idées laissaient entrevoir un minuscule talent qui pouvait s’épanouir s’il s’en donnait les moyens. Mais les faits sont là, ce groupe ne manquait pas seulement de personnalité, il se récupérait les principaux défauts d’un genre extrêmement typé.

Honnêtement, il n’y avait-il pas mieux à faire qu’un retour aux sources ? JUNO REACTOR s’est complètement perdu en l’espace de 5 ans. Un délai un peu plus long que d’habitude mais qui n’était pas pour autant inquiétant. 4 ans entre chaque sortie c’est peut être long, mais quand on était sûr d’avoir de la qualité, on évitait de ronchonner.

Malheureusement, le Reacteur Juno a fait marche arrière et semble avoir oublié la kyrielle de progrès qu’ils avaient su acquérir en une décennie. Leur cross-over électro/world music pouvait être lucidement qualifié de patapouf (en même temps avec un tel mélange…), mais quand le don de la composition fait mouche, on se tait et on baisse la tête. Pourtant en réfléchissant un minimum, même si les influences ethniques se rapprochaient plus d'Hollywood que de l’authenticité, on était loin d’Ushuaïa.

La limite est désormais franchie. De mémoire de mélomane, j’ai rarement entendu une telle dégénérescence sous prétexte qu’il s’agisse d’un « back to the roots ».

Musicalement, comme dit auparavant on se rapproche énormément de la trance goa des années 1990. Mais pas de la bonne trance goa d’HALLUCINOGEN, mais plutôt celle d’INFECTED MUSHROOM. C’est-à-dire de (très) longs morceaux monotones ne décollant jamais et accompagnés uniquement d’un beat binaire dans tout ce qu’il a de plus classique.

Ce qui permet de reconnaître le groupe qui nous a éblouis autrefois avec des disques comme Shango ou Labyrinth se retrouve dans les samples... L'inconvénient, c'est qu'ils sont cette fois-ci souvent moisis.
Des mélodies orientales dans tout ce qu’elles ont de plus cliché et de plastique (le pénible « Invisible »), des chœurs qu’on croirait avoir repiqué à une vieille série B des années 1980 (l’intro de « Trans Siberian ») mais le pire, c’est de réentendre des samples déjà utilisés sur leurs sorties antérieures de mauvaise manière. Oui, c’est bien les mêmes chœurs que l’on entend dans Matrix sur « Guillotine ». Quant au drone de « Las Vegas Future Past » situé sur l’excellent Gods & Monsters, il se retrouve sur « Invisible », coincé entre les percussions orientalisantes de ce morceau… Et c’est complètement à côté de la plaque. Un tel manque d’imagination mérite la correctionnelle pour le coup. Même les morceaux plus downtempo sur la fin de l’album sont d’un ennui abyssal (mention spéciale à « To Byculla »).

On risque de m’accuser d’être blasé ou de faire preuve de mauvaise foi parce que je n’aime pas la première partie de carrière de JUNO REACTOR, donc je vais relativiser : ce disque est une passade. En tout cas, c’est ce que j’espère. Ben Watkins a voulu ressortir sa boite à rythme et ses samplers. Ça arrive à tout le monde d’être nostalgique et c’est un monsieur suffisamment respectable pour qu’on ne lui en tienne pas grief.

Parce que s’il s’agit vraiment d’un changement de cap de direction, alors on peut dire que Benji a envoyé son navire en plein sur un récif de corail et cela n’augure pas du bon pour son avenir.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SEIJITSU :


UNDERWORLD
Second Toughest In The Infants (1996)
Quand la techno se veut émotive…




The ORB
The Orb's Adventures Beyond The Ultraworld (1991)
Allo Houston ? ici the orb !


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



Non disponible


1. Final Frontier
2. Invisible
3. Guillotine
4. Trans Siberian
5. Shine
6. Tempest
7. Zombie
8. To Byculla
9. Playing With Fire



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod